Archives par tag : Titou

Atticisme bougnoule

Gravure de la guerre de Sécession tritouillée par Cyp - 1863

« On distingue deux espèces de plaisanterie : l’une grossière, basse, honteuse, qui est bannie à juste titre de toute honnête compagnie ; l’autre délicate, fine, ingénieuse, délicatement piquante. »

Nouveau Traité de Civilité par J.B.J de Chantal – 1850

 

Titou, mon ami flic, est passé hier à la Maison de l’Horreur[1] et m’a porté ce livre, trouvé dans une ruinasse. Un monument de conformisme catho. À ranger à côté des Pensées de Pierre Dac dans la bibliothèque. Une mine. Merci Titou : ça pouvait pas tomber mieux.

Cent soixante ans après sa publication, rien n’a changé sinon les fringues et le décor.

Les moralistes en soutane ont cédé la place aux pied-tendre décervelés imitant par réflexe pur le sombre héritage des ratichons ensoutanés. De nos jours l’ayatollah laïcard a pris ce pouvoir et tient ferme les manettes : tout écart de langage équivaut à un bannissement.

Il est par contre tout à fait permis d’exprimer les pires saloperies publiquement, à condition de respecter les formes ; cette engelure  de Jean-Marie Le Pen a tout pigé. Et c’est ainsi que les forums de l’internet perpétuent cette fâcheuse tradition, ennemie de la rigolade. Sur Rue89, par exemple, c’est la règle.

Si comme Hulk (gros con de droite), tu écris un mot tabou, tu es bon pour la Sibérie (gla gla)[2] ; et Hulk a écrit un mot tabou et il est désormais banni et souffre mille morts en Icibérie.

Il a écrit BOUGNOULE le 10 mars 2010 sur Rue89, là :

« Il est vrai que le CV de Schweitzer était impeccable : lorsqu’il était chez Renault, il donnait plein de boulot aux bougnoules en délocalisant, c’est dire s’il les aimait.

Alors que Boutih, lui, qu’a t-il fait pour les bougnoules ? »

Aussitôt, la Gestapo Gauchiste lui a sauté sur le râble en montant sur ses grands chevaux en la personne de HESTIA2 (une qui rit quand les chiens se battent).

« la terminologie « bougnoule » ne dérange personne?
là je reste scotchée . »

Et un autre mormonoïde, outré :

« Tu viens de prouver que t’es raciste. Signalé ! »

Ça n’a pas fait un pli, Hulk eut droit dès le lendemain à un courrier pète-sec de la modération :

« Hulk,

La provocation à deux francs ça suffit. On ne traite pas les Arabes de « bougnoules » sur Rue89, ni au premier degré, ni au douzième. J’en ai plus qu’assez de ces petits jeux, je bloque l’ensemble de vos comptes. »


On sent sourdre la colère, là. Hé hé.

Bougnoule niet. Même au second degré. Re-niet. Même en 2010. Re-re niet.

Vous savez quoi ?

Ils ont un manche à balai planté dans le cul, à Rue89. Un peu partout ailleurs aussi : jamais depuis cent soixante ans il ne s’est tant vendu de manches à balais.

[c’est quoi, «atticisme » ?]

 

  1. Ceux qui viendront au Second Raout Déconnologiste du 10 avril à Puycity le verront en chair et en poils. []
  2. Abondamment fournie en mammouthesses agralantes©, chauffée au mazout et dotée d’une cave de nectars pas piquée des hannetons ; on a vu pire goulag. []
Publié dans Déconnologie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , , , , , , , | 537 commentaires

LES ANNÉES DE PEUR

Joe Shuster - extrait de "Nights of Horror" - 1950 - source Wikimedia Commons - cliquer pour agrandir

Elle a toujours été là, sous la peau. Quand vient le danger elle perspire et suinte et nous fait chuinter comme le chat-huant. Il émane alors une sève aigrelette de nos reins, qui nous met sur le pied de guerre ou fait prendre nos jambes à nos cous pour la grande carapate, selon ce que nous dicte notre chouette cervelette.

Mais depuis quelque temps c’est différent : la peur ne produit plus de sueur, ni d’autre effet que  celui d’agiter considérablement les masses humaines plaquées contre des écrans de télévision ou d’ordinateurs. Dans la rue c’est pépère et mémère.

Autrefois aussi la peur nous apportait bien du plaisir : celui de la première fois, celui de la découverte, celui d’être fier de l’avoir vaincue. Elle pouvait même nous exciter sexuellement, pour dire.

C’est bien fini : bande mou et mouille sec ont le vent en poupe.

La matière grise des masses a peur de l’invasion d’immigrés ? Elle appuie sur le bon bouton et les Gros Bras Bleus des Classes Musculaires vont se taper le sale boulot : hop, dans l’avion pour l’Afghanistan ! Au suivant. Parce que la peur est insatiable : elle en veut toujours plus.

Ils vont nous envahir. Brrrrrr… Ils sont parmi nous. Vous avez demandé la Police, ne quittez pas…

 

***

Ce micro-billet de remise à flot de l’Ici-Blog après quelques jours de panne de serveur est dédié à Marina qui m’a filé le sujet, à notre ami Titou, simple flic, et au blogueur Gérard2 (flicaillon retraité) du forum de Ru89, qui pensent la même chose que moi de cette abomination et à qui je tire mon chapeau.

Le post de Gérard2 se trouve ici : CLIC.

 

Publié dans Binosophie, Fabrication, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , , , , | 633 commentaires

CAPITAL, PARIS

© Annie Luraghi 2007

Derrière la porte il y a les lingots, 

bien empilés.
Ils ne sont pas pour toi
et le monsieur qui les y a rangés
ne te laissera jamais les toucher
et si tu insistais
il pourrait bien te trucider.

Que chez les communistes,
y a un bout de lingot pour chacun
ce qui n’est pas commun.


C’est pour ceci qu’on dit comme ça.
T’as bien compris Marion ?

Viiii…

Alors dis-moi, si t’as tout retenu :
le capital, c’est quoi ?

Capital ? ben capital : Paris…

 

* * *

 

Ça faisait une bonne demi-heure qu’on tentait d’inculquer le capitalisme à Marion, quatorze ans, la cadette de Titou et Katou…

Des ligues de marchands des mers du Nord aux serfs hâves déportés de leurs champs vers l’enfer des manufactures, nous avions tout remouliné fin-fin afin de lui prémâcher la comprenette, vu que la pilotique et la donzelle font bande à part, tout occupée qu’elle est de profiter au max d’être légalement linotte, avant le grand plongeon dans le monde mornement cruel qui lui tendra ses bras velus dans peu d’années.

Du coup, on a passé la fin de la soirée à se marrer et largement dépasser notre quota journalier de rigolade. Ce qui n’est pas bien, parce que trop c’est trop ; et que nous vivons dans une société mesurée, pondérée, docilement calibrée où on égorge les moutons ailleurs que dans nos baignoires, dans des salles blanches, de manière indolore et aseptisée.

On était huit chez Titou, dont quatre lycéens gonflés à bloc et ne causant que mégaphones, syndicalistes lâches, occupations et coordination avec les étudiants.

C’est vrai qu’elle est ignoble, cette loi.
Là, ils ont vraiment raison de gueuler.
Et nous aussi.

On est repartis à onze heure vingt vers Puycity et ça pionçait dans le tapis roulant.

Le ronron du Diesel.

* * *

Rajouti de dernière minute

Il est trois heures vingt et les pompiers viennent de débouler chez notre vieille voisine Edith et j’espère très fort que c’est pas grave…

[NVDF] Edith n’est plus jamais revenue chez elle après ce jour. Elle est morte deux ans plus tard dans une maison de retraite.  

Publié dans Déconnologie, Humain, Pilotique, Tout Venant | Autres mots-clefs : | 27 commentaires

La trappe

© Cyprien Luraghi 2007

 

Cinq ans de trappe, voilà ce que je viens de me taper.

C’est Titou qui m’a demandé l’autre jour combien de temps j’avais passé dedans.

Depuis l’histoire de la maison que je raconte sur le vieux site j’ai pas bougé tout tout ; je ne suis presque pas sorti.

Une vie de termite, blanchâtre et obstinée mastiquant du bois dur.

Là, je suis en haut, dans la cuisine.
En bas, ça dort ; les ventilos sont cois.

J’ai un passeport neuf, un petit tas de travellers.
Je peux sortir la tête, je peux partir.
La tempête est calmée, les salopards se sont éteints.

 

 

Publié dans Humain, Népal | Autres mots-clefs : , , | 33 commentaires
Aller à la barre d’outils