Archives par tag : tique

ça existe

© Pierre Auclerc 2009 - tritouillé par Cyp Luraghi

– Et la tique, ça sert à quelque chose dans la grande chaîne de la vie ?
– Euh… ben pas vraiment. T’as raison : on pourrait très bien se passer d’elle.

***

C’était il y a une douzaine d’années ; nous étions chez Tristan Lafranchis, grand spécialiste des papillons. Il m’expliquait que la moindre bestiole avait son utilité ; j’avais des doutes. J’avais eu un voisin autrefois au Népal, qui étudiait une variété locale de cet acarien et avait écrit une thèse intitulée « The great leap into unknown » – le grand bond dans l’inconnu – ; la tique est sans yeux et se dirige à l’odorat, qu’elle a surdéveloppé. Elle vous flaire à cinq cent mètres et vous saute dessus pile-poil au bon moment. Si elle se loupe, elle a de bonnes chances de crever le ventre vide. Bien fait.

La tique refile des maladies. Annie en sait quelque chose : trois semaines au pieu avec quarante et plus de fièvre et des boutons mahousses partout. Et des douleurs nerveuses pendant des mois et des années. Non seulement la tique craint de la couenne, mais selon nos critères, elle est moche. Ce n’est pas même une belle saloperie.

Ça fait chier le monde entier, à exister. Nul ne songerait à verser une larme si l’espèce était mise en danger. Je ne vois pas les ligues de protection des animaux voler au secours de ces hideux ixodes.

Et il existe des hommes et des femmes tiques ; c’est une des caractéristique du peuple debout : il régurgite bien toutes les bêtes dont il descend et les transpose impeccablement, suscitant chez ses congénères un éblouissement de sensations irisées. Avec la tique humaine, nous plongeons dans le tréfonds, tout à l’extrémité basse du spectre humanoïde. La tique humaine est tout en bas ; nous en croisons parfois ; tout le monde en connaît plus ou moins. Elle empoisonne, alors méfiance.

Après avoir éradiqué la burne dans le billet précédent, je vous propose d’amener les tiques humaines à la non-existence. Tous les moyens sont bons. Grillons-les bien : ça fera des petits boudins.

Édit édicté.

***

Ce billet est dédié à « Jexiste », ex-commentatrice de Rue89, à qui je fais un petit hibou, l’heure du coucou étant passée.

[Note Venue Du Futur (27 mai 2013 et 5 mars 2016) : lisez les billets liés « NEMROD34 GAGNE EN APPEL CONTRE OVERBLOG » et « Catherine X de Brest : coupable relaxée en appel » , car cette histoire ne faisait que commencer quand j’avais écrit ce billet et des années plus tard elle continue]

Publié dans Déconnologie, Édits Vespéraux, Trollogie, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , , | 558 commentaires
Aller à la barre d’outils