Archives par tag : prolétaire

Chute des classes

Illustration © Cyprien Luraghi 2009

Arlette, c’est fini. Fin de saison cata pour les prolos tégénaires : un vieux mâle s’est affalé au pied de l’escalier menant à la chambre de Shanti.

– Papa ! Viens-voir ! Y a Arlette sur le palier !
− Ah ouais. Ben Arlette, elle ira pas plus loin.

J’ai pris Arlette en photo, après avoir verrouillé l’accès du palier, ce qui a fait râler Shanti. Et Annie un peu ; mais comme je lui ai monté une tasse de thé dans le nid de Shanti, elle m’a tout pardonné. Les filles se nippaient pour la photo du billet précédent.

Alors je me suis collé par terre, face à Arlette, avec mon petit appareil-photo. Au grand-angulaire[1] et le nez par terre, à un pouce des bulbes copulateurs pointant au bout des pédipalpes.

Arlette est mort d’épuisement, comme tous ceux de sa classe ouvrière. Pendant trois mois d’été, il n’a eu de cesse que de courir la femelle afin de la remplir. Arlette n’a eu que cette idée fixe et lubrique en tête tout ce temps-là : s’en trouver une. Ça sera sa révolution : après avoir erré sans jamais boire ni manger tout un été, et arpenté en vain la maison rouge, enfin accomplir la tâche impartie à son genre et espèce : un prolétaire se reproduit, avant tout. Et rêve de révolution ; parce que ça ne peut pas continuer comme ça, soyons clairs. Jeûner à mort pour engendrer une descendance soumise au même sort ? La belle arnaque !

Arlette a eu son grand soir. Il a plongé ses bulbes au tréfonds de la femelle, finalement. Tout un rituel. L’extase et tout, et ne venez pas me dire qu’on n’en sait rien, du plaisir des araignées. S’il n’y en avait pas, ils feraient pas, je dis.

Et à la révolution aussi, il y a du plaisir ; et ça frappe fort, comme dans l’amour tégénaire. Arlette est sur le flanc, depuis. Tombé carrément du plafond, du haut-lieu où la cérémonie se tint, glissant sur une soie faiblarde et malhabile. Et puis un poc sur le plancher de pin, et plus rien.

Le plaisir dormira jusqu’au printemps, où les araignons rêveront comme Arlette d’arpenter le vaste monde à la recherche du je-ne-sais-pas-quoi qui fait du bien.

Et ils trouveront. En fin de compte.

 

  1. le Ricoh Caplio GX100 est équipé d’un équivalent de 24 millimètres pour argentique. []
Publié dans Déconnologie, Humain | Autres mots-clefs : , , , , , , | 371 commentaires
Aller à la barre d’outils