Archives par tag : Ségolène

LE KONDUKATOR MENT

Image libre de droits

  

Le Grand Kondukator
du Parti Railleur
est une ordure qui ment comme il respire. C’est un fait.

Il a toujours braillé partout qu’il ne voterait plus jamais contre, mais pour.
Ainsi, il avait décidé de passer le dimanche suivant son retour (le six mai)
sous la couette en compagnie de sa moitié.

Mais que dalle.

LE GRAND KONDUKATOR VA VOTER POUR ROYAL

Bien qu’il ne puisse pas la blairer, elle qui Blair,
Bien qu’elle soit aussi socialiste que moi pape,
Bien qu’elle triche aux impôts,
Bien qu’elle soit conne comme un manche,
Bien que son parti de merde ait étripé le grand Jaurès,
Bien qu’il exècre les bourgeois en esprit,
Et qu’il abhore les sourires contrefaits,
Et malgré que les pauvres doivent encore
se contenter de rogatons de longs lustres durant,
Que la machine à broyer abondamment huilée
par la bureaucratie soit loin de dépérir,
et que nul espoir ne se fasse,
nulle lumière luise,
au bout du long boyau dans lequel nous marnons,
peuple décervelé
individus en boîte
gros cons en quatre-quatre
piscines et miradors
Quarante mille euros par mois
et moins de mille pour l’acharné travailleur…

Bien que
Bien que
Et malgré tout,
Et Malgré-Nous, comme à la guerre…

Le Grand Kondukator a décidé d’aller chier dans l’urne rien
que pour emmerder l’atroce individu
qui l’autre jour a décrété

La Prédestination
L’Inné
Pour les classes dangereuses

Comme en son temps funeste
L’ignominieux Hitler
le fit avec tant d’innocents.

Il est urgent et important
PRIMORDIAL
que nous lui fassions tous
bouffer de la poussière
et lui torcher museau
dans son caca mental

J’ai dit !


*

 

Publié dans Déconnologie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , | 21 commentaires

Pays de morts

© Cyprien Luraghi - 2005

 

Dans ses villages, il n’y a nulle
âme qui vive.
Au bord des routes sont ses morts,
debout comme des stèles.

Vivants, voilà : c’est ceci qui advient
quand bornes dépassez
moules brisez
normes dynamitez
cloposses crapotez
et trop aimez.

Coulez vous donc dans le Grand Gris
qui de son carcan-chape
enroidit le pays.

Il fut un temps où non
mais il est révolu ;
telles révolutions le furent,
il y a no future.

Des tout petits oiseaux se disent
en dissertant serrés ainsi que sprats en caque
et rats en cage
qu’ils sont de libres citoyens.

Mais macache :
à l’instar des macaques,
hululant aux métèques
ils s’échauffent le bréchet,
en vain puisqu’ils sont poules.

Frileux gallinacés
se poussant du Caddie
dans les supermarchés.

C’est mon pays, le nôtre,
celui où nous vivons.

Parfois les morts dressés émergent du brouillard.
Parfois encore….

Ce n’est pas drôle.

Ratatinons le borgne
et niquons le Nico.
Virez-nous Ségolène.
Rendez-nous Segalen.

 

 

Publié dans Binosophie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , | 1 commentaire
Aller à la barre d’outils