Archives par tag : Paul Grély

Journal des sports

© Annie Luraghi 2008

 

Les cons pètent comme tout un chacun, mais chacun n’a pas l’esprit compète, ni de conquête : c’est mon cas. Je ne devrais même pas écrire : éventuellement je pourrais concourir à mon insu ; allez savoir à quoi. Et puis c’est jour de grève ; en plus c’est Nouvel An chez les Chinois, où c’est l’année du bœuf, pas du cochon sportif.

Le sport, c’est ni la bulle, ni la grève ; ça n’a donc aucun intérêt. Les sportifs font bien la fête à l’arrivée, mais moi j’appelle pas ça une fête. Le mecs dopé jusqu’à la moelle et tout suant qu’encaisse la prime sur le podium et embrasse la fille au bouquet,  c’est nul.

© Paul Grély - Fonds Auzanneau - 1960

 

Pareil  : je ne déteste rien plus que les présidents de la République sportifs ; ainsi ce Sarkolas me soulève le cœur quand je le vois courir, sur les illustrations.

Le capitalisme, c’est du sport. Mortel. Comme le foie du fugu. Le communisme aussi est mortifère, mais moins : Stakhanov se chargeait à lui seul de battre des records ; les autres pendant ce temps pouvant être à la coule.

Le sport s’infiltre dans nos vies comme le missionnaire chez l’aborigène à pagne de raphia : il chasse le naturel en nous, qui incline à l’indolence et à se tracasser un minimum dès lors que l’essentiel de ses besoins est satisfait. Le sportif, lui, est avide et grand goulu. C’est un qui cultive le muscle à fibre longue et rude, et c’est pour ça qu’il est si dur avec nous autres, car il accapare tout et ne laisse que des rogatons aux mollets ramollos.

Le sport éreinte : c’est à cause de lui si tout va mal : le sport c’est avant tout la guerre. Au boulet a succédé la bille de terre cuite et la ba-balle.

Le football, c’est pas la guerre !

Comme le chantait Zao

 

Mais même si j’aime énormément Zao et mes copains sportifs, on ne m’enlèvera pas de l’idée que le sport, c’est la guerre. Deux types qui se foutent des peignées sur un ring, c’est un sport et c’est de la guerre.

Alors en poussant un peu le bouchon, la lutte des classes, c’est du sport ; et là vous me rétorquerez que je pratique. Mais non, même pas : j’ai beau être une teigne sociale, un excrétat lumpenproletarien revêche, je ne vais à nulle manif et ne suis d’aucune action, directe ou non : je reste coi et n’en fous pas une rame pendant que les autres s’agitent et se durcissent les cuisses en défilant.

L’idéal du prolo est de damer le pion à son patron ; point. Et celui du coureur cycliste de cachetonner un max, quitte pour ça à se gaver de pilules et de cachets dragéifiés. L’idéal des Israéliens est de piquer le troupeau de mammouths de l’équipe des Palestiniens, tant qu’on y est… tout se réduit à ça : au départ il y a le muscle et l’os. Plus tu cours vite et tapes fort et plus tu bouffes. Et les autres, affaiblis, t’idolâtrent et de détestent ; mais ne t’arrivent pas à la cheville.

Après, il y a l’esclave sportif : c’est le pire. Le CRS, par exemple. Avec ses gros muscles costauds, il arbore son os et matraque pour le boss.

***

Le non-sportif cultive sa moelle. Osseuse, cérébelleuse et grise ; sa quintessence. Il sait qu’elle est la vraie nature humaine, qu’elle n’a fait que croître au détriment de la musculature. Elle est l’arme absolue contre ce que les religions elles-mêmes disent malédiction : cette compétition lugubre contre la faim qu’est le travail.

Le travail, c’est du sport. Quarante ans de turbin, c’est un exploit dont le Guinness ne parle pas, pudiquement. Huit longs lustres entiers à guetter la promo, l’échelon du dessus… pour finir en poussière, six pieds sous terre. Ou dans une urne sur une étagère, à côté d’une médaille du travail ou d’une croix de fer gagnée à la bataille dans une guerre.

Un esprit sain dans un corps sain.

Foutaise.

Bonne grève !

Et surtout de beaux rêves…

 

***

Dans les commentaires du billet précédent, Freakfeatherfall m’avait suggéré de traiter du sport. C’est accompli. Mais comme c’est grève, j’ai fait le minimum.

 

Publié dans Déconnologie, Pilotique, Tout Venant | Autres mots-clefs : , , , , , | 74 commentaires

Le boss bosse

© Paul Grély 1959 - Fonds Auzanneau

 

Faut pas croire : je ne me tourne pas les pouces.

Je refais le blog à neuf entre deux réparations d’ordinos…
Très bientôt il y aura de gros bouleversements: je change de plateforme ; depuis deux ans j’utilise Dotclear, mais comme la moindre modification demande de tripoter le code informatique pendant deux nuits blanches, je n’en peux plus. Et puis c’est pas vraiment prévu pour écrire : aucune possibilité de mettre le texte correctement en forme, ce qui est vraiment rédhibitoire à mes yeux (et surtout à mes doigts).

Du coup je fais la grande migration : je passe sous WordPress, qui est elle aussi une plateforme libre, sauf que la  »communauté » est hyperactive. Et puis c’est tellement plus intuitif. Après tout, quand j’écris, j’écris… et je ne fais pas d’informatique. Parce que sinon, ben ça me rappelle le boulot et ça, non merci. J’ai trouve que le dépannage informatique pour faire vivre ma petite famille, mais à la nuit venue, je ne veux plus entendre parler de PHP ou de processeurs en carafe, et encore moins des virus de merde collés au cul de Windows comme des vers intestinaux.

Donc patience. L’adresse originale du blog sera légèrement modifiée, mais le www.blogacyp.fr fonctionnera sans faillir.

C’est une affaire de jours, maintenant. Le plus dur est déjà fait : migrer plus de deux cent billets et 1700 commentaires, bonjour la galère !

Je vous tiens au jus et je vous aime.

Cyp’

 

Publié dans Fabrication | Autres mots-clefs : , , , | 9 commentaires

PETIT MARIN

© Paul Grély (fonds Auzanneau) 1971 + tritouille Cyprien Luraghi

 

 

Il n’y a rien

autour

que l’océan

devant

la vie en soi


*

 

Publié dans Humain, Tout court | Autres mots-clefs : , , | 15 commentaires

Plus jamais ça !

© Paul Grély 1959 - Fonds Alain Auzanneau

Abolissons Noël !

Faut voir comment ça clignote, à Puycity et dans la basse-vallée…
Depuis deux ans, c’est l’invasion des Pères Noël grimpeurs ;
A l’assaut des façades, posés à la va-vite et au péril de l’apposeur,
Ils nous sautent aux yeux quand le soir, au volant de la 305,
Nous sillonnons les routelettes, le coffre plein d’ordinateurs, Annie et moi.

Palpitant sous les strobo-guirlandes EDF-Taïwan,
Ils me les gonflent et suscitent en moi
Les pires des désirs…

Ah ! les voir s’éclater enfin sous la mitraille !
Éclaboussé de chevrotines ricochées…
Heureux !

Cette année est celle de l’apparition des Père-Noëls gonflables et éclairés de l’intérieur.
Cent quarante-neuf euros. Y en a partout.

Une épine suffit, dans une sarbacane…

Le Père Noël fait peur aux enfançons.
Il faut l’éradiquer de son non-être.

Publié dans Déconnologie, Édits Vespéraux | Autres mots-clefs : , , | 26 commentaires

Le Père Noël craint de la couenne

© Paul Grély 1959 - Fonds Alain Auzanneau

Fait chier : c’est Noël.
J’aime pas cette fête à la con ;
d’ailleurs, c’est la fête aux gros cons.

Ça se bouscule chez Leclerc,
Ça s’invective entre commères
Au rayon des joujoux qui brillent.

J’te foutrais une bombe dans tout ça, moi !

Une bombinette en chocolat
au pays du cocacola… 

Publié dans Déconnologie, Édits Vespéraux | Autres mots-clefs : , | 2 commentaires
Aller à la barre d’outils