Archives par tag : Plouquie

les biomormons

Illustration © Cyprien Luraghi 2013

C’est peu de le dire : ils sont le fléau du siècle. Annie avait inventé le terme il y a une quinzaine d’années quand on vivait dans les grands bois de la Plouquie Profonde. Au départ ça s’écrivait bio-mormons avec un tiret. Nos voisins en étaient. Jeune couple sans enfants. Lui grande perche osseuse au regard creux balayant les bas-côtés de l’horizon, fuyant tes yeux. Elle petit jambon à coupe Jeanne d’Arc toujours l’air constipé, miel dehors et fiel dedans, faux cul comme pas permis. Alors en déconnant joyeusement autour de la table en bois d’arbre en bonne compagnie, le mot fut adopté. Ça leur convenait si bien à ces petits prédateurs fragiles coincés du fion. 

Ils pouvaient pas nous blairer et c’était tout à fait réciproque. Logique. Le voisin du dessus les avait dans le pif aussi, ces pieds tendres à sang de rave, et il avait le nez long comme tous ceux de sa race finaude de petit paysan gascon croisé bougnat, le monsieur. Ils s’étaient installés dans le coin tout récemment avec l’idée d’y rester. Ils débarquaient de leur monde de biomormons chez nous, autant dire chez les Sioux. Évangélistes pour couronner le tout. Sans défaut apparent, vicieux et souriants. 

Tous les autres biomormons sont comme nos deux premiers, de quelque variété qu’ils soient. Car il en est de toutes sortes et pas que des évangéliques. Leur point commun : imposer leur putain de morale hygiéniste zombie aux bien vivants. Et leur trouille irraisonnée de tout corpuscule douteux. Les particules fines sont dans leur collimateur, et pas que. 

Ils sont les surgeons de ces ligueurs vertueux massacreurs de Sioux en Amérique. Les puritains comme on disait autrefois. Des moralistes modernes, de ceux qui aiment le sexe bien emballé, sous atmosphère conditionnée, gymnastique. Et propre ; bien dans les clous du saint Livre psychiatrique. Tous partisans de la prohibition de tout ce qui fait le sel de la vie. Les bons trucs un peu cracra qui nous font vivre : les ivresses et les rêves les plus fous. L’âpre et le soyeux. Le chatoiement inutile, la fioriture purement décorative, le fou rire et le bel amour. Les copains. La clope, même à vapeur électronique. Les gros mots, les blagues de cul, le pinard et la fumette. Je vous cause même pas du second degré qu’ils prennent pour du premier à tous les coups. 

C’est des gens de bien qui voient le mal partout. Sauf là où il se terre : dans leur sang de navet, sous la peau de ces sacs à merde. Qui sont considérablement plus dangereux que le péril Jaune ou les islamigrés. 

Ils sont partout. Mais qu’ils se disent une chose : nous aussi.

Épluchons les biomormons !

 

…et le navet va…

Publié dans Déconnologie, Édits Vespéraux, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , , , , , | 1162 commentaires

Aux quatre horizons

Par la fenêtre Nord de la Cazelle - janvier 2002 - © Cyprien Luraghi 2002Il y a toujours que ça continue.

L’horizon nourrit les sens ; allant à lui ou pas, pas à pas ou immobile on l’engouffre ou espère,  le mieux toujours et encore.

C’est ça depuis les Âges Farouches, quand la petite troupe engoncée dans des pelisses à l’esquimaude contempla les mêmes molles collines que celle que je voyais de la fenêtre de la Gazelle en deux mille deux, le dernier hiver que nous y avons passé avant de décamper en direction de Puycity.

Sans l’horizon devant soi, tout se nécrose et dépérit dans l’animal humain avide dont c’est la raison d’être ; sans lui le ventre reste vide, le gibier s’enfuyant toujours plus avant et sans lui notre insatiable esprit hurle sa famine. Il ne faut pas rester assis ou pieds ballants, le cul sur le rocher ; à peine le temps nécessaire pour souffler au sommet du tuc[1] et on repart engouler le vent qui vient du bout de l’horizon, là où on va vers.

La joie, la peur au ventre du danger droit devant soi, que l’on ne voit pas encore et qui est là pour sûr, loin-loin ou au coin du bois noir dans les barbes de lichen et le craquement des branches sous la semelle, bien planqué.

Au bout de l’horizon il y a le renne et l’ours, la vallée fertile ou le sang d’une bataille sur le sable sec ; le paradis des flemmards, l’enfer des serfs trop besogneux. Pour le savoir, suffit d’aller y voir et de savoir ce qu’on veut.

Sinon, on peut tout aussi bien ressentir la même trouille au tripes et jouir de sa tête fendant le vent depuis sa chaise à la cuisine ou en prison : l’horizon fait fi des murailles.

Au bout de l’horizon il y a nous : les scrutateurs du rêve droit devant qui sont debout ; privilège humain.

 

Sur une idée de Banana (la bibise à ses fifilles !) sur le fil précédent, ici : CLIQUEZ FORT !

 

  1. Coste, pech, puy, tuque, tuc, truc : toutes sortes de variantes de collines gasconnes. []
Publié dans Binosophie, Déconnologie, Humain | Autres mots-clefs : , , , , , , , | 694 commentaires

Pampa lotoise

Illustration © Pierre Auclerc 2009Évidemment, tout le monde ici sait très bien que ce n’est pas la pampa, mais c’est comme ça que disent ceux qui nichent dans les bois, sur la rive nord. J’en fus et puis je suis descendu dans la basse vallée avec la petite famille il y a cinq ans de ça ; bientôt six.

Dès que tu es paumé au loin, c’est la pampa ici. La nôtre était touffue, intime, secrète ; à dix kilomètres à peine de Puycity et de ses terres limoneuses où pousse la vinasse, de frustes aborigènes décortiqueurs de châtaignes et héritiers directs de Cro Magnon, mâtinés du sang des envahisseurs successifs, − Romains, Wisigoths et Anglois − s’épanouissent sur les coteaux de molasses érodées.

Le département du Lot n’existe que par décret républicain ; un petit bout de Périgord au nord, des plateaux blancs au Midi, peuplés de sauvages secs gobeurs de mûres et de pruneaux et croqueurs de brebis, et la vallée avec ses dynasties de notables pinardiers, ventripotents et consanguins. Et puis Cahors et ses usuriers lombards, les Cahorsins que Dante colle en Enfer dans sa Divine Comédie.

Mais je suis aveugle aux divisions administratives : il y a simplement ce pays où tout se côtoie et s’agrège et dans lequel je prends plaisir à vivre depuis le quart d’un siècle ; parce qu’il faut bien le dire et l’admettre : j’ai vu largement pire, en France. Peu de gens pressés, dans la pampa : tout tourne à gentil train-train et le quart-d’heure y fait bien sa demie, pesée bon poids sur la balance. Il n’est pas coutumier d’être ponctuel sauf pour quelques renégats, indignes résidents trop pressés de mal embrasser la vie, qui le mérite et se déguste en gascon : peinardement.

Autre plaisir que je n’y boude pas : le facho n’y court pas les rues et le nationaliste en est absent. Le travailleur travaillant plus pour gagner plus n’est pas non plus monnaie courante ; et la monnaie tout court nous avons peu, car l’industrie n’y a pas cours. Voilà : le Lotois n’est pas zélé ni industrieux : deux qualités fondamentales à mes yeux pour que je daigne poser mon sac quelque part. Les contrées septentrionales peuplées de stakhanovistes sarkolâtres, j’en ai soupé et n’en veux plus.

D’ailleurs, je pense fermement que faire l’apologie du travail est signe indubitable de trouble mental. Les livres sérieux parlent souvent de la rude vie de nos lointains ancêtres cavernicoles, mais ils mentent. Pareil que pour la vie de chien ; alors que le clébard de base n’en fout pas une rame.

Admirer le soleil caressant la forêt après la saucée dans la pampa lotoise et puis aller pisser un coup dans les buis pour en rajouter, c’est la seule chose qui compte.

 

Publié dans Pilotique, Tout Venant | Autres mots-clefs : , , , , , , , | 557 commentaires
Aller à la barre d’outils