Archives par tag : Trouducosphère

Colloque annuel

Lilly - illustration de Pierre Auclerc - ICYP - © 2013

Ceci est un billet de blog public dans lequel vous ne saurez rien de ce qui s’ourdit dans les commentaires situés à son pied, parce que vous, lecteurs non inscrits, bien ou malveillants, ne pouvez y accéder. Va falloir vous résigner à gamberger en vain : vous en serez réduits à des supputations douteuses. 

Ce que nous complotons bien à l’abri de vos grandes oreilles ne vous concerne pas. Encore que… Il est bien possible que nous disions du mal de vous en secret, ou que nous conspirions contre vos petites personnes. Méfiez-vous : nous sommes peut-être en train d’espionner le contenu de vos ordinateurs et de sonoriser vos chiottes avec des tout petits micros… 

Votre vie nous intéresse au plus haut point : le moindre détail concernant vos us et coutumes occasionne de longs conciliabules dans notre soute à commentaires accessible seulement au Peuple Élu ayant juré ses grands dieux à notre prophète bien aimé Numerosix, de rester muet comme une tombe sur les rites effroyables se déroulant à l’abri des regards indiscrets. Bref : passants qui passez, vous pouvez vous brosser : vous ne saurez rien de nos orgies. On sacrifie des chats sur l’autel du grand Marrattataoû, peut-être : allez savoir… et dans le sombre dessein de vous marabouter et vous causer du tort. C’est ce qui se susurre assurément dans les corridors et les bas fonds de l’internet à notre sujet, donc forcément ; y a pas de fumée sans feu, hein… et vous m’en direz tant et plus, bédame !

Sachez tout de même que pour nous autres déconnologues distingués, dignes francs-limaçons et satanopédotrotskystes invétérés, tout baigne dans l’huile. Le moteur de l’Icy ronronne d’aise dans la salle des machines chauffée aux granulés de bois périgourdin bio. Ça tchatche un max, ça dit du bien, ça dit du mal ; on se prend du bon temps en bande désorganisée. On se fout sur la gueule entre gens hautement civilisés, aussi. C’est le joyeux bordel en tout bien, tout honneur et dans un coin y a un chat qui pionce sur son coussin et qui s’en fout bien. Ça pourrait être pire, à la veille de l’an neuf que je vous souhaite encore plus excellent que le vieux qui s’en va, à petits pas lents sur le fil… de l’an.

…e la nave va…

Publié dans Déconnologie, Éditorial, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , , , , , , , , , , | 2234 commentaires

Chez Walt Disney

Illustration © Pierre Auclerc 2013

Chez Walt Disney, tout est bien qui finit bien, la méchante est punie.

Dans sa folie, elle s’est appliquée à pourrir la vie de cette pauvre Blanche Neige, l’a livrée à une colonie de nains, l’a démontée aux yeux d’un père qui n’a pas levé le petit doigt pour la défendre.

C’est mal. D’ailleurs, pour qu’on comprenne bien, la reine, vexée d’avoir été ravalée au rang de dauphine de Miss Royaume, se transforme en horrible sorcière. Comme si une apparence normale était incompatible avec la gniasserie, comme si la coquetterie était incompatible avec la folie.

D’ailleurs, ce n’est pas la société qui punit la sorcière de Blanche Neige, c’est la foudre, même pas divine. Pas de châtiment, l’accident de l’orage en montagne pour se débarrasser de la harpie. Loin du conte traditionnel et de la version recueillie par les Grimm :

« On n’oublia pas d’inviter la méchante belle-mère à la fête. Lorsqu’elle se fut parée de ses plus riches atours, elle se mit devant son petit miroir et dit

« Petit miroir, petit miroir,
Quelle est la plus belle de tout le pays ? »

Le miroir répondit :

« Madame la reine, vous êtes la plus belle ici,
Mais la jeune reine est plus belle que vous ! »

La méchante femme se récria de fureur ; dans son trouble, elle ne savait plus que faire. Tout d’abord, elle ne voulait plus aller à la noce ; mais bientôt elle changea de résolution et n’eut point de repos qu’elle ne fût partie pour voir la jeune reine.

Et lorsqu’elle entra, elle reconnut Blanche-Neige et resta immobile de terreur et d’angoisse.

Mais on avait déjà mis des pantoufles de fer sur un feu de charbons ardents, et on les apporta toutes brûlantes : il lui fallut chausser ces pantoufles rougies au feu et danser avec, elle fut condamnée à danser jusqu’à ce qu’elle eût les pieds consumés et tombât roide morte. »

Pas de justice en action, donc, chez Disney.

Waltdisneysation des sorcières et des dragons du Net.

Quand présenter bien et savoir rédiger correctement est le sésame de l’impunité.

Quand les gniasseries toujours recommencées se font obsédantes et pourrissent la vie.

Quand le harcèlement sur le web n’existe pas légalement, mais que des gosses meurent de n’en pouvoir plus d’être soumis à la vindicte de quelques crétins impunis. 

Il y a quelque chose de pourri dans le royaume.

 

E la nave va…

Publié dans Billet Express, Humain, Pilotique, Trollogie, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , , | 1306 commentaires

Droit devant !

Ma pomme et Karma dans le Far West népalais © Cyprien Luraghi 1990Là on venait de passer gentiment un petit col, nous trois. Les doigts dans le nez dans les rhododendrons géants à trois mille et quelques mètres. Après quarante jours à train vif dans cette région de misère où la révolte grondait. Le populo montrait les crocs à l’exécrable gouvernement du vilain roi d’alors, au printemps 90. Alors notre trio déambulant attaquait la dernière grimpette la joie au cœur malgré les intempéries, oscillant sur ses six pattes le nez au vent piquant. 

C’est pas tant le sentier qui nous avait minés avant ce col-frontière ; ni ses corniches traîtresses, ni son sol raboteux. Mais cette peine profonde qui se lisait dans les yeux des peuples y vivant : êtres vitreux tiraillés sans cesse par le manque de tout ce qui fait le sel de l’humanité. La faim au ventre et l’absence d’espoir pour la plupart. Et la rogne sourde de l’insurrection pour quelques uns, rares et d’autant plus déterminés à la lutte à la vie. Hébétude et courroux. Privations et humiliations de malheureux traités pis que bestiaux par un maître bestial.[1]

***

23 ans plus tard aujourd’hui je franchis un autre col-frontière en compagnie d’autres amis chemineurs. Nous sortons sur les rotules, affamés et heureux, d’une autre contrée de grande misère humaine : le Far West d’Internet. 

Pendant quatre ans deux femmes se sont acharnées sur plusieurs d’entre nous et principalement sur moi, Chepita et NEMROD34. Deux détraquées. Celles que nous avons pris coutume d’appeler « la folle de Brest » et « la Bouse« . Catherine X et Évelyne X : un duo d’enfer.

Jusqu’à hier soir Catherine avait un blog hébergé chez Overblog. Un blog de corbeau intégralement consacré à notre destruction : plus de 200 articles m’étaient dédiés et plus d’une centaine à Chepita et autant pour NEMROD34. Cette femme parano de toute évidence et d’une rare méchanceté, nous traquait en permanence : le moindre de nos propos était interprété de traviole, la plus anodine de nos blagues à trois balles prise au premier degré et amalgamée à des faits divers affreux. C’était moche, vraiment. Je ne souhaite à personne de se voir cloué sur un tel pilori de cinglée pendant trois ans. 

Or donc pour avoir odieusement et massivement diffamé Chepita, la Justice a condamné Catherine X alias « Jexiste » hier à Brest à 10000 euros d’amendes dont 8000 avec sursis. Son hébergeur est lui aussi condamné à verser la même somme. Il l’avait déjà été en appel en décembre 2011 : lisez le billet lié « NEMROD34 gagne en appel contre Overblog ». Le Télégramme de Brest a publié un article au lendemain de la première audience publique ici : CLIC.

***

C’est un jour de joie. Mais l’affaire n’est pas terminée : un fou reste fou tant qu’il n’est pas soigné, je le sais. Et Catherine X n’était pas seule dans cette hallucinante entreprise de démolition de nos petites personnes. 

Cette affaire peut sembler futile : combien de fois j’ai entendu qu’il ne s’agissait que d’embrouilles de cour de récré… et combien d’autres fois on m’a conseillé de ne plus aller sur l’internet. Et combien encore on m’a grondé en me disant que j’aurais dû bétonner mon anonymat. Comme si après avoir pris la bagnole un chauffard bourré m’avait embouti et que le gendarme de service m’aurait dit : « Vous n’aviez qu’à pas prendre la route : ça ne vous serait pas arrivé. »

L’internet est une voie publique et il n’a rien de virtuel. Le virtuel, c’est de la foutaise. Tant que les législateurs n’auront pas compris ça, l’internet restera une nef des fous. 

Maintenant passons donc ce gentil col et quittons le méchant pays, les amis.

E la nave va… 

  1. Pour en savoir plus sur le bonhomme Karma à ma droite sur la photo; lisez le billet lié « Plantigrade droit devant ». []
Publié dans Éditorial, Himal, Népal, Trollogie, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , , | 1066 commentaires

La grande déperdition

Illustration © Sambucus et Cyp Luraghi 2012

On est bien peu de choses, bédame. Partis du petit plop[1] en direction du Grand Tout, la soupe sociale primitive s’est lentement solidifiée pour se cristalliser enfin, adoptant la forme d’un moteur : celui qui propulse l’Humanité vers un avenir incertain, mais supposé radieux par un pourcentage non négligeable d’optimistes résolus et un peu fous sur les bords. Et en effet il faut l’être vu que l’ambiance générale après une quatorzaine de milliards d’années d’évolution, est un tantinet catastrophique et d’une rare morosité. 

Ça sent l’huile épaisse de fond de carter jamais vidangé et le gicleur bouché : asphyxie et calamine en vue ! Pourtant l’oxygène est partout au delà des compartiments blindés dans lesquels les esprits chagrins marinent dans l’anoxie et le jus gras, ignorant que c’est si vivifiant et beau, de l’air. Ils sont englués dans leurs vieilles idées fixes ; et moi je dis : à Freud, sales et méchants ! Parce que c’est juste dans leurs têtes que ça ne tourne pas rond… et je pense à ces flopées de braves bourgeois qui s’improvisent en petits Saint-Just d’opérette sur des tas de sites politiques en toc. Aussi flippés que ces tarés hantant les alentours de Bugarach, et dont Le Yéti d’Ubu89 offre un parfait exemple, qui vient de larguer sa pénible « Grande Perdition » pour une hasardeuse « Grande Mutation » tout récemment : CLIC

Dans son dernier billet c’est encore plus fendard : voilà que ce vieux schnoque bien à l’abri du besoin, s’imagine à l’aube d’un nouveau 1789 : hi hi… Le v’là barré dans l’éther de sa grande frustration jouxtée d’une violence sourde qui fait peine à voir. Le vl’à rendu à rêver de la fin des régimes démocratiques : et y a quoi donc, quand il n’y a plus de démocratie, hein ? Des dictatures, pardine ! Et comme bien d’autres je n’ai nulle peine à me l’imaginer, ce méchant Yéti, à la tête d’un Comité de salut public

Oh, mais il n’est qu’un minuscule spécimen parmi tant d’autres, de cette dérive des incontinents reniflant le jus d’abattoir et qui suintent la grande merdition. Des qui n’ont jamais connu la misère, la faim et le froid et n’ont jamais vécu dans la moindre dictature. Ces pauvres cons du Tiers-État qui s’osent à me donner la leçon depuis leurs petits bureaux douillets, et qui se fantasment en gavroches… 

Y a des tartes[2] qui se perdent, sans blague. Mais bon, étant adepte depuis très longtemps de la non violence, je me contenterai de foutre tout ce vieux linge sale dans ma machine à lover ;-)

E la nave va !

  1. Voir le billet lié. []
  2. À la crème. []
Publié dans Déconnologie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , | 997 commentaires

Étoiles et toiles

Illustration © Pierre Auclerc 2010

 

Le nom brille tout là-haut et un peu plus bas, ça s’admire le nombril en faisant le beau : basses flatteries et branlette à tous les étages : c’est l’internet des blogs, à peu d’exceptions près. Stars et paillettes. Des petits cocons gluants dans une galaxie de toiles poussiéreuses accrochées aux murs lézardés du vieux monde. Avec des liens ténus et improbables sur lesquels je me déplace comme Tarzan dans la jungle, de liane en liane. 

Conclusion : le web des blogs est mort de chez mort. Et dans les blogs, j’inclus les magazines en ligne : ces fameux pure players qui ont remplacé les feuilles de choux d’autrefois, lesquelles avaient au moins le mérite de pouvoir accueillir les épluchures de nos petits légumes avant de finir à la poubelle. Un blog c’est le courrier des lecteurs en dessous de l’article, dans tous les cas. L’Icyp n’échappe que de peu à cette règle inflexible héritée d’un modèle antique et périmé qu’il convient d’achever, je le crois fermement. 

Et si l’Icyp est parvenu à être un peu à part, c’est qu’il n’est relié par aucun fil à aucune autre toile. Et que la plupart du temps, ses billets sont rédigés en partant de commentaires laissés sous le fil précédent. Ainsi celui-ci est basé sur un mot de Marina ici : clic. Le nombril, qui abrite une faune et une flore bien planquées dans un endroit un tantinet secret qu’on ne se gratte pas bien souvent et qu’on omet de récurer, et qui est à notre origine. À laquelle il est bon de revenir en la touchant du doigt, chose facile. 

Notre origine et ce qui nous tient ensemble, liés d’amitié, c’est la déconnologie. Qui n’est pas ce que ses détracteurs en disent et pensent à notre place : relire ce billet de l’Ici-Blog pour se rafraîchir la mémoire : clic

Autre chose : la déconnologie ne tisse pas de toile. Elle se balade sur celles des autres, saltimbanque et gitane. Elle n’attend rien de quiconque. Elle est partout où le vent la pousse.

E la nave va !

 

Publié dans Déconnologie, Pilotique, Spectacle | Autres mots-clefs : , , , , , , | 2108 commentaires
Aller à la barre d’outils