J’ai lu ça dans le journal

(collection perso)

Le pape de Rome a dévoré une omelette d’œufs de Pâques extra frais à midi car cette année tout a changé, même le calendrier : depuis la suppression des heures fixes par l’Union Européenne, les pendules errent. Le gouvernement de la France sera désormais exercé par un cacatoès, ce qui ne nous changera guère j’en conviens bien. Par mesure d’économie humanitaire, les matraques des CRS seront gonflables et entièrement recyclables, élaborées en suc d’hévéa bio. Les lits des petits vieux dans les mouroirs seront dorénavant équipés d’un bouton déclenchant un mimi chatouilleur dopé à l’intelligence artificielle, afin de les faire crever de rire − ce qui fera faire des économies à la Sécurité sociale, ceci dit en passant. À compter de demain, les habitants des seizième, dix-septième et huitième arrondissements parisiens, seront tenus de revêtir un gilet fluo pour se déplacer en ville − avec dérogation pour les nourrissons agréés. Ceci afin de prévenir toute agression par des hordes barbares. En contrepartie, la ponction effectuée sur les comptes paradisiaques sera légèrement réduite. Afin de préserver la santé défaillante de la pauv’ Gaïa, le chauffage des habitations vient d’être interdit par onze députés unanimement, à trois heures du matin dans un hémicycle enthousiaste − et qui le sera moins en apprenant qu’il sera déplacé par décret au café de la Poste de Bazoges-sur-Surche dans le Tarn-et-Saône. Car la république est comme tout le reste, elle se réduit en peau de chagrin de manière sensible et inéluctable. Par conséquent il est fondamental de la loger dans des appartements moins gigantesques, et plus intimes. Exit les palais, donc : un régiment de bulldozers est en route pour la capitale où tout bâtiment officiel sera rasé à compter du samedi à venir. Place aux vertes laitues et aux vertueuses betteraves. Les ors du palais seront refondus et transformés en petits mickeys que tout citoyen sera tenu d’épingler au revers de son veston, signifiant ainsi sa gratitude envers son maréchal si généreux. Afin d’agrémenter la qualité de vie de ses sujets, le maréchal Pécron dont la magnanimité est proverbiale, ordonnera des lâchers de fous furieux nourris au yaourt maigre − étant donné que les vachettes ne sont plus autorisées. Ce qui d’une pierre deux coups, désengorgera les hôpitaux psychiatriques et distraira sainement les masses populaires, car c’est bien connu : le fou est un comique-né irrésistible. J’aime trop lire le journal : on y apprend des vérités tellement vraies que les bras m’en tombent parfois, heureusement pas trop longtemps sinon je ne pourrai pas écrire des billets aussi édifiants que celui-ci et le monde serait trop triste et moche. Au point que la Terre resterait soudain figée sur son axe et que ce serait la fin du monde. Alors que non : e la nave va, olé !

Cet article a été publié dans Billet Express, Déconnologie avec les mots-clefs : , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.
  • Il faut être inscrit et connecté pour accéder au système de commentaires et aux parties privées de l'Icyp.

Aller à la barre d’outils