Archives par tag : Puycity

Comité d’accueil

Illustration © Cyprien Luraghi - ICYP - 2015

Le jour qui s’annonce est un grand jour : notre petit quartier de la Pétaudière dans les bas de Puycity, s’apprête à accueillir un nouvel arrivant. Événement rare et remarquable, car les cœurs de nos vieux bourgs ont tant besoin de sentir pulser du sang frais dans leurs vieilles artérioles que sont ses venelles. Pour l’occasion le conseil municipal a nommé une espèce de recoin vague en y clouant une plaque de rue. Car nous ne faisons pas les choses à moitié : tout nouvel arrivant a droit à sa rue personnelle, ici. Tradition surgie du néant et bien plaisante, ma foi.

Déjà, les cancans vont bon train : l’Apache ne pipe toujours pas mot en arpentant notre ruelle, mais son silence en dit long sur le nouvel arrivant. Tout semble soudain si inhabituel : la femme du boulanger tire plus nerveusement sur sa cigarette qu’à l’ordinaire, à sa fenêtre après le déjeuner. Hier, son bonhomme a embauché un poil en retard à trois heures du mat’ en maugréant, mais il m’a tout de même salué de la main en pressant le pas. La Moutche a croqué deux souris sous la table en bois d’arbre, au lieu de l’unique qu’elle me ramène chaque soir. L’autan nous a poussé quelques gouttes de pluie : c’est un signe. S’ajoutant à d’autres bons signes. Car le nouvel arrivant est un bon arrivant : sa venue nous comblera d’aise comme je l’espère de tout mon cœur, notre chouette petit quartier aura l’heur de lui plaire. Le comité d’accueil au grand complet se tient sur le pied de paix ;-)

 

La Moutche et sa souris vespérale - © Cyprien Luraghi 2015

e la nave va

 

Publié dans Déconnologie, Humain | Autres mots-clefs : , , , , , | 3833 commentaires

Des Apaches et des crabes

Écrevisses pêchées à cent pas de chez nous − Illustration originale © Cyprien Luraghi - ICYP - 2015Sur certains sites, c’est un vrai panier de crabes dans les commentaires. Comme je n’avais pas de crabes sous la main pour illustrer mon propos, j’ai pris des écrevisses pêchées par l’Apache qui passait devant mon petit atelier avec un seau plein de ces bestioles : ça fera l’affaire. L’Apache, il est dehors par tous les temps. Dans le quartier tout le monde l’appelle comme ça vu qu’il ressemble un peu à Geronimo. Avec un air nettement moins farouche que l’original, tout de même. L’Apache n’a pas d’ordinateur et pas d’internet non plus, évidemment. Il pêche, chasse et cueille des champignons, point. Volontiers partageur, notre petit quartier du bas de Puycity profite de ses récoltes : les écrevisses de l’Apache agrémentent parfois nos nouilles, par exemple. Notre bas-fond est appelé de manière méprisante la Pétaudière par les gens des hauts du bourg, depuis quelques siècles sans doute puisque nous sommes à deux pas de l’ancien port et que comme tout un chacun le sait : qui dit port dit marins et que les marins vont aux putes, dont les bordels étaient à proximité des débarcadères par souci d’ordre pratique, avant la loi prohibant les bordels.

L’Apache ne fréquente donc pas les bordels, d’abord parce qu’il n’y en a plus depuis belle lurette à la Pétaudière, et surtout parce que c’est pas son genre. Car l’Apache a sa dignité en bandoulière comme sa canne à pêche, l’Opinel à girolles et le calibre 16 à gibier, selon la saison et les périodes d’ouvertures légales de la quête aux différents comestibles. Il déambule dans les venelles chacun le saluant, et rendant la pareille d’un hochement, ayant le mot rare et court.

Tout ça pour dire que l’Icyp, c’est la Pétaudière de l’internet : on y décortique des crustacés et toutes sortes d’autres produits de la nature, que nos troupes de saltimbanques vont quérir dans des paniers garnis de crabes remontés des eaux troubles et fécondes de l’océan Octetique. Qui est notre nature nourricière comme celle des alentours de Puycity l’est à son Apache. Et après décorticage, on les déguste. Bien cuites et accommodées car les créatures de ces abysses sont toxiques avant cuisson.

Discutons donc le bout de gras pendant que notre nouveau veilleur de nuit tapi dans le noir[1] et ronflant dans sa guérite, a des visions de chats de mars[2]  à trois pattes, croisées avec des araignées par un savant fou, et que nos mâles frétillants dissertent des vertus du Saint Poil de Cul de notre prophète de bonheur et de celles de nos nouvelles Vénus callipyges raptées comme les Sabines et honorées en tout bien tout honneur vu que c’est la journée des nénettes et que sans elles l’Icyp ne serait qu’un troquet tout gris et sans intérêt.

e la nave va ! 

  1. Un grand Noir embauché tout récemment par amour de la diversité cosmopolite régnant autour de notre table en bois d’arbre. []
  2.  « Alors que je fientais derrière un buisson, je trouvai un chat de mars et m’en torchai, mais ses griffes m’ulcérèrent tout le périnée. Ce dont je me guéris le lendemain en me torchant avec les gants de ma mère… ». (Rabelais, Gargantua, chap. XIII) []
Publié dans Déconnologie, Humain | Autres mots-clefs : , , , , , , , | 3854 commentaires

Dégelée sur la rive nord

Nids de guêpes maçonnes - Illustration © Cyprien Luraghi - ICYP - 2015

Dans l’armoire à linge, sous la pile, bien à plat planqués, à l’abri dans l’air immobile, juste à température. Envolés, barrés happer la chenille aux rafales d’autan, passé les grues cendrées, l’an neuf et les fèves perçant la croûte aux jardins.

Tous les ans ça recommence : timidement les gonds grincent, les fenêtres s’entr’ouvrent, miasmes et bestioles se diluent dans l’azur incertain rincé de giboulées.

***

Sur la rive sud où crèchent de frustes créatures, Sambucus asperge d’huile à machine à coudre[1] les roulements de son fauteuil à pneus pendant que sur la rive nord je grommelle en dressant les puces des ordinateurs en carafe de mes clients. À la cuisine ça gazouille autour de la table en bois d’arbre : chocolat, café, la jeunesse de passage, le voisinage bricolant à l’entour, Léopardo s’enfilant des bananes à pleins régimes, Marcel Granule ronronnant de concert avec la Moutche, et au loin, très au loin, d’autres grincements et d’autres envolées ont lieu en même temps : les drones et les Rafale sont à la parade nuptiale des engins de mort, dézinguant les coupeurs de têtes amoks pendant que les obus de Vladimir fécondent les terres à blé de l’Ukraine sous les vivats des révolutionnaires sur canapés de la France pépère, rouges et bruns main dans la main, unis pour le pire dans la plus parfaite communion confusionnelle des esprits inachevés.

…e la nave va !

  1. La machinacoudrophilie est un de ses nombreux vices. []
Publié dans Déconnologie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , , , , , , , , , | 3308 commentaires

Les bonnasses maniérées

Illustration © Cyprien Luraghi - ICYP - 2014

La diplomatie et les bonnes manières je te vous en foutrais, moi. D’où je viens y avait rien de tout ça mais vulgarité, brutalité et saloperies à tous les étages. Emballés dans des pelures de bonnes manières le dimanche dans des costards ridicules, c’est tout. Et des « je vous ai pourtant bien élevés » de la vieille à la mitrailleuse lourde, alors que tout partait en vrac dans cet affreux naufrage qu’était la famille où j’ai atterri bébé. Rien que des gens méchants. Tout le temps à s’envoyer de la haine l’un l’autre, les vieux. Et élever la marmaille dans les bonnes manières, au gauche instar de ces bons bourgeois brasillant tout là-haut. Dans leurs sphères accessibles seulement au maçon mâle et à la bonniche femelle, dans ce cas. À bâtir leurs belles bicoques à la truelle et récurer leurs chiottes. 

Le respect fanatique qu’ils avaient pour ces gens-là, mes vieux, je n’en ai pas hérité. De rien je n’ai hérité d’eux. Encore heureux. Merci pour la bouffe, les vieux − on n’a jamais manqué de rien, de ce côté-là − mais pour le reste, que dalle. À quatorze ans la grande carapate. Dans le monde des grands, catapulté. Fallait pas qu’ils s’attendent à trouver un gentil diplomate tortillant du fion, les grands du monde. J’appelle un chat un chat et un salaud un salaud, les yeux dans les yeux, en bon sale mioche ingrat. Une morue faisandée[1] est une radasse et je le lui dis tout net. Et si ça plaît pas aux vierges folles et aux ligueurs de vertus salonnardes, qu’ils aillent se faire mettre. Ça pourra pas leur faire de mal. 

Bien que pareillement nés couverts du même vernix, tout le monde n’est pas enduit du vernis enrobant le méchant breneux, lisse et inerme. Tout le monde n’a pas les dessous sales. C’est sous la bogue entrouverte qu’il faut aller chercher le bon,  le tendre : l’amour y germe gentiment. L’humanité sous la peau de l’hiver, la bonne famille, les amis… 

E la nave va…

  1. © Frangipanier. []
Publié dans Humain, Spectacle, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , , , , , , , | 2354 commentaires

dérisoire territoire

Illustration © Annie et Cyprien Luraghi 2013

vains mots

pas plus

pour dire

on est

antennes au vent

suspendus

face aux biomormons de gauche

et aux fafs

 

e la nave va

Publié dans Déconnologie, Pilotique, Tout court | Autres mots-clefs : , , , , , , | 3078 commentaires
Aller à la barre d’outils