Archives par tag : tOrdrELorDRe

C’est trop dingue…

Illustration de ToRDReLoRDRE tritouillée par Cyp Luraghi © 2010

C’est grâce à ce grand cœur que fut Philippe Pinel en son temps si le locataire de l’Élysée actuel ne croupit pas au cabanon les fers aux pieds, disons-le tout net.

D’un côté c’est regrettable, surtout en constatant le ravage causé par les quatre interminables années de son règne. De l’autre, mon petit cœur opte pour un traitement humain de l’aliénation des esprits, comme ce brave docteur Pinel, qui le préconisait bien avant le reste du monde.

Car il en va des fous comme des scélérats : si on voulait tous les coller au gnouf ou à l’asile, il faudrait ériger un mur de huit mètres de haut autour de la planète, puis embaucher la petite minorité des gens sensés comme matons et infirmiers psychiatriques afin les empêcher de nuire ; or comme c’est pas envisageable, on fait avec. Mieux que ça : la majorité des fous vote pour ce qui lui ressemble.

Mais bon : une foule compacte de personnes prétendument sensées croit aux miracles, déjà. Le pape de Rome lui-même est persuadé que les hallucinations collectives des foules ainsi que les visions individuelles de quelques nonnes hystériques, sont aussi tangibles que du radium. Pourtant, personne ou presque ne croyait au radium : Marie Curie a longtemps été vue comme un peu toquée avant de démontrer brillamment par son irradiation mortelle, son éclatante santé mentale.

Le plus drôle, c’est quand les fous se traitent de fous entre eux : par exemple quand les dirigeants du monde traitent Khadafi de dictateur paranoïaque. Là, je ne peux réprimer un sourire, voire un fou-rire : quand on voit le sapajou national affligé de tics et comme pris en permanence d’une envie de chier, prendre la pose et faire ouististi-sexe aux côtés du guide de la Révolution libyenne devant les caméras, il y a de quoi.

Encore qu’il est possible que je sois fou, moi aussi. Publier un billet sur ce sujet à la veille du jour des fous,[1] c’est pas normal. Allez savoir ce qui me passe par la tête, parfois…

E la nave (dei pazzi) va…

 

  1. Dans pas mal de pays anglophones, le premier avril est le « Fool’s day » : CLIC (en anglais) []
Publié dans Billet Express, Déconnologie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , , , | 434 commentaires

Roulez poulets

© tOrdrELorDRe 2010 - Tritouillage : Cyprien Luraghi

La saison des noubas est entamée : la fête bat son plein et les allées des supermarchés s’apprêtent à voir défiler les amuseurs publics : clowns et Pères Noël époussettent houppelandes et astiquent rouge à pif.

Les papas Noël sont bleu horizon cette année : la Déconnologie Pilotique (lamorillienne) assemblée en raout le week-end passé en a décidé ainsi, au Manoir de l’Horreur où se tint ce congrès.

Bleu c’est mieux. C’est de mise. Le rouge est out. Tout juste bon à souligner l’humour béat qu’il est de bon ton d’afficher aux commissures et pour enduire la peau du nez. Et puis le bleu met en valeur le rose jambon au sel nitrité de l’épiderme français, c’est chose reconnue.

Les clowns blancs aussi seront bleuis : comme rossés de coups par la matraque. Ainsi leur viande attendrie nous attendrira à notre tour, et le rire l’emportera comme toujours.

À l’Élysée on se languit du temps des fêtes : au mitan de la Crise, belle bombance ne fera pas de mal aux panses étiques de nos misérables gouvernants. Dans la ligne bleue de sa forêt vosgienne, le grand sapin du Président bientôt sentira vibrer la tronço en sa souche. Gai comme un citoyen français, il ondoie de toutes ses aiguilles et ses cônes s’épanouissent déjà en songeant à la belle Carla, qui viendra doucettement les effleurer d’un revers velouté de sa mignarde mimine.

Tout baigne, tout roule. À tel point qu’en prime on a droit à l’été indien : pas de panique pour le mazout : c’est le grand bleu. Les raffineries tournent à plein régime et les pompes débitent l’huile de terre au kilomètre cube. Et tout le monde est bien gardé; à vue, à l’œil; les bleus sont dans la rue : l’ordre règne sur le pays. Paix et concorde.

Tant que des hommes en bleu mènent la barque, rien n’est à craindre : des myriades de costards bleus veillent à maintenir l’économie à flot. Pour ça ils écopent et calfatent la coque de l’Économie : fière caravelle fendant les flots du monde en quête de fortune aveuglément.

Tout va pour le mieux, tout va pour le bleu ! [tous en chœur]

E la nave va…

 

Publié dans Billet Express, Déconnologie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , , , , | 491 commentaires
Aller à la barre d’outils