Archives par tag : Pierre Favre

Des coqs et du Pierre

14 août 2001

Font chier, ces coqs. Depuis six heures du mat’ ils gueulent sur la terrasse et un peu partout. Du coup je me suis levé tôt. Je viens de trouver un nouveau texte à traduire… dans le genre de La Liste, bien ricain et tout. Un vrai délice. Mais il faut déjà que j’en contacte les auteurs, savoir s’ils sont d’ac’ pour être en bonne place et en français sur le Sitacyp.

C’est parce qu’ils ont les crocs, les coqs, qu’ils cocoriquent à pleins gosiers. Faut les entendre, les coquelets, c’est trop drôle, avec leur cri châtré et qui se brisent les poumons sur le dernier côôô… De temps à autre, la poulaille émet des sons de petits dinosaures. Un concert assez peu rassurant. Y en a deux que j’ai repéré avec Annie et qui sont mûrs à point. Proverbe népalais : « Quand le coq te réveille avant l’aube, c’est qu’il est bon pour la marmite ».

Il est onze heures, je pianote depuis l’aube (pas que sur le site) et Annie vient juste de se lever. C’est les vacances. J’ai fait la bise aux minots. Shanti bouquinait, un gant de toilette humide sur le front. Elle s’est cogné le front hier soir sur la chenille pour grands à la foire de Pouliviac. Elle n’a pas froid aux yeux, la chipinie. Gaspard m’ouvre un tout premier œil, je le bise sur la joue. Grasse mat’. Ça s’agite doucement maintenant…

Il est une heure. J’ai préparé les dessins de Pierre, il ne me reste plus qu’à assembler la rubrique.

16 août 2001

Un vrai branleur, ce Cyp.

19 août 2001

 Où je cause enfin de l’ami Pierre :

***

LE PIERRE

Les réunions de parents d’élèves, on venait tout juste de tomber dedans. À l’école maternelle de Saint Pépin le Faux-Jeton, ça dépotait alors. L’instit des maternelles, une vieille peau amoureuse de son caniche toy, ne mettait pas les mioches en joie. C’est peu de le dire, et nous prîmes donc les devants, nous concertant chaque matin au moment du dépôt de nos progénitures. Et c’est ainsi assemblés à râler qu’un petit soir, nos coudes anesthésiés sur les tables vernies de la cantoche, que nous rencontrâmes le Pierrot et sa chérie avec lesquels nous nous sentîmes illico de bien crochus atomes. C’est que le Pierre est peintre et pas des moindres. Inutile de chercher sur le Net, vous ne le trouverez pas. [NVDF − note venue du futur – 5 août 2015 : on peut désormais trouver, en cherchant bien, quelques articles causant de Pierrot sur le Net] Puis Pierre a arrêté de peindre. Il installe des antennes pour téléphones portables et pare de vitrages les immeubles élevés. Pierre donne dans les travaux acrobatiques, de nos jours. Il faut manger.

Pierre dessine les filles comme pas deux avec ses doigts pourris, d’ailleurs je le gronde et l’enjoins de s’y remettre. Évidemment, faut croûter et je comprends bien : j’ai le même problème que Pierrot, à savoir une famille et deux mioches pour lesquels il est très difficile d’annoncer les restrictions en cours… mais qui pigent.

[NVDF du 5 août 2015 : le petit diaporama ci dessous est une sélection des tout premiers dessins de Pierre datant de 1998/1999, effectués entièrement sur ordinateur − avec des moyens très réduits à cette époque. La disquette avait claqué en cours de route et ce n’est que tout récemment que je suis parvenu à récupérer ces fichiers perdus, avec beaucoup de difficulté.]

Accueil » Des coqs et du Pierre » Pierre Favre - Dessins » Pierre Favre - Dessins
bbblbbbr
551
554
555
556
560
561
536
537
539
540
542
543
544
549
551
554
555
556
560
561
536
537
539
540
542
543

Publié dans Humain, Tout Venant | Autres mots-clefs : , , , , , , , , | Commentaires fermés
Aller à la barre d’outils