Archives par tag : nounours

Le nounours amoché

© Cyprien Luraghi - 2004

 

T’es trop gentil, t’es un nounours.
J’t’arrache un œil, juste pour voir.
C’est peinard : tu bronches pas.
Je te broute les poils à petites quenottes :
tu dis rien, tu bouges pas.

Je te couche tout contre moi, tu me tiens chaud ; je t’aime trop.
Je te fous des beignes au matin, je te jette.
T’es un gros noeud, un gros naïf.
Ou alors tu t’en fous.
Ou bien tu te fous de moi.

Hein : c’est ça, dis ?
T’as peut-être l’air con, mon petit peluchon,
mais t’iras pas au paradis,
je te le dis.

Je te tortille la truffe.
Je te cogne et tu m’aimes.

Après ça, faut plus s’étonner des humains :
dès qu’ils sont mûrs, ils se fouettent au paddock.
Ça leur rappelle des tas de très vieux trucs :

C’est le coup du nounours.

Nuchuchon et patoche,
le plantigrade fourré de son
est en réalité indestructible.

Car les velus naïfs niquent tous les méchants :
ils ont en eux la souplesse suprême
conférée par les gnons.

Pas vrai, Patrick ?

 

Publié dans Binosophie | Autres mots-clefs : , , | 287 commentaires
Aller à la barre d’outils