Archives par tag : Paranoïa

ASSURANCE MORT

Ah, ça y va. Chacun dans son petit véhicule avance à sa guise, guidé seulement par les règles du code de la déroute. Et chacun dans son petit habitacle se sent chez soi ; bien chez soi.

Protégé des intempéries et grisé par la vitesse : tout un monde roule à tombeaux ouvert sur les autoroutes de la paranoïa.

Éviter à tout prix tout contact de pare-chocs à carrosserie : tout un chacun tient à sa peau métallique en conservant ses distances. Respectueuses.

Et tout un chacun seul dans sa caisse : sa boîte à soi. Jusqu’à sa caisse en sapin finale : seul. Comme un con qu’il est, tout un chacun. Heureux d’avoir conquis sa solitude et le privilège d’avancer de concert avec des corpuscules distants, dans le vaste n’importe quoi : sa liberté chérie rien qu’à soi, con de dieu.

***

Tu m’étonnes qu’après ça ils deviennent totalement flippés, ces gens-là. T’en as qui voient des islamigrés partout et toutes sortes d’autres dangers fantasmagoriques depuis leur caisse. Ils entendent des voix. Ils craignent pour leur carrosserie ; leur armure, leur pucelage[1] social. Leur bulle de déni du fait qu’ils sont comme moi et tous les joyeux primitifs vivant en tribu, des animaux sociaux. Quoi de plus clos que leurs open spaces ? Tout un chacun sous cloche estourbi par le battant, assourdi par l’insoutenable vacarme intérieur.

Tout un chacun pour sa gueule : quel triste luxe. Et ils en sont si fiers. Les luttes sociales d’autrefois ont cédé la place à la conquête du soi et au décompte de ses sous en base dix : en bon grand singe langoureux je compte sur les autres qui peuvent compter sur moi… en base vingt-et-un ;-)

En partant des commentaires du fil précédent… dont celui de Liger ici : CLIC

E la nave va…

  1. Le jour où on aura pigé que Jeanne d’Arc était affligée de tous les symptômes de la paranoïa délirante, le fascisme aura disparu de la planète. []
Publié dans Déconnologie, Spectacle | Autres mots-clefs : , | 1280 commentaires

L’EAU CHAUDE AU ROBINET

Un des plus gros flips irraisonné dans le vieil Occident est pour ses aborigènes, de croire que les Indiens et les Chinois rêvent tous d’avoir une bagnole et que par conséquent ce serait l’enfer à cause de l’effet Coriolis poussant ces gaz délétères jusqu’au cœur de l’espace Schengen au grand dam des gabelous de service sur le limes

Rien ne coincera jamais le flux continu soufflant de l’Orient depuis la nuit des temps, autant le savoir tout de suite et éviter ainsi de sombrer dans la paranoïa générale, constatée à la lecture d’articles apocalyptiquement cons fleurissant un peu partout comme des chiures de mouche ces derniers temps.

Autrefois le monde était simple pour le fruste esprit occidental : en Inde, y avait des vaches sacrées et des miséreux qui ne les mangeaient pas et c’est d’ailleurs pour ça qu’ils crevaient la dalle. En Chine les chinois étaient cruels, point barre. Réflexions entendues mille fois du temps où j’étais guide de voyages, et maintenant étalées par des myriades de connards sur les forums de l’internet… et des connards de toutes obédiences politiques, en plus.

Et puis un jour, Lakhsmi Mittal a racheté Arcelor et les aborigènes occidentaux n’ont plus tellement parlé des vaches sacrées.

Alors ils se sont tournés une fois de plus vers l’Amérique, mais il n’y avait plus d’Amérique… juste des GI’s enlisé dans les sables pétrolifères, et une planche à billets imprimant de manière aussi frénétique ses dollars pourris, que celles de la République de Weimar après la guerre de 14-18, ses Papiermarks.

Et pendant ce temps-là, l’Inde négocie paisiblement avec l’Iran, le payement de ses importations de pétrole en belles et bonnes roupies : CLIC (en anglais).

« Il y a péril en la demeure et il n’est pas que jaune : la fin du monde est proche ! », hurlent les demeurés de service beuglant leur prédictions hallucinées sur les blogs et gazettes de l’internet en s’arrachant la toison à pleines poignées : les nouveaux Speaker’s Corners des tribuns à trois balles adulés par des indigents de la comprenette tristes comme des jours sans pain.

On va se faire bouffer tout crus par les asiates après avoir été asphyxiés par les gaz d’échappement d’un milliard trois cent millions de Tata Nano : brrrrrr !

Un jour l’eau coulera librement dans tous les robinets de notre vieux monde : c’est tout le malheur que je nous souhaite.

E la nave va…

Publié dans Inde, Pilotique | Autres mots-clefs : , , | 1409 commentaires

Le FLIP

Illustration originale © Cyp 2011Les petites bêtes ne mangent pas les grosses : ça se discute. J’y ai jamais cru, à cette sentence. Un régiment d’asticots vient à bout de n’importe quelle charogne, déjà.

Et puis on sait jamais : la moindre pipistrelle avec ses petites pattes griffues, pourrait faire je ne sais pas quoi… d’ailleurs c’est ça qui est flippant : quand on ne sait pas.

L’autre nuit elle est entrée par la fenêtre de la bibliothèque : il faisait bon chaud et elle a atterri sur le plancher sans faire plof. C’était terrible. Le frelon, qui est une petite bête aussi, a le bon goût de faire un boucan d’enfer avant de vous planter son dard dans la couenne, au moins. Alors que la pipistrelle : silence radio. On ne connaît même pas son modus operandi et encore moins ses mauvaises intentions.

Ensuite elle a rampé jusqu’au lit : c’était atroce…. par petits soubresauts erratiques, éraflant les interstices des vieilles lames de peuplier et plantant ses serres affilées dans les trous de vers à bois.

Impuissant, j’assistais au spectacle de mon infortune en gésine. Et rien pour la neutraliser : pas de scie à pieds de commode[1] ou à pieds de lit en vue, qui m’aurait permis d’aplatir la bête… pas de nettoyeur à haute pression élyséen, pas de braves pandores en vue : rien. Seul, j’étais. Ça m’arrive à peu près deux fois par an, quelques jours à peine et manque de bol ce soir-là il n’y avait personne à la Maison de l’Horreur[2] pour apaiser mon petit palpitant tiquetoquant à 220.

Au loin l’orage grondait : et si soudain une panne de jus survenait ? Pas même le temps de peaufiner cette nouvelle angoisse, que la pipistrelle, d’un bond malhabile mais déterminé, disparut sous le pieu. Trop tard pour agir : j’étais cuit. Dans ces cas-là il faut se faire une raison, mais j’avais beau me triturer les méninges : seule la déraison se pointait à l’horizon, comme une nuée de criquets à l’assaut du désert…

Manquerait plus qu’une invasion sarrasine, pour parachever le tableau.

Si encore ça s’était passé le 14 juillet… j’aurais pu me rasséréner en voyant défiler les militaires à la télé. Sauf que je n’ai pas de télé et à la radio c’est pas aussi efficace, et puis de toute façon c’était le soir du 6[3].

Résigné à mon sort, je suis redescendu à la cuisine pour me préparer un dernier café et me griller une ultime cigarette.

***

18 juillet : elle est toujours là sous le pieu dans la bibliothèque, je le sais. Les Sarrasins ont fait tomber la foudre à moins de trente kilomètres de Puycity, occasionnant au moins trois micro-coupures de jus. L’émetteur de France Inter est tombé en panne : ils veulent ma peau. Mais je la défendrai chèrement : j’ai de quoi tenir un siège !

E la nave va…

  1. Lire le billet lié « Virtuel = Foutaise ». []
  2. Lire le billet lié « La Maison de l’Horreur ». []
  3. J’ai mis la date au pif, étant crès crès nul en maths et en dates. []
Publié dans Billet Express, Déconnologie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , , | 625 commentaires

VENGEUR MASQUÉ

Caillou magik - cailloux arrangés et photographie de François Deloncle - © 2009« […] (estimation à la louche : ne me demandez pas de sources statistiques :-) 99% des gens qui ont tué un autre être humain l’on fait … en pensant bien faire en en trouvant cela parfaitement normal et justifié !!! […] »

Xavier de Ligonnès alias Ligo, Chevy et au moins deux autres pseudonymes[1] sur le forum de Cité Catholique le 18 mai 2010 (vers le milieu de la page) : CLIC

 

Depuis une quatorzaine d’années, je pèle les forums de l’internet : c’est le meilleur roman d’la vie du monde. Quand j’enquille un fil de discussion, c’est pour filer d’un bout à l’autre, et si un blog m’intrigue, c’est tout englouti jusqu’à la lie sinon rien.

Alors je ne répéterai pas les mêmes monceaux de conneries et autres saloperies graveleuses que la plupart des journaux ont raconté sur l’affaire de l’assassin très supposé de sa famille. Que les choses soient claires : le forum de Cité Catholique est peuplé en très grande majorité de braves gens et non pas comme des quarterons de pisse-copie l’ont partout claironné, d’intégristes craignos ou de mystiques exaltés fumeux du genre de la Gloglo. Bien que ce soit un fief intégriste, ça y cause de tas de trucs théologiques en tout bien, tout honneur et très paisiblement : point barre.

Mais ce qui m’a surtout intéressé, c’est le fait que Ligonnès soit un troll multicomptes − le seul de ce forum. Phénomène pénible et très peu étudié parce que réputé salissant par les tenanciers de forums, qui se contentent en général de les virer de manière répétitive, misant de manière irréfléchie sur leur lassitude face à ce rejet exprimé d’un clic sec, définitif et tranchant. Sauf que ça ne marche pas.

Tous les trolls multicomptes que j’ai pu croiser en quatorze ans d’internet se sont prouvés être des créatures particulièrement mauvaises et profondément malades de la cervelle.

Alors évidemment, je ne peux pas comparer un Ligonnès avec un Brogilo, la Bouse de Clichy et quelques autres phénomènes de foire du même acabit, dont nous parlons Ici de temps à autre, vu qu’ils nous collent au cul comme des hémorroïdes : cette engeance merdique ne détestant rien tant que les bons vivants à personnalité unique ; mais c’est exactement la même folle mécanique qui les anime, assassins en puissance ou simples gniasses paranoïdes.

Parce que c’est ça qui nous caractérise Ici, tous autant que nous sommes : il n’existe aucune différence entre les pseudonymes qui y écrivent et la chouette brochette en chair et en os qui se réjouit en grands raouts ou petits conclaves, coudes collés dessus et pieds dessous, une bonne vieille table en bois d’arbre et les yeux dans les yeux à papotipoter jusqu’à pas d’heure.

On n’est pas les seuls heureusement ; mais j’ai de plus en plus de doutes sur le fait que nous soyons encore majorité, sur l’internet. Qui prend des airs de nef des fous à toute allure.

Ces transformistes à personnalités fractionnées et fracturées sont tous en quête de quelque chose : Ligonnès d’une caution morale − qu’il n’a pas trouvée − à ses pulsions morbides ; Brogilo du pur plaisir pervers de meubler sa triste existence en menant un wargame atroce, jouant avec la vie des gens[2] ; et la Bouse de jouir de manière malsaine en pratiquant ses sports favoris qui sont ses seules raisons de vivre : la calomnie, la victimisation et le harcèlement à outrance avec ses deux alliées − Jexiste la corbaque de Brest et la coach Gloglo.

Et nous, blogueurs ordinaires et bêtement monoblocs, sommes bien démunis face à ces serial-craignos à faces multiples, qui peuvent porter réellement préjudice à tout un chacun, et que ça peut aller vraiment très loin et jusque dans la vie du dehors.

Parce qu’il n’existe pour l’heure aucun moyen technique valable de les identifier et que nous sommes contraints de naviguer dans leur sphère d’influence néfaste, que ça fout une putain d’ambiance de merde sur les forums… et que ça peut réellement tourner vinaigre et aller jusqu’à nous mettre en danger. Celles et ceux qui ont eu affaire à la gniasse Jexiste − la corbaque de Brest − et à la Bouse savent très bien de quoi je cause.

Les fous rigolos et gentils sur les forums : vous m’en rajouterez une douzaine bien dodue… mais les psychopathes et autres paranoïaques malveillants majeurs, c’est niet.

***

Là, sur le forum de Cité Catholique, tout le monde est correctement secoué en découvrant que le troll multicompte de service a zigouillé toute sa famille : en bons chrétiens ils se culpabilisent alors qu’il n’y a pas de quoi ; qui aurait pu deviner ce qu’il y avait de planqué derrière les avatars de Ligonnès ?

Tout le monde ou presque avait bien senti que le mec craignait de la couenne et le modérateur avait très correctement percuté et pris les mesures idoines ; mais personne ne pouvait prédire que ça se finirait de si affreuse manière. Il aurait fallu lire entre les lignes et prendre un temps considérable… et voir la chose sous un angle différent que celui que leur impose leur credo. Et ce qui est valable pour les cathos, est tout aussi pertinent pour n’importe quel autre forum, de quelque obédience qu’il soit. Faut avoir du recul pour se rendre compte de ce genre de choses, d’abord.

Sur l’internet bien des gens révèlent leurs tripes, dissimulés sous un semblant d’anonymat… jusqu’au jour où ça craque et pète et que les masques tombent. Les mêmes qui au dehors sont si propres sur eux et si polis qu’on leur donnerait le bon dieu sans confession.

Ne cherchez pas : il n’y a pas de signal d’alarme sur internet : c’est le grand shoot’em up et basta !

E la nave va…

 

  1. Je sais lesquels, mais démerdez-vous pour les trouver, non mais. []
  2. J’aurais bientôt l’occasion d’en reparler Ici plus en détail. []
Publié dans Trollogie | Autres mots-clefs : , , , , , , , , , , , , | 645 commentaires

C’est trop dingue…

Illustration de ToRDReLoRDRE tritouillée par Cyp Luraghi © 2010

C’est grâce à ce grand cœur que fut Philippe Pinel en son temps si le locataire de l’Élysée actuel ne croupit pas au cabanon les fers aux pieds, disons-le tout net.

D’un côté c’est regrettable, surtout en constatant le ravage causé par les quatre interminables années de son règne. De l’autre, mon petit cœur opte pour un traitement humain de l’aliénation des esprits, comme ce brave docteur Pinel, qui le préconisait bien avant le reste du monde.

Car il en va des fous comme des scélérats : si on voulait tous les coller au gnouf ou à l’asile, il faudrait ériger un mur de huit mètres de haut autour de la planète, puis embaucher la petite minorité des gens sensés comme matons et infirmiers psychiatriques afin les empêcher de nuire ; or comme c’est pas envisageable, on fait avec. Mieux que ça : la majorité des fous vote pour ce qui lui ressemble.

Mais bon : une foule compacte de personnes prétendument sensées croit aux miracles, déjà. Le pape de Rome lui-même est persuadé que les hallucinations collectives des foules ainsi que les visions individuelles de quelques nonnes hystériques, sont aussi tangibles que du radium. Pourtant, personne ou presque ne croyait au radium : Marie Curie a longtemps été vue comme un peu toquée avant de démontrer brillamment par son irradiation mortelle, son éclatante santé mentale.

Le plus drôle, c’est quand les fous se traitent de fous entre eux : par exemple quand les dirigeants du monde traitent Khadafi de dictateur paranoïaque. Là, je ne peux réprimer un sourire, voire un fou-rire : quand on voit le sapajou national affligé de tics et comme pris en permanence d’une envie de chier, prendre la pose et faire ouististi-sexe aux côtés du guide de la Révolution libyenne devant les caméras, il y a de quoi.

Encore qu’il est possible que je sois fou, moi aussi. Publier un billet sur ce sujet à la veille du jour des fous,[1] c’est pas normal. Allez savoir ce qui me passe par la tête, parfois…

E la nave (dei pazzi) va…

 

  1. Dans pas mal de pays anglophones, le premier avril est le « Fool’s day » : CLIC (en anglais) []
Publié dans Billet Express, Déconnologie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , , , | 434 commentaires
Aller à la barre d’outils