Archives par tag : zamis

Les zamis de l’internet

Bal des aveugles à Puycity en 1959 (avec Numebert et ses groupies, déjà) - Photo : Paul Grély - © Fonds Auzanneau - reproduction interdite

Y en a qui sont des amis de plume et d’autres en notre temps qui sont des amis électroniques : on appelle ça des zamis avec un z devant le a. Ou alors des aminautes. Tout ce qu’on n’est pas Ici, tous autant qu’on est.

Pourtant on est de l’internet : c’est des forums pourraves où nous avons affronté le Roger Velu et le museau de chienne de garde en vinaigrette que nous venons ; où nous sommes nés en quelque sorte. Avant il n’y avait pas de mère Dodu, ni de Hulk ni personne : il n’y avait rien, ou alors quelque chose de très compact, opaque comme le bois d’une table de cuisine.

Nos plus distingués savants se perdent encore en vaines conjectures à subodorer l’avant Big Bang. À un moment donné il y eut le Wig Wang Web et ce fut le raout général dans l’expansion exponentielle des radicules du Réseau : un dieu dédié décréta que les octets fusent, et il fusèrent dans les fils de cuivre et la fibre de verre sous forme de photons, véhiculant toutes sortes de sentiments plus ou moins humains.

Les cervelles s’échangèrent tout un tas de trucs philosophiques abscons, et les cœurs chavirèrent à vitesse lumière en pulsant à l’unisson. Les particules agressives se combattirent farouchement, et les furtives mordillèrent en catimini les mollets des paisibles blogueurs en s’affublant de trente-six pseudos à la con.

Il y eut la guerre, puis le football et enfin les forums de l’internet. Et au septième jour il y eut les Réseaux Sociaux. Et les zamis.

Avant la Big Company  il n’y avait que des amis sans z devant. Le z, c’est pour Zuckerberg : l’inventeur du zami.

Évidemment, si la gravitation nous a faits choir Ici, c’est parce que nous n’entrons pas dans la catégorie de Zuckerberg. Pas de bouton Facebook Ici, et ce n’est pas demain la veille qu’on en verra l’ombre d’un, ni de tout ce genre de choses. L’Ici-Blog n’est pas un réseau social. Il n’est même pas relié au reste de l’internet. Lequel est pourtant pétri de relations et dont l’essence même est l’interconnexion.

Les amis de l’Ici-Blog ne sont pas totalement composés d’immatérialité et n’ont pas le moindre z devant. Ils se sustentent de denrées dûment roboratives : gratins dauphinois prétendument véritables, saint-nectaire de buron, betteraves rouges du jardin, poireaux d’AMAP, whiskys antiques et very exotiques…

Les amis de l’Ici-Blog éprouvent le besoin de se frotter le lard très régulièrement, et pas juste de se retrouver quelques poignées de minutes à des apéros monstres et mortellement chiants avec des zamis fugaces au regard vide et au sourire commercial, à siroter mornement des saletés à bulles dans des godets plastoques.

L’Ici-blog est un blog coûteux en calories et au bilan carbone déplorable : les véhicules des déconnologues sillonnent le pays en permanence : l’un va toujours chez l’autre sans relâche, histoire de se coller les pieds sous la table et de papoter au lieu de tapoter sur le clavier. Sans compter les raouts, gros consommateurs en énergie fossile.

Mais si productifs en chaleur. Et vu le temps de merde qu’il fait dehors, autant rester au chaud et se pelotonner douillet, douillet…

E la nave va..

Sur une idée de Numebert, ici : CLIC.

 

Publié dans Déconnologie, Tout Venant | Autres mots-clefs : , , , , , , , , | 675 commentaires
Aller à la barre d’outils