Archives par tag : Surenculage

LACANICULE

Il y a des températures positives sur Mars : le gros robot à roulettes américain vient de nous apprendre ça. Ça cogne, comme sur Terre. Mais ça ne se cogne pas dessus comme ici : au pire ça heurte gentiment un gros caillou pour repartir lentement en marche arrière, le contourner et aller de l’avant comme si de rien n’était. 

Ici, ça se cogne sur la gueule en plein cagnard. Notre robot à roulettes cahote et se faufile entre les obstacles sur le sol sec. Que de cons : contingent compact à perte d’horizon du continent. Et roule droit dedans et rentre dans le lard de la planète en perforant sa couenne avec des instruments acérés. Il scrute et gratte l’écorce, guettant toute réaction des formes de vie présentes en masses. 

Dans la fournaise les esprits s’échauffent : les récepteurs d’infra-rouges de notre engin le confirment. Ça sent chaud le soufre et ça s’échauffe tant et plus entre les êtres : sur les plages ça rôtit, marmaille braillante en fond sonore ; au taf ça marine et la maltension se propage à la vitesse du nuage des sueurs axillaires mêlées. Le boss est parti se dorer la pilule aux Seychelles alors grisettes et geekounets se la pètent un max en pétant câble sur câble : tout le stress de l’année il faut l’évacuer là, d’un coup d’un seul à grands coups de gueule, tonitrués. 

Passé les 37, ça commence à craindre pour les fragiles créatures des contrées tempérées qui sous la canicule s’effusent de l’ego pis que chez le psy. Et s’épanchent en torrent de tripes sous les néons des bureaux et sur les forums de l’internet, speedés comme des malades derrière leurs écrans à marteler nerveusement leurs claviers infortunés. Les doigts tout moites. Dans la touffeur les haines crépitant sont comme gouttes en caléfaction sur fonte chauffée à rouge. Face à face ça crache et chuinte en se grinçant des mots poignards. Le dialogue paraît en lui-même constituer une renonciation à l’agressivité[1] : les caméras de notre robot à roulette terrien ont observé ça : vu de loin tout n’est que politesse, mots léchés, agréés par les saintes chartes régissant les relations entre individus. Mais en y regardant de plus près, les instruments d’analyse embarqués captent alors tout autre chose. Dans ce petit cratère, l’agitation molenculaire est à son comble

Un fruste geekounet en chef adjoint super vénère semble ignorer la notion de dialogue, pour commencer. Quand les gens lui disent des trucs très vrais, ils leur crache son venin à la face en retour. Il n’est doté que d’un émetteur, son récepteur atrophié semblant inapte à capter quoi que ce soit d’autre que son blablabla intérieur. Le mimi chatouilleur en platane iridié[2] lancé tout zigouigoui dehors, se prouve inopérant, le sujet étant récalcitrant à toute sollicitation bienveillante. 

Après carottage à cœur du sujet, il apparaît que celui-ci est creux. Passons-donc à autre chose de plus roboratif pour nos antennes. Roule petit robot sous le grand soleil… roule, roule…

Ce billet est composé en grande partie de distillats d’idées lancées dans le dernier fil de discussion par pas mal de monde. 

E la nave va…

  1. Jacques Lacan dans « L’agressivité en psychanalyse« , Thèse III, 1948 []
  2. Arbre sacré du peuple déconnologue d’Alpha du Centaure, dont on confectionne le Poteau 62. []
Publié dans Déconnologie, Pilotique, Spectacle, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , , , , , | 1417 commentaires

Fondation Banzaï

Déconnologie Pilotique (lamorillienne) Association 1901 © Cyp Luraghi 2011

Moi, Cypounet Preum’s, Kondukator Kosmoplanétaire du vaste univers, déclare la Déconnologie© Pilotique (lamorillienne), association à but non lucratif constituée de fait : dans quelques jours elle sera déclarée au Journal Officiel.

Elle réunit les Rigolos de l’internet sans distinction de caste, d’emballage et autres conneries, et son but est d’instaurer le règne du Rire, du Second Degré et de l’Ironie, tant dans son tripot − l’Ici-Blog −, que sur toutes sortes de forums.

La Déconnologie considère que le monde actuel est tristounet et que les adeptes de la tristouillerie[1] sont ses ennemis, puisqu’ils ne jurent que par le Pied de la Lettre et le Premier Degré. La Déconnologie est de ce fait une cellule de combat pilotique ; la pilotique étant à la politique ce que la politique est à l’orgasme.

Les armes de la Déconnologie sont : le Poteau EDF modèle 1962[2] , le mimi chatouilleur de trolls velus, le Prout© alliacé et le menhir.

Le repos du guerrier est assuré par ses groupies frétillantes et notre troupeau de mammouthesses agralantes.[3]

Nos guerrières − appelées bonnes femmes −[4] trouvent leur réconfort en cas de coup dur au son d’un orchestre de yodlers bavarois musculeux tout aussi agralants que nos mammouthesses.

De par sa nature même, la Déconnologie s’attire souvent les foudres des tristosses, des gniasses et des biomormons, lesquels n’hésitent pas à user de procédés vils et peu ragoûtants pour parvenir à leurs sinistres desseins. Par conséquent il importe que l’Association de la Déconnologie© Pilotique (lamorillienne) puisse se défendre légalement et ester en justice, le cas échéant.

***

Voilà, c’est un brouillon de nos statuts… à vous toutes et tous de les compléter dans les commentaires, parce que la paperasse et moi, ça fait deux ;-)

Édit vespéral édicté !

e la nave va…

 

  1. Communément appelés « tristosses », « gniasses » ou « biomormons ». []
  2. Réservé au surenculage. []
  3. En cas de bannissement d’un forum extérieur en Icibérie. []
  4. Masculin de bonshommes, tout bêtement. []
Publié dans Déconnologie, Édits Vespéraux, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , , , , , , , , | 586 commentaires

ACIDE GRAS

Plaque de générateur électrique diesel Franco Tosi - Photo de Sambucus © 2010 Cyp Luraghi pour le tritouillage - Musée des vieilles mécaniques de Cazals (Lot)

Non seulement il n’y en a qu’un fond de carter, mais elle est cradingue et poisseuse comme du brut. Elle ne lubrifie plus rien et elle pue.

La machine vibrionne et du dedans de sa masse métallique s’entendent maints cliquètements, et ça y grince des dents à qui mieux mieux. C’est l’enfer : ça goudronne et calamine contre les parois brûlantes, déformées par la pression. Et au milieu de tout ça le carburant humain se consumant, projeté avec force par les injecteurs dans cette chambre de combustion qu’est notre monde fou.

Un monde avec un vieux fond d’huile cramée en guide d’onguent et de baume émollient : la belle affaire… le plan arnaque sur toute la ligne. Après le Décervelage, le Surenculage. Que des sociétés sans huile dans le moteur, depuis l’aube des clans. Rien que pétarade et ratés, fumée âcre et noirâtre, suie grasse et poussier.

Allez faire frire des patates sans gras dans une poêle : impossible et dégueulasse. Carbonisées dessous et demi-crues sur le dessus. Le gras, c’est la vie. C’est pour ça qu’ils veulent un peuple qui meure en bonne santé, au Palais. Alors ils le font trimer dur pour qu’il maigrisse dur, le populaire. Et ils le font trimer jusqu’à la dernière extrémité : extrême onction pour tous en finale et à la graisse de palme hydrogénée produite par des esclaves dans les plantations des multinationales de l’Empire. Vendue en promo chez les bradeurs de boustiffe au personnel hâve payé au lance-pierres − avec horaires aménagés ça va de soi.

C’est naturel qu’ils disent : l’acide et les plaies dessous et le doux épiderme huileux dessus : comme dans la vinaigrette. Pas question d’émulsion : la mayonnaise, c’est communiste !

Ah putain : c’est beau, le progrès. Con de dieu, que c’est chouette. C’est pour ça que c’est pas près de s’arrêter : on n’arrête pas le progrès. Propulsé par une machine de 280 tonnes[1] il se trémousse en ravageant les petites fleurs sur son passage. Elle n’en a rien à foutre des fleurettes, la machine : elle surencule le monde et ça lui suffit bien.

C’est son seul et unique but. Elle garde le cap, imperturbable, en bouffant tout pour recracher sa pestilence à l’entour.

Quel cap, déjà ?

[roulage de clope et cassage de noix dans la cambuse de la maison de l’Horreur]

E la nave va…

 

  1. C’est le poids de la génératrice Franco Tosi dont la plaque d’entretien illustre ce billet. []
Publié dans Billet Express, Binosophie, Déconnologie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , , , | 662 commentaires
Aller à la barre d’outils