Rue de la joie

© Cyprien Luraghi 2003

 

La piaule tout en haut, de celle que l’on appelle la maison rouge : tu la vois bien ?
Encore une où il s’en est déroulé de belles…

C’est un pépé qui fut maçon qui m’a dit ça, quand on retapait la ruinasse qu’elle était devenue, en 2003, après avoir été vide vingt ans pour cause de mauvaise réputation.

C’est que pendant la guerre, les pires collabos de Puycity vivaient ici.

Lui, il parlait de ses copines avec lesquelles il s’envoyait en l’air, quand elle était ouverte à tous les vents, dans les années soixante.

Je crois qu’une aspersion de sperme frais, vaut tous les goupillons des ratichons, pour ce qui est de l’exorcisme…

L’amour !

C’est tout le mal que je vous souhaite.

 

Cet article a été publié dans Humain avec les mots-clefs : , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.
  • Il faut être inscrit et connecté pour accéder au système de commentaires et aux parties privées de l'Icyp.

Aller à la barre d’outils