LA PORTE LOUIS XIV

© Annie Luraghi 2007

 

 

C’est en la franchissant
qu’Annie et son amie
se jettent à pleins gants de jardinier
dans les épines qu’elles ratiboisent
en dégageant les arbres étouffés,
les fleurs plantées depuis la nuit des temps
sur ce banc de limon perché
à trois cent pas
de la maison aux portes rouges.

 

Cet article a été publié dans Déconnologie, Tout court avec les mots-clefs : , , , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.
  • Il faut être inscrit et connecté pour accéder au système de commentaires et aux parties privées de l'Icyp.

Aller à la barre d’outils