Archives par tag : Psychopathologie de la normalité

Dégoûts et découleurs

Illustration © Cyprien Luraghi 2018 - ICYP

Mai 68. Il n’y avait pas classe et les grandes vacances étaient super grandes cette année-là. Je ne savais pas pourquoi. À dix ans on ne sait pas grand’ chose et en tout cas pas ces choses-là. Et encore moins dans un village alsacien qui n’était pas encore phagocyté par l’amibe hyperurbaine, où les dames battaient leur linge au lavoir pendant qu’une trentaine[1] de charrettes en bois à roues cerclées de fer arpentaient les ruelles, tirées par des chevaux mastocs. Au travers de la bulle enfantine, de faibles échos de cette chienlit me parvenaient. Les vieux s’excitaient beaucoup pendant le journal télévisé. Ça avait l’air de les dépasser, comme tous les vieux du village. Le décalage entre cette réalité télévisée et la réalité réelle nous laissait pantois. Avec ce sentiment diffus du retour de la guerre ou quelque chose dans le genre. Une petite peur nichée au creux du sternum, et juste au dessus une excitante envie d’espoir de mieux. Que les cancans du lavoir, le boucan des charrettes, que les houblonnières et les champs d’asperges. 

Mai 68. Le voisin du pavillon en parpaings crépis d’en face était camionneur. Pendant la guerre il avait été kapo dans un camp de la mort. Les gens ne l’aimaient pas trop. Je ne savais pas pourquoi. Kapo, ça me disait rien. Camp de la mort non plus. Plus tard j’ai su. En attendant il déchargeait une palette de son camion pour la rentrer dans sa cave. Une palette de boîtes de fayots. Une tonne de fayots. Par crainte de la pénurie à cause de mai 68. La pénurie c’était terrible. Sans dictionnaire, j’imaginais ce que ça pouvait être, la pénurie. Longtemps après mai 68 le kapo et sa famille de kapos ont mangé des fayots à tous les repas, ce qui avait beaucoup fait rire les gens du lotissement. 

Mai 68. Il y avait des étudiants dans les discussions des vieux. Je ne savais pas ce que c’était. Sinon qu’il s’agissait des grands qui étaient partis à la ville pour faire des études. Je ne savais pas ce qu’étaient des études. Sauf que le paternel avait toujours regretté de ne pas avoir pu en faire. Au lieu d’études, il avait fait soutien de famille. Je ne savais pas ce que ça voulait dire, soutien de famille. Sauf que c’était à cause de la guerre qu’il n’avait pas pu et qu’il l’était devenu et que pour ça il avait dû brasser du béton, du carrelage et de la chamotte. Et de l’amiante aussi. Afin de nourrir la brochette familiale.

Mai 68. Cinq ans plus tard. Un qui avait été étudiant cette année-là peignait une toile géante avec un Mao géant dessus. Je ne savais pas pourquoi Mao. Ni qui, ni quoi. Les mercredis j’allais tendre le pouce au carrefour pour aller à la ville et lui rendais visite. Il me laissait le regarder peindre, accroupi dans un coin. C’était fascinant. Rien n’est plus fascinant qu’un artiste à l’œuvre. C’était mon kief en ce temps-là. Depuis, il est devenu un peintre de renom, mais il ne peint plus de Maos, ni de jolies Gardes rouges potelées. Il est coté, c’est son métier.

Mai 68. Vingt ans plus tard. Ils sont deux patrons face à moi. Sur l’étagère, derrière eux, il y a un pavé posé avec gravé dessus « Mai 68 ». Je sais pourquoi. Ils y étaient, eux aussi. Ces négriers, désormais. Que j’étais venu morigéner ce jour-là, ça va de soi. Pour des raisons valables. Pour avoir plus de sous-sous dans ma popoche, pardi. Leur pavé, je le leur aurais bien balancé en pleine poire, ce jour-là. Mais heureusement, mon Jiminy Cricket intérieur m’avait rappelé à l’ordre en susurrant à mon oreille qu’un objecteur de conscience comme moi, n’a pas pour habitude de foutre sur la gueule, fut-elle celle d’un pnutre de première magnitude.

Mai 68. Ne croyez surtout pas que je n’ai rencontré que des infects, parmi les nombreux anciens combattants de la Cause d’alors. Dans le tas il y avait des gens vraiment épatants. Des qui avaient largué les amarres pour de bon après coup, après que les masses populaires rentrèrent dans le rang bien sagement, à l’aube de la première crise pétrolière dans les années 70. Des qui avaient décidé de mettre leurs belles idées en application. Des qui peuvent se regarder en face dans la glace sans avoir envie de gerber. Des qui sont comme les pousses de bambou renaissant à chaque printemps. Des qui ont chéri la bulle enfantine. Et dont je causerai un jour dans d’autres billets. E la nave va !

  1. On les avait comptées avec l’instituteur. []
Publié dans Humain, Pilotique, Spectacle, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , | 2216 commentaires

Crac aux entournures

Illustration © Cyprien Luraghi 2018 - ICYP

*

Là, elle dort.
Elle est bien.
L’histoire pourrait s’arrêter là.
L’esprit passe par là se demandant qui que et quoi.
Après tout c’est son boulot,
extrapoler.

Elle dort.
Elle est bien.

*

Elle digère ses croquettes en rêvant de soixante-dix souris potelées sur la chaise à côté de moi, à la cuisine, ronronnante. Ou bien elle vient de se gaver de médocs et elle en écrase sur son grabat douteux. Ou alors : sept heures semblant cent ans, comme au bois dormant, prince à la clé, petit sourire aux commissures, au matutin. Aussi peut-être :  elle a deux trous rouges au côté droit. Ou pire encore. Quand l’esprit vagabonde, hein…

Rien de tout ça : elle attend, latente, son temps.
Tout l’hiver, tranquillement.

*
…e la nave va…

Publié dans Binosophie, Tout court | Autres mots-clefs : , , | 5542 commentaires

Mâle à l’aise

Illustration © Paul Grély 1961 - fonds Auzanneau - tritouillage : Cyprien Luraghi 2017 - ICYP

Des enfançons confectionnent nos joujoux dans les pays de misère exotique. Dans l’empire du Milieu les meilleurs artisans bouchers garnissent leur étal de viande humaine au Palais et les puissances étrangères s’extasient devant leur boutique. Et ici, quand je me promène dans une ville, je vois une personne sur trois à peu près penchée sur l’écran de son joujou, écouteurs plantés dans les conduits auditifs. Bizarre. Les propriétaires de ces jouets s’en servent pour plaindre les petits enfants esclaves lointains et fustiger les bouchers de viande humaine lointains. Les instruments de communication rapide ont le don de rapprocher les gens, il paraît. C’est du moins ce qui se dit par le truchement de ces appareils infantiles et ressassé à l’envi sur le réseau. Perdu dans le flux. Noyé dans la masse. Aplati sous la vague de babioles américaines. Ainsi le babil bat son plein et l’insignifiance peut à loisir masquer cette vilaine signifiance qu’il convient de ne pas côtoyer tant elle est cruelle. Faute de pouvoir extirper les bouchers lointains, autant faire joujou à la chasse aux sorcières. Comme il n’y en avait plus à cramer sur le vieux continent, c’est d’Outre-Atlantique que la mode nous en est revenue, depuis McCarthy. Et ma foi la mode a pris ici, si j’en crois ce que j’observe depuis mon petit pondoir à billets. De nos jours la sorcière est un sorcier. 

De nos jours il ne faut pas trop en demander. Les créateurs sont rangés au placard à balais. Faute de création, l’inversion fait l’affaire. Sorcière, sorcier. L’amalgame a le vent en poupe aussi : de l’exécration collective d’un Emmanuel Goldstein à celle d’un Weinstein et de tout ce qui y ressemble peu ou prou, il n’y a qu’un pas à franchir. Tout tout petit pas. Vite franchi. Sans peine et sans remord. Il suffit de caresser le petit joujou sinoricain du bout des doigts, depuis sa bubulle. Ni vu ni connu, mais lu. C’est l’essentiel : participer à la pâte universelle. 

Enfin bon, je devrais m’en foutre encore plus de tout ça. Déjà que je m’en fous pas mal de cette guerre des pustules. Aussi absurde que les guerres picrocholines et qui, à leur instar présente tout de même l’avantage d’alimenter la discussion et de provoquer l’hilarité générale de tous les sexes bien conformés et confondus. J’avoue qu’il m’est plus facile de rire comme une baleine des superficialités ridicules émises par les grognasses mal embouchées, que du mauvais sort réservé à des pans entiers de l’humanité juvénile et lointaine. 

e la nave va…

Publié dans Billet Express, Binosophie, Spectacle, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , | 4642 commentaires

Feu de tout bois

Illustration © Cyprien Luraghi 1990 - 2017 - ICYP

Depuis tout petit j’ai détesté Johnny. Quant à l’inévitable Ormesson j’en parle même pas : dès qu’il radinait sa fraise à la radio, je coupais le son. Le vieux poste à transistor à côté du lit a maintes fois échappé à l’écrasement contre le mur et ce matin encore en l’ouvrant : y avait l’insupportable Augustin Trapenard qui parlait de Johnny. Au réveil c’est brutal alors je me suis dit chouette, enfin je tiens le sujet du nouveau billet. Ça faisait quatre jours que l’illustration était amoureusement tritouillée et calée sur le marbre et rien, néant, page blanche. Et soudain, le jour de la Saint Nicolas, deux macchabées tout frais d’un coup d’un seul. Que demande le peuple ?

Les idoles ne sont pas mes idoles. L’esprit humain est ainsi fait qu’en bon animal, il a besoin de se projeter sur des idoles en plâtre, en bois ou en chair et en os pour trouver un sens à sa vie. L’esprit humain a le don d’animer l’inanimé. On appelle ça l’animisme. Ou la religion, c’est selon. Je ne dois pas avoir l’esprit humain et finalement c’est pas plus mal quand je vois toutes les saloperies dont le genre humain est capable. 

Détruire les icônes est une perte de temps : le temps se charge de faire le job inéluctablement, rongeant le bois dont sont faits les idoles, usant la pierre, effaçant les pigments, anéantissant la mémoire à coup sûr. Irrémédiablement. Ou diablement pour ceux qui croient à ces conneries. Ce qui n’est pas mon cas. Car je crois à rien en bon anihiliste. Il y a juste le fil du temps à dérouler et à suivre comme un fil d’Ariane dans un labyrinthe obscur, avec quelques loupiotes croisées en chemin de temps à autre : les amis, la petite famille, les biens veillants, les bons vivants. Et c’est tout. Rien de plus. E la nave va.

Publié dans Billet Express, Binosophie, Spectacle | Autres mots-clefs : , , | 4129 commentaires

Le bénéfice du douteux

Illustration © Cyprien Luraghi 2017 - ICYP

Bientôt treize ans que j’ai laissé tomber la bouteille. Et quelques dizaines d’années de plus que j’ai envoyé valdinguer la mystique gazeuse − qui était très à la mode au temps de la route des Indes et des hippies en mon adolescence. En 76 précisément, le jour où j’ai foulé pour la première fois le sol de ces Indes. Alors que j’y étais allé par attirance pour la spiritualité censée l’imprégner. Tu parles : c’est comme partout ailleurs pour ça. Business as usual. En roupies sonnantes et trébuchantes. Je ne suis pas éthologue, mais à n’en point douter un jour futur ces scientifiques découvriront que les singes croyaient déjà à de telles conneries depuis la nuit des temps. Il n’est donc pas naturel de s’en départir, pas plus que de laisser tomber la bouteille. Car là aussi ça remonte à loin : des dizaines de milliers d’années au moins et peut-être même plus. D’ailleurs les singes ne sont pas plus en reste que les éléphants, quand il s’agit de se pinter la ruche en gobant des mangues bien fermentées ou toute autre variété de fruit blet chu de l’arbre.

Faute de dieux existant ailleurs qu’en soi, il est d’usage dans notre race de prendre chacun son soi puis de le projeter au dehors sur ce qui est apte à refléter nos croyances. Totems en bois, cailloux remarquables, statues de plâtre peint, maîtres à penser, troubles mentors, gourous douteux, lamas libidineux, curés tripoteurs, politiciens vérolés, notaires véreux, dictateurs paranoïaques, affairistes sadiens et tutti quanti. 

N’avoir ni dieux ni maîtres est inhumain, en réalité. Ça contrevient au fond de nous. Et avoir dieux et maîtres insupporte l’esprit libre, le tuant à petit feu. Comme mauvaise drogue. Indispensable stupéfiant. Rabougrissant opium. Cervelle au schnaps. Alors trouver la parade est vital. Pour moi c’est simple : je pars des toutes petites choses sur lesquelles je me projette en grand, rêvassant langoureusement. Comme sur cette étiquette de bouteille de bière indienne traînant dans ma vieille malle de voyage en tôle bleue toute cabossée. Elle en dit long, cette petite étiquette. Pas assez pour refaire le monde, mais sufisamment pour en pondre un billet évoquant l’état du monde et du monde y vivant… 

 

© Cyprien Luraghi - ICYP - 2017

…e la nave va…

Publié dans Binosophie, Spectacle | Autres mots-clefs : , , , | 3457 commentaires
Aller à la barre d’outils