Archives par tag : notaire

La Maison de l’Horreur

La Maison de l'Horreur - photo et tritouillage © Cyp Luraghi - 2003 - 2010

La gare de Perpignan est le centre cosmique de l’univers, Pougne-Hérisson le nombril du monde et la Maison de l’Horreur de Puycity son sas de téléportation vers la dimension tuttiquantique de la Chose.

Sans Maison de l’Horreur, point de Bidonnant & Dramatique[1] . Parce que d’abord il nous a fallu en chier grave avant d’y habiter : un notaire particulièrement mauvais ayant totalement merdé au moment de son achat, mettant notre famille en péril pendant plus d’un an.

Ce douloureux épisode est raconté sur mon vieux site (actuellement en accès restreint) : CLIC

Mais comme toujours c’est la joie qui l’a emporté : on a fini par l’avoir à l’arrache et en six mois de gros travaux avec notre tribu de vrais amis, on a transformé cette ruinasse tchernobylisée en oasis pimpante.

C’est là que j’ai pris la décision d’abandonner le vieux site et de créer l’Ici-Blog : à nouvelle vie, nouvelle écritoire.

Comme toutes les vieilles bâtisses, celle-ci a son histoire, que j’avais eu la mauvaise idée d’aller raconter au printemps dernier sur le forum de Rue89 :

Lien direct : CLIC

« De Utilisateur désinscrit à sa demande (Cyp) | 16H06 | 07/03/2009 |

Nous habitons dans une maison maudite, à Puy l’Évêque (Lot) : celle du couple Rebières, qui furent de furieux délateurs à la solde de la Gestapo, pendant la dernière guerre : ils faisaient régner la terreur dans le canton ; c’était le lieu de réunion de la Milice et des interrogatoires sanglants s’y sont déroulés.

Les maquisards les y ont cueilli un beau matin de 44 et les ont fusillés sous le grand pont, tout à côté…

Après, elle fut tour à tout un taudis infect pour les réfugiés de la guerre d’Espagne, puis un squat… avant de tomber dans l’oubli pendant vingt ans. Ici, on l’appelle « la maison du pendu », pour je ne sais quelle raison.

C’est grâce à cette mauvaise réputation que nous l’avons achetée à un prix ridicule.

Nous y sommes fort bien et nous foutons complètement des horreurs qui y ont eu lieu. »

 

Tout est véridique dans ce post… mais il y a plus : en 1948 un enfant y est mort, l’œil percé par une flèche − une baleine de parapluie − tirée par un de ses copains, en jouant. Une famille de Portugais y a vécu à six dans une pièce sans eau pendant des années ; la tour a servi de baisodrome à la jeunesse dans les années 60… et une douzaine d’autres historiettes que nous ont contées les vieux puycitiens.

Mais il est des gens de nos jours qui n’ont guère plus de morale que le couple de miliciens de la maison de l’Horreur pendant la guerre… et c’est ainsi que s’est forgé ce mythe fondateur de la Déconnologie pilotique (lamorillienne), parce qu’une paire d’heures à peine après avoir écrit ce post, un troll-kapo multi-comptes nommé Vampirella chiait sa haine sous le pseudonyme de Citrus[2]CLIC

« à Utilisateur désinscrit à sa demande (Cyp) De multicompte e eee (Citrus) | 19H02 | 07/03/2009 |

Tout s’explique donc !
Ce sont les esprits restants dans cette maison qui t’inspirent…
Elle est bonne celle-là, comme quoi ? Il y a toujours une raison ou une explication à tout !
Et puis, ton côté vénal qui apparaît…
Ces lieux devraient être détruits, et une plaque mise en l’honneur de ceux qui ont souffert sous la torture !
Par devoir de mémoire ! »

Exit les Républicains réfugiés de la guerre d’Espagne… Sur le coup ça nous avait tous bien fait rigoler… jusqu’à ce que quelques semaines plus tard, un gang d’intellos secteux de la gauche empalée[3] s’empare de ce post de Vampirella et en rajoute à la louche dans le dégueu : CLIC

« De jissé Ingé retraité | 23H38 | 28/04/2009 |

Bonne nuit Cyp.
Si ma mémoire est bonne vous habitez tjrs dans ce local « maudit » et pour cela acheté à vil prix pour avoir été utilisé comme local de torture par la milice ? (de mémoire, je ne tiens pas de fichier).
C’est vous qui vous en vantiez.
Faites-y de beaux rêves et pour l’été des vacances à Abou-Ghraïb ?
(Orthographe non garantie).
Jissé »

Peu de temps après, le même Jissé m’accusait de tous les maux : CLIC

« à dulconte  De jissé Ingé retraité | 11H48 | 04/05/2009 |

Bonjour Dulconte.
Je vous apprécie depuis longtemps (votre arrivée dans le « Coin »[4] , c’était sur ma proposition.)
Donc, pas d’hier.
Plus tard j’ai appris que Cyp, alors d’apparence fréquentable, vous avait reçu en famille chez « lui »[5].
Il s’en vante assez.
Vous avait-il alors informé du passé de votre lieu d’hébergement ?
Alors maintenant pourquoi vous indigner contre moi de l’apprendre ?
Sur son blog, où je ne vais plus, il se vante – ou se vantait – de monter un dossier me concernant !
Le kagibiste nombriliste semble avoir essayé de tenir parole :
Peu de temps – qq heures – après il y a eut deux tentatives (détectées par ma protection) d’introduction de « cheval de Troie » dans mon ordi.D’habitude c’est rarissime (une fois en deux ans) et il faut être informatichien pour savoir faire ce genre de truc, non ?
Think.
Bonne journée, sais pas quelle heure il est à Manille[6].
Tjrs cordialement.
Jissé »

***

524 jours plus tard, ce mythe est toujours entretenu par sa créatrice : l’ignoble Vampirella, à laquelle j’ai consacré un mini-blog − Tique Toc  −[7] ainsi qu’à sa copine en folie furieuse Jexiste, mais une fois de plus la Déconnologie pilotique a su transmuer la merde en rire philosophal…

***

Et il y a 365 jours exactement, on se retrouvait tous Ici après un splendide piqué en banzaï collectif, suite à un caca nerveux hallucinant de la censure de la Rue des Mormons : 1200 posts à la poubelle pour des raisons qu’ils trouveront toujours valables et nous jamais : CLIC

Parce qu’un forum sans rigolade n’a pas plus d’intérêt qu’un ciel sans le chant des petits oiseaux.

Depuis le 13 août de l’an dernier, 132 billets ont été pondus Ici et 73955 commentaires écrits…

Et le kondukator de la Maison de l’Horreur n’en revient toujours pas.

Banzaï le monde !

E la nave va…

[NVDF (Note Venue Du Futur – 4 février 2014) : il est important le lire le billet lié « NEMROD34 GAGNE EN APPEL CONTRE OVERBLOG » : vous y constaterez que cette histoire a une suite, et pas des moindres…]

  1. La plus ancienne devise de l’Ici-Blog. []
  2. Plusieurs d’entre nous la confondaient encore avec sa sœur en contrefaçon Jexiste. []
  3. La bande menée par le peintre paranoïde Brogilo et son ami Quinine : des connards frustrés de première. []
  4. Un forum privé regroupant des blogueurs de Rue89 : http://non-officiel89.forumactif.net/ []
  5. Dul avait passé un week-end avec sa chérie à la maison, lors d’un passage en France. []
  6. Dul vit en Argentine ;-) []
  7. Ouvert au public de juin à septembre 2010 et en privé depuis. []
Publié dans Déconnologie, Pilotique, Trollogie, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , , , , , , | 658 commentaires

Tu seras notaire

Sans Titre - © François Deloncle 2010Hop, c’est parti en quatrième sur le chemin de la vie. Souvent pour aboutir dans des lieux très communs, abreuver des sillons pour en fin de parcours sucrer les fraises.

Seul on ne peut, pas à pas, arpenter que l’ornière, guidé de main de maître. Au roulé-boulé s’ensuit l’arthrose, déambulant.

Souvent, mais pas tout le temps et pas tout le monde.

Heureusement.

Ce n’est pas une mince affaire que celle-là.

Jouer des coudes et se les serrer tout à la fois, et sans tenir compte de rien hors le ciel au dessus, prendre la tangente et se carapater vite fait hors de ce fichu guêpier gris.

Aller à la chasse aux papillons et tout le reste sans filet. Parce que notaire : non. Même avec de gras émoluments.

Aide comptable du Spectacle encore moins ; très peu pour moi : je laisse ce soin aux chroniqueurs à langue et fumet de cocotte vus à la télévision ou rédigeant les manchettes des magazines demi-mondains balisant l’internet, héritiers des colonnes Morris.

Ployés aux écritures comme sous le joug et lustrés comme les robes des bœufs de concours, ils égratignent d’un fin soc la glèbe en tirant la langue : heureux d’eux-mêmes et souriant à la badine, léchotant gentiment la pierre à sel du lot commun, ils alignent les mots comme les pinces à linges sur un fil que nul vent n’agite.

Les tâcherons de la futilité se pensent maîtres du champ.

Je le leur laisse libre et passe mon chemin, non sans avoir bousillé leurs sillons maigrelets en roulant-boulant.

 

Avec des vrais petits morceaux d’Homère (Pas-glop) dedans, ce billet express n’est pas dédié à Hugues Serraf, mais à la mémé dans sa maison de retraite, qui veut jeter Sarko à la poubelle et dont Marina nous a causé dernièrement.

 

 

Publié dans Billet Express, Déconnologie, Pilotique, Tout court | Autres mots-clefs : , , , , , , , , | 412 commentaires
Aller à la barre d’outils