Archives par tag : Le Chon

Pnutres et putricules

© Impression 3D : un copain de Nono - tritouillage : Cyprien Luraghi 2018 - ICYP

Quel bordel, mes amis. Quelle confusion globale. La pensée politique, de nos jours, tient à la fois du gang bang et du micmac. C’est vrai un peu partout et en France aussi. Affaire Benalla, magouilles lepénistes avec les sous de l’Europe, etc. Et puis en ce moment Mélenchon vitupérant et postillonnant, face caméra, sérieux et congestionné comme le Monsieur cramoisi du Petit Prince. Et partout sur l’internet, pnutres et putricules[1] y vont de leurs commentaires à la con, surinterprétant des shrapnels d’informations souvent bidons, happés par leurs sens, abrutis par l’épouvantable vacarme de ce fatras dégoulinant. Le brun se mêle au rouge, le rose au bleu au vert et toute autre couleur du spectre, formant bouillasse et vilain barbouillage sur la Toile. Pas un pour racheter l’autre. Ne participant plus aux Jeux, j’observe gentiment consterné et amusé aussi. À l’instant[2] le tout premier vol de grues cendrées vient de survoler la maison, tout trompettant. Tout à l’heure j’ai fait une petite flambée dans le poêle à granulés de bois :[3] la première depuis le printemps. Ça fait du bien, réchauffe la couenne et le bout des doigts frappant prestement le clavier. Au même moment des myriades de salauds finis sont au grand bal masqué à l’usine d’équarrissage qu’est l’internet, projetant le contenu de leurs viscères empoisonnées, sans retenue aucune. Ayant chacun son adversaire caché, innommable, innombrable, à abattre. Se sentant assaillis de partout par des hordes hostiles d’envahisseurs nuisibles, à éliminer. Qui les pauvres trop coûteux, qui ceux qu’ils regroupent dans leurs esprits malsains comme bougnoules, youpins, assistés, négros, francs-maçons, satanopédophiles, et qui cathos de gauche, etc… ; qui tout ce qui n’est pas ce qu’ils pensent être eux-mêmes, dur comme fer. Enkystant leurs solitudes terrifiques dans la lueur bleutée des écrans communiquants. Ceux que j’ai coutume depuis longtemps d’appeler les requins du Net[4] sont grandement responsables de ce déferlement de folie furieuse. Goebbels, McCarthy et Staline auraient adoré Internet : leurs successeurs crèchent à la Maison Blanche, au Kremlin et dans la Silicon Valley. Et derrière les Murs rouges à Pékin, et à Ryiad, Istambul, Rome, Budapest, etc. Manipulant marionnettes aux palais et parlements, et petits soldats de plomb. Pendant qu’ici le calme règne au dehors pour je ne sais combien de temps encore, seulement rompu par le passage des grands oiseaux du nord, les joyeux enfants des écoles allant au stade, les déambulations de l’Apache dont j’ai déjà parlé icy et qui ressemble de plus en plus à Raspoutine, de madame Muller perdant gentiment la boule, promenée par son vieux chien, de la factrice enjouée taillant la bavette avec une voisine et du cri de ponte des poules de l’Anglais du coin. 

(© Pierre Auclerc-Galland)

…e la nave va…

  1. Pnutre = © ma pomme et putricule = © Spleenlancien. []
  2. On est le 21 octobre et l’horloge affiche onze heures et quart du soir. []
  3. Que les aminche(tte)s de l’Icyp connaissent sous le nom de Marcel Granule. []
  4. Plusieurs billets leur ont déjà été consacrés ces dernières années : suivre les mots-clés « trouducosphère », « gniasses », et quelques autres… []
Publié dans Spectacle, Trollogie, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , , , , , , , | 3081 commentaires

Je les déteste tous

Illustration © Cyprien Luraghi 2018 - ICYP

Tous mais pas tous, en fait. Ça dépend lesquels. D’à quelle catégorie ils appartiennent. Les gens des catégories détestables le sont sans exception. Les militants par exemple : putain qu’est-ce qu’ils sont haïssables, tous. Pas un pour racheter l’autre. Pas que les militants politiques : tous ceux de toutes sortes s’entichant de fantasmes puérils à pas d’âge. Les ultravégétaliens fous, par exemple, tout comme les carnivoraces azimutés. Il en va de même pour les masculâtres et les féminulistes : que le berk les submerge, ces pnutres ! Et je pourrais tartiner les listes interminables de ces catégories d’odieux minables. Heureusement pour vous aussi lecteurs, j’ai trop la flemme de faire chose aussi fastidieuse. Évoquons tout de même le tanguy libertarien antitaxes qui attend l’héritage en bon bernard-l’hermite, chez papamaman. Et puis le petit nazi aussi, qui a le vent en poupe ces derniers temps. Le bren au fion, en fait. Face à lui, le néogarde rouge s’énerve très fort quand le quidam a l’outrecuidance de dire du mal de son mentor cramoisi qu’il appelle Jean-Luc comme si c’était son copain. J’arrête là car un billet de blog c’est court et puis c’est dimanche, d’abord. 

Exécrer les répugnaces c’est bien joli, mais épuisant au possible. Tout comme conspuer le gnière et morigéner la gniasse. Le mieux c’est d’en rire, de ces tristes cires aussi mortellement repoussantes qu’à Grévin. Ça ne les déridera pas, mais peu importe. La seule chose qui compte c’est que leur sinistrose soit l’aliment de nos bonnes humeurs comme la soupe au potiron l’est à nos estomacs avides.

…e la nave va… 

Publié dans Déconnologie, Spectacle, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , , | 6834 commentaires

Le bétail de l’histoire

Illustration © Cyprien Luraghi 2017 - ICYP

Contempler. Ce qui se passe à l’extérieur et au dedans ensuite assimiler, en puiser le suc et l’essence. Et puis finalement en conclure que tout va très vite comme dans un tremblement de terre avant que tout s’écroule. Ou s’écoule, allez savoir. 

Je ne suis pas du genre catastrophiste, même en plein cataclysme. Les millénaristes hallucinés de tous genres sont des poulétos[1] ridicules depuis l’aube de l’humanité et ils le resteront jusqu’à la fin d’icelle. Qui n’est pas au programme vu la ténacité morpionique de notre espèce de singes debout. 

Pourtant il y a de quoi flipper sévère : près des trois quarts de l’espèce s’entasse désormais dans des villes tentaculaires. Dehors, les guerres battent leur plein comme jamais un peu partout, et ce sont de nouvelles sortes de guerres ; diffuses, larvées, perverses, sournoises. Et tout ça sous un cagnard infernal, noyés sous la trombe ou encore crevant de soif. Qui dit guerre dit clan et les plus méchants des clans sont de sortie aussi, du coup. Du Ku Klux Klan au clan nationaliste turc, à celui national-frontiste bien d’cheu nous, en passant par les cliques de barbus tarés de Daech et compagnie. C’est jusqu’au cadavre de la gauche qui se laisse contaminer par cet exécrable esprit de frontière. Ainsi les troupes du Chon[2] sont devenues cocardières en diable, lol. Soudain des gauchistes hirsutes entonnent la Marseillaise le poing levé, lol et relol. Pendant ce temps-là, le président Ali Baba et ses quarante voleurs nous font les poches à la Thatcher. Voler les pauvres, c’est tout ce qu’ils savent faire, ces technorats

Je ne comprends pas et ne cherche plus à comprendre. Je contemple en mâchonnant et plutôt que de gâcher mon plaisir en vaine consternation, j’en rigole un peu et même beaucoup parfois, de tout ce merdier. 

*

C’est la fête du mouton et la fin des vacances. Alors soyez pas cons et collez vous-en plein la panse. Carpe diem. E la nave va, les aminches…

  1. Tout savoir sur le pouléto en lisant ce billet : CLIC []
  2. Jean-Luc, pour les intimes. []
Publié dans Pilotique, Spectacle | Autres mots-clefs : , , , , , | 4159 commentaires

Les fumeux histrions

Illustration © Pierre Auclerc - ICYP - 2014

Mon premier, c’était il y a 42 ans.[1] Comment qu’il se la pétait. Un petit gars tout râblé, hâbleur, ventripotent. Enflé de l’importance offerte par son poste si crucial de pousseux de boutons à lumière dans une troupe de théâtre amateur pendant un festival plouc. J’étais fasciné, les yeux puceaux, absorbé par sa brillance ; il dévorait les regards pour s’en repaître. Il était l’indispensable pivot, la cheville ouvrière sans qui la lumière ne se serait pas faite. Et puis il s’était chopé une crève à la con et je l’avais remplacé au pied levé sans chichis : c’était tout con comme boulot, en fait. Inutile de se pavaner pour si peu comme ce coquelet rouquin fier campé et bien fragile en fin de compte. Appeler ça régie technique était en soi ampoulé : pour deux casseroles,[2] autant d’ampoules de mille watts et une paire de rhéostats à boutons de bakélite datant de la guerre froide.

Après, avec mes yeux d’enfant de toujours,[3] j’en ai vu des masses d’autres dans son genre en 42 ans à zoner dans le Grand-Guignol planétaire de ce monde de grands tout péteux. Qui se prennent au sérieux comme c’est pas Dieu permis. À propos de Dieu ou de Nondieu, de cette culture dont ils font grand étalage et de la politique avec laquelle ils confortent leur petit monde intérieur, à défaut de changer le grand au dehors. Et qui se trémoussent en se faisant mousser. Chaque époque a les siens : hippies vedettes, étoiles rock, punks mondains, stars du Net, tribuns postillonneurs cramoisis, barons radsocs gascons, petits marquis neuilléens et bouffissures blondasses fascistes à voix de caramel : de quoi ensuquer son monde, donc. Correctement. 

À chaque fois que j’en croise un, je repense au petit régisseur rouquin et à son ego bedonnant. Là ça fait tilt et je passe mon chemin, sifflotant, insensible au scintillements des paillettes et aux voix de caramel goudronneux. Merci petit rouquin à la con, de m’avoir offert la première vision du ridicule incarné : au siècle neuf où l’imposture s’est faite norme, tu m’es plus précieux que jamais. C’est à ton aune que je mesure la petitesse des grands et le comique des gens sérieux.

Icy nul fumeux histrion en vue : on est tels quels, nous-mêmes, bruts de décoffrage et sans fioritures. Sans masques de cire. Nature.

…E la nave va…

  1. J’en ai 56, là… []
  2. Un projecteur en argot de théâtre. []
  3. Lire le billet lié « Les bonnasses maniérées ». []
Publié dans Déconnologie, Humain, Pilotique, Spectacle, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , , , , , , | 6813 commentaires

Vent de rumeur

Illustration © Cyprien Luraghi 2013

Serge à l’assaut

On dirait pas mais il s’en passe de drôles à Puycity ces derniers temps…  en 2009 on a eu la mante Caroline à la maison, qui frayait avec le petit goret de porcelaine. Elle était tombée dans la cheminée, à côté du pot de pommade Cochon et puis restée quelques jours en notre compagnie avant de prendre son envol au delà de la porte rouge.  

Et puis Serge s’est radiné cette année à la mi-juin avec ses airs de faux garçon, tout speedé et cliquetant des élytres, atterrissant dans les cheveux d’Annie. Puis s’est viandé sur le parquet avant d’entamer l’escalade de mon blue jean avec des intentions que je ne préfère pas savoir. Enfin s’est cogné partout avant d’aller roupiller bien planqué derrière le buffet. Et redécoller après le café, à l’heure des nouvelles du dehors, poussées au vent de notre petit quartier − dit de la Pétaudière par les méchantes langues des péteux du haut bourg. 

***

Après-midi

Le voisin de gauche passe boire un caoua et papoter un brin, et puis à l’atelier un peu plus tard ça cause politique avec un client devenu copain − il est du Front de Gauche et commence lui aussi à en avoir jusque là du furieux bruyant cramoisi de pacotille qui leur sert de grand chef, pour l’heure. Faut croire que l’ambiance atroce du quinquennat d’avant a pénétré bien des esprits à cœur, pour que le Peuple[1] acclame une réplique de son détestable papa national éjecté en mai de l’an passé.

Et les fachos ont une maman d’enfer
tout en viscères.
Dents de murène et haine sourdant aux commissures,
tout en crocs
commerciaux.

***

Trois heures la nuit

Le voisin d’en face se rend au boulot à la boulangerie du coin de la venelle. Il me fait un salut en se tournant vers la fenêtre de la cuisine et je le lui rends : un autre rituel qui rythme mes nuits immuablement. J’aime ce moment. Et le petit quartier à l’entour avec son petit monde bonhomme, déambulant. Et ses petites bêtes qui ne mangent pas les grosses et font escale au gré du vent…

Caroline © Cyprien Luraghi 2009

 

E la nave va…

  1. Putain qu’il est GONFLANT le Chon avec ça aussi… []
Publié dans Binosophie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , , , , , , | 1171 commentaires
Aller à la barre d’outils