Archives par tag : Rêvasserie

Le jardin d’Edith

© Annie Luraghi 2006

 

Edith a quatre-vingt cinq ans

elle vit toute seule avec son chien

dans la maison au fond du tout petit jardin

qu’on voit depuis notre cuisine.


Edith est une demoiselle

car aucun homme n’a voulu d’elle

à cause de ses yeux de traviole

qu’on aurait dit gonflés au vitriol

Le soir elle rêve de Weissmuller

en tapotant son chien Tarzan

*

 

Publié dans Humain | Autres mots-clefs : , | 10 commentaires

Cheval. Vapeur.

© Cyprien Luraghi 1994

 

J’erre ou je cours dans un pré carré.
Je dévale les pentes en soufflant des naseaux.
Je suis libre.
Je m’ébroue et je broute ;
Je suis heureux et myope.
Je ne vois pas le barbelé.

*

Publié dans Tout court | Autres mots-clefs : , , | 15 commentaires

Passer l’éponge

Scan direct tritouillé © Cyprien Luraghi 2006

 

Sèche et rêche elle passe, râclant la craie sur le grand noir.
Trempouille et ruisselante, elle efface et caresse
la vaisselle ou la peau.

C’est l’éponge. Elle respire ou se fige ; elle aspire et se fond.

On la presse, elle jute
on la tord, elle se tait.

Pénétrée de tous pores par des sucs très divers
et dépourvue de derme,
elle les contient tous jusqu’à l’incontinence.

En somme, nous sommes tels qu’elle.
On croit qu’on est, mais non.
Seul le vent nous traverse.

La main n’est pas l’éponge : c’est elle qui tient, c’est elle qui passe,
et l’autre ne fait rien.

C’est comme pour les tapettes :
elles gisent sur la table
et les mouches y suçotent
les restes de leurs sœurs
en attendant leur tour
et le bras de la mort.

*

Publié dans Tout Venant | Autres mots-clefs : , , | 34 commentaires

Pays de morts

© Cyprien Luraghi - 2005

 

Dans ses villages, il n’y a nulle
âme qui vive.
Au bord des routes sont ses morts,
debout comme des stèles.

Vivants, voilà : c’est ceci qui advient
quand bornes dépassez
moules brisez
normes dynamitez
cloposses crapotez
et trop aimez.

Coulez vous donc dans le Grand Gris
qui de son carcan-chape
enroidit le pays.

Il fut un temps où non
mais il est révolu ;
telles révolutions le furent,
il y a no future.

Des tout petits oiseaux se disent
en dissertant serrés ainsi que sprats en caque
et rats en cage
qu’ils sont de libres citoyens.

Mais macache :
à l’instar des macaques,
hululant aux métèques
ils s’échauffent le bréchet,
en vain puisqu’ils sont poules.

Frileux gallinacés
se poussant du Caddie
dans les supermarchés.

C’est mon pays, le nôtre,
celui où nous vivons.

Parfois les morts dressés émergent du brouillard.
Parfois encore….

Ce n’est pas drôle.

Ratatinons le borgne
et niquons le Nico.
Virez-nous Ségolène.
Rendez-nous Segalen.

 

 

Publié dans Binosophie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , | 1 commentaire

Un an sans rouge

© Cyprien Luraghi - 2003

 

…Pour un rougeaud dans mon genre, on pourrait croire à l’anémie.

Mais non : j’ai juste arrêté de me bourrer la gueule.
Quand on sait pas boire, ben on boit pas.

Je ne suis jamais raisonnable,
mais là, je me suis fait eu comme un bleu :
les crus m’avaient cuit !

À picolette et p’tite piquette ,
j’ai préféré pinter ma ruche
au jus d’caoua qu’est pas d’chaussette.

Un grand salut aux allumés d’ATOUTE !
Et merci.

 

  

Publié dans Humain | Autres mots-clefs : , , | 6 commentaires
Aller à la barre d’outils