Archives par tag : Internet

Le grognard grommelant

Le grognard à l'atelier de la Cité Delaunay - Paris 1985 - Illustration © Cyprien LuraghiSouvent sur les forums, quand ça cause du scandale des sans-logis, le gauchiste hirsute se voit rétorquer par le gros beauf facho en service commandé par son parti pourri : « T’as qu’à en héberger un puisque tu les aimes tant, les SDF ». Et là tu le lui dis pas vu que sur les forums, t’es tout de suite traité de gros mytho quand tu racontes des histoires vraies. Vu que les mythos y pullulent tout autant que les gros beaufs fachos. Et les gauchistes hystériques, mais c’est une autre histoire que celle-ci et étant moi-même un vil gauchiste hirsute[1] , ce sera pour une autre fois.

Là c’est du sans-logis que nous avait ramené monsieur Ah Bon un soir tard, que je cause. Il l’avait ramassé dans le métro, où il pochtronnait sur un banc en compagnie d’une brochette de mendigots mal en point. C’était en 1983.

C’était le plus grand des hasards qui nous avait ramené le Grognard, qu’on avait connu quelques années plus tôt en arpentant la France. Jardinier dans une pension végétarienne faisant office de gîte sur un sentier, quelque part dans le Sud. Tenu par une vieille bique revêche ayant oursin dans le porte-monnaie, qui l’avait réduit à l’état de serf en lui octroyant son argent de poche au lance-pierres, en rétribution de l’entretien du gigantesque potager de l’établissement. Entièrement travaillé à la main, vous pensez bien : les muscles du Grognard étant moins gourmands qu’un motoculteur.

On avait partagé le calumet en sa compagnie et il nous avait conté un peu son existence en retour. Quelque chose de pas marrant. Égayé seulement par les premiers craquements de l’ancien monde à la fin des années 60. Bien avant la grande Désabusion. Quand le populo faisait de beaux rêves et pas encore ce minable cauchemar sourdant de venin qu’on se farcit de nos jours. Le Grognard avait largué son boulot à l’usine sans regret alors, allant de communauté hippie en micro-sectouilles, florissant un peu partout en Plouquie profonde à cette époque. Allant loger chez le curé, parfois aussi. Toujours filant le bon coup de main en échange de la table et du couvert, pour un jour se fixer dans la vieille caravane au fond du potager géant de la vieille bique. Il était bien, là, le Grognard. Il était enfin chez lui. Avec la vieille sur le dos le menant à la baguette. Ça avait l’air de lui convenir. Il râlait quand même un petit peu, pour la forme. Des années qu’il s’était planté là, fier de son potager, toujours bêchant et rêvassant au sieston à des guerres napoléoniennes. Il était fermement convaincu d’être la réincarnation d’un grognard de la Garde. Il en avait l’allure et la prestance, d’ailleurs : moustache et favoris, l’œil brillant. Quand il parlait de Napoléon seulement, sinon il avait l’air d’un chien battu. Il vivait seul parmi les gens depuis toujours. Dans son petit monde meilleur tout de même que celui qu’il avait quitté : la vieille bique était la seule femme de sa vie de vieux garçon et comme elle-même était vieille fille, ces deux-là faisaient la paire, après tout pas plus mal que tant d’autres duos bizarrement appariés.

Après deux jours de pause, on avait repris le sentier. Et plus jamais eu de nouvelles du Grognard jusqu’à ce soir-là. Où on lui a proposé de rester crécher chez nous, dans l’atelier qu’on voit sur la photo avec le Grognard grommelant sur un matelas, les panards au soleil, prise deux ans et des plus tard que ce soir-là. Peu de temps avant qu’il ne prenne ses cliques et ses claques.

On était trois à vivre là. Moi c’était entre les longs voyages, Benoît et Rachid c’était tout le temps. On était déjà les meilleurs amis du monde bien avant de vivre là, dans ce vieil atelier au  fond d’une impasse rayée de la carte depuis, dans le XIème arrondissement, tout en haut. Une grande pièce avec une toute petite piaule au fond, faisant face à un vaste terrain vague joliment jungle sur le pourtour. On y était bien. Tranquilles dans la ville. Le luxe. Notre définition du luxe, enfin. À l’aise, on y était. Avec pas de téléphone. Rien de tout ça. Pour aller chez nous il fallait venir frapper à la porte sans se prendre le chou : de toute façon il y avait toujours quelqu’un pour vous ouvrir. Quand des gens venaient, c’est qu’ils en avaient vraiment envie, tout simplement. Toutes sortes de gens, c’est ça qui était bien. Le Grognard était tombé au bon numéro. On allait lui arranger le coup, le temps qu’il se remette à flot et se refasse une santé. Et il en avait bien besoin.

Il s’était tiré de chez la vieille après une scène affreuse et s’était juré de ne plus jamais y revenir, traînant sa carcasse en quête d’un autre cocon. Mais les temps avaient changé et les années 80 naissantes étaient celles de l’enterrement du rêve et les premières de l’ère maudite du chacun pour sa gueule et du repli morose, qui se sont prolongées jusqu’à nos jours, s’aggravant jusqu’à la sinistrose générale. Il avait donc échoué à la cloche à Paris quelques mois plus tard, anesthésié au mauvais pinard sur un quai de métro.

Le Grognard restait cloîtré chez nous. Benoît lui avait trouvé du boulot à domicile, alors : polir des poignées de cannes et parapluies de luxe pour un artisan du faubourg Saint-Antoine. On s’était trimballé la polisseuse plombant comme une enclume et le Grognard avait ronchonné : ça ne lui plaisait pas, comme taf. Pourtant c’était honnêtement payé, et peinard. Mais ça lui rappelait trop l’usine. Au bout de quelques jours il n’avait plus rien fait. Bons bougres, on s’était coltinés la polisseuse en sens inverse et on en était restés là. Il vivait là, planté sur le plancher, les yeux dans le vague. On avait dans les vingt ans et lui presque trente de plus.

Pendant deux ans le Grognard a vécu planté là, au milieu de nous autres et nos ribambelles d’amis de passage : comédiens, musiciens, prolos, punks à crête, bourlingueurs, vieux beatniks… et évidemment plein de nanas parce que notre atelier n’avait rien d’un monastère. Et des nénettes tout ce qu’il y a de plus mimis en plus. Le problème, c’est que le Grognard avait un putain de problème avec les filles. C’est-à-dire que comme tous les vieux garçons il fantasmait sur la femme idéale. Qui n’existe que dans la tête des vieux garçons. Quand la petite Maria[2] , toute pimpante, se pointait avec ses copines, alors là c’était foutu : notre Grognard filait directo chez le Tunisien pour s’acheter un litron de Negrita, puis remontait se le siffler à l’atelier, en grognant des : « je suis rien qu’une vieille bête ! » en boucle, pour finir par des « toutes des salopes ! »… ce qui faisait invariablement fuir toutes nos copines, bien entendu.

Deux ans et demi on avait tenu avec le Grognard planté au milieu de l’atelier. Moi encore ça allait vu que les trois-quarts du temps j’étais en Asie… mais les copains ont eu bien du mérite à ne pas craquer. Nourri, logé, blanchi à nos frais, le Grognard. Mais c’était pas le problème : on s’en foutait bien de lui coller une assiette ; on n’était pas chiens. La vie à plusieurs on sait faire et on aime ça, nous autres. Partager sans chichis, c’est notre truc. Il nous faisait le ménage impeccablement. Mais comme c’était déjà nickel avant et qu’on n’avait pas besoin d’un homme de ménage, sa présence devenait de plus en plus pénible.

Un jour il avait disparu, en nous laissant un petit mot très méchant, dans lequel il crachait sur la vie en communauté. Il est toujours dans la malle en fer bleue qu’on voit sur la photo, et qui est maintenant dans notre chambre à Puycity : j’y range mes vieilles archives.

Et puis trois jours plus tard, au matin alors que j’étais en train de me raser, toc toc. C’était lui, tout penaud. Il était retourné picoler dans le métro et se sentait super mal. Il voulait revenir. Je ne l’ai pas laissé entrer : on a été boire un coup au troquet d’en bas et là je lui ai dit de retourner chez sa vieille bique. Il a dit oui. Je lui ai filé les sous pour un aller simple en train avec un petit plus pour qu’il se paye à bouffer pour le voyage. Et il a disparu pour de bon, la larme à l’œil avec son vieux sac de sport en bandoulière.

1991, ça sonne à la Ramounette. Au bout du fil, le Grognard.

− Ben alors mon vieux Grognard, quelle surprise. Qu’est-ce que tu deviens, dis ?
− Toujours pareil : je suis retourné chez la vieille et je retourne le jardin à la bêche, pardi. C’est de plus en plus dur à cause des rhumatismes, mais je sais que la vieille ne me laissera pas tomber quand je pourrais plus manier la bêche, alors je reste. Je t’appelle parce que ça fait des années que je culpabilise : tu m’as prêté des sous et je tiens à tout prix à te les rendre et comme j’ai touché un petit pactole après avoir été classé invalide, je peux enfin le faire.
− Mon vieux, ça pouvait pas tomber plus à pic : j’suis pas mal fauché en ce moment.
− Avec ça, j’ai même réussi à me payer le voyage aux Antilles dont je rêvais depuis longtemps.
− Et alors, c’était aussi bien que dans tes rêves ?
 − Cyprien, tu vas pas me croire et pourtant… plus poissard que moi il n’y a pas : à peine débarqué de l’avion j’avais filé droit à la première plage, et là, je me suis planté un orteil contre la seule caillasse en vue, plantée au milieu du sable fin. Fracture, rapatriement sanitaire le jour même. Deux heures j’y suis resté. Deux heures.

Il y a des gens, on ne peut rien pour eux. Mais on tente le coup quand même parce qu’on est pas des clebs. Et puis très longtemps après, je me dis que quand même, c’était finalement pas totalement vain, d’avoir hébergé ce sans-logis pendant deux ans. Et pour lui, et pour nous. Alors quand un sale con facho me fait sa morale à trois balles à propos des SDF sur l’internet, je ne lui réponds jamais. Là, ça ne servirait vraiment à rien de lui conter l’histoire du Grognard. Vaut mieux l’écrire icy ;-)

e la nave va…

  1. Le gauchiste hirsute étant aux antipodes du gauchiste hystérique, dont Mélenchon est le gourou. []
  2. Devenue une star du grand écran et une réalisatrice de renom entre-temps. []
Publié dans Humain | Autres mots-clefs : , , , , | 4326 commentaires

Des Apaches et des crabes

Écrevisses pêchées à cent pas de chez nous − Illustration originale © Cyprien Luraghi - ICYP - 2015Sur certains sites, c’est un vrai panier de crabes dans les commentaires. Comme je n’avais pas de crabes sous la main pour illustrer mon propos, j’ai pris des écrevisses pêchées par l’Apache qui passait devant mon petit atelier avec un seau plein de ces bestioles : ça fera l’affaire. L’Apache, il est dehors par tous les temps. Dans le quartier tout le monde l’appelle comme ça vu qu’il ressemble un peu à Geronimo. Avec un air nettement moins farouche que l’original, tout de même. L’Apache n’a pas d’ordinateur et pas d’internet non plus, évidemment. Il pêche, chasse et cueille des champignons, point. Volontiers partageur, notre petit quartier du bas de Puycity profite de ses récoltes : les écrevisses de l’Apache agrémentent parfois nos nouilles, par exemple. Notre bas-fond est appelé de manière méprisante la Pétaudière par les gens des hauts du bourg, depuis quelques siècles sans doute puisque nous sommes à deux pas de l’ancien port et que comme tout un chacun le sait : qui dit port dit marins et que les marins vont aux putes, dont les bordels étaient à proximité des débarcadères par souci d’ordre pratique, avant la loi prohibant les bordels.

L’Apache ne fréquente donc pas les bordels, d’abord parce qu’il n’y en a plus depuis belle lurette à la Pétaudière, et surtout parce que c’est pas son genre. Car l’Apache a sa dignité en bandoulière comme sa canne à pêche, l’Opinel à girolles et le calibre 16 à gibier, selon la saison et les périodes d’ouvertures légales de la quête aux différents comestibles. Il déambule dans les venelles chacun le saluant, et rendant la pareille d’un hochement, ayant le mot rare et court.

Tout ça pour dire que l’Icyp, c’est la Pétaudière de l’internet : on y décortique des crustacés et toutes sortes d’autres produits de la nature, que nos troupes de saltimbanques vont quérir dans des paniers garnis de crabes remontés des eaux troubles et fécondes de l’océan Octetique. Qui est notre nature nourricière comme celle des alentours de Puycity l’est à son Apache. Et après décorticage, on les déguste. Bien cuites et accommodées car les créatures de ces abysses sont toxiques avant cuisson.

Discutons donc le bout de gras pendant que notre nouveau veilleur de nuit tapi dans le noir[1] et ronflant dans sa guérite, a des visions de chats de mars[2]  à trois pattes, croisées avec des araignées par un savant fou, et que nos mâles frétillants dissertent des vertus du Saint Poil de Cul de notre prophète de bonheur et de celles de nos nouvelles Vénus callipyges raptées comme les Sabines et honorées en tout bien tout honneur vu que c’est la journée des nénettes et que sans elles l’Icyp ne serait qu’un troquet tout gris et sans intérêt.

e la nave va ! 

  1. Un grand Noir embauché tout récemment par amour de la diversité cosmopolite régnant autour de notre table en bois d’arbre. []
  2.  « Alors que je fientais derrière un buisson, je trouvai un chat de mars et m’en torchai, mais ses griffes m’ulcérèrent tout le périnée. Ce dont je me guéris le lendemain en me torchant avec les gants de ma mère… ». (Rabelais, Gargantua, chap. XIII) []
Publié dans Déconnologie, Humain | Autres mots-clefs : , , , , , , , | 3854 commentaires

Froid gras de canard

Népal 1982 - photo et tritouillage © Cyprien Luraghi 2015Le canard fait coin coin coin quand ça caille à mort auprès de la mare. Celui de la salle de bains fait bzzz bzzz bzzz, bien au chaud. Et moi je me les gèle en caleçons longs molletonnés en attendant des jours meilleurs.

Les douches c’est pas mon truc. Mais les bains, oui. C’est en marinant façon hippopotame dans la baignoire en fonte, les narines affleurant et en apesanteur, que la muse daigne seulement radiner sa fraise pour me susurrer toutes les conneries que je raconte ensuite aux gens avec les doigts, après avoir extirpé le corps plongé dans le liquide et ébroué icelui.

Ce coup-ci la mumuse m’a dit que le monde allait de traviole et je la crois sur parole. Ça va de guingois et tout craque aux entournures. Chacun pour soi va clopin-clopant, se planter la gueule dans le réverbère à l’aveuglette. La froide solitude anesthésie. Pour s’échauffer l’âme alors tout un chacun se rejoint sur le réseau où ça grouille de chaleur humaine. Et ça s’y échange des fluides et des grandes émotions, toutes choses impossibles à réaliser chez soi, seul comme un con. Le monde s’inonde donc sous les douches communes, dans ces thermes contemporains où le flux du réseau circule dans d’épais tuyaux transocéaniques. Et ça s’y monte le bourrichon : un coup tout le monde est ci et un autre ça.

Tous ensemble, tous ensemble à penser pareillement selon la mode et le sens du vent : je reste dans mon bain à faire mumuse avec la muse, et des bulles, et chanter faux à décoller le carrelage. Loin de tout ça. À tapoter dans l’eau du bout des doigts ce que j’écris, là…

…e la nave va…

Publié dans Déconnologie, Spectacle | Autres mots-clefs : , , , , , , | 3386 commentaires

Machine à écrire

Illustration © Pierre Auclerc - ICYP - 2014Humecter le bout du pouce et de l’index, choper une feuille dans la ramette, la glisser dans la mécanique et en avant : tac tac tac. En avant toute : droit devant jusqu’à épuisement de la ramette.

J’ai fait comme ça pendant des lustres et puis un jour un nouveau modèle de machine à écrire est arrivé. Une machine sans papier ni ruban encreur. Une machine à écrire en direct, une espèce de presse d’imprimerie instantanée. Celle avec laquelle j’écris en ce moment. Et qui, grâce à l’intercession de Lady de Nantes auprès de Sainte Soluce, me permet enfin de briser le carcan imposant la rédaction de textes courts sur le substitut du bon vieux papier A4 qu’est la pâte à octets de l’internet.

Or donc à compter de maintenant, l’Icyp est doté d’un dispositif exclusif tout tricoté à la main par notre bonne fée mécano, qui découpe le texte en pages de manière automatique. Ça va y aller gaiement : au kilomètre. Pour l’heure il n’est pas encore possible d’inclure des images dans le texte, mais ça ne saurait tarder. Inauguration et essuyage de plâtres.

Pour ce premier billet d’essai avec le nouveau bidule, on va faire simple : je vais retranscrire l’ambiance du fil de discussion ici-même, au fur et à mesure. Comme ça, au pif, au débotté. Comme ça me passera par la tête. Clavier au poing. Et ce qui me passera sous les yeux et par les oreilles. L’ambiance du temps. Avec le cliquetis des granulés de bois tombant dans le creuset du poêle, à trois pas de mon dos, à la cambuse de la maison de l’Horreur de Puycity, bien au chaud, clafoutis et petit IBM posé sur la table en bois d’arbre.

Bien confortable alors que 814 millions d’Indiens s’apprêtent à aller voter, que les grues cendrées ont croisé les hirondelles en chemin, les matous feulent dans la venelle, suivis par des troupeaux de puces friandes de mes mollets et que le monde gronde comme bourrasque d’autan passé l’hiver.

Ça craque aux entournures pas mal ces derniers temps je trouve : les gens se révèlent tels qu’eux-mêmes, après avoir longtemps repassé des couches de vernis sur leur épiderme, au poil de martre pour mieux lisser la pâte à maquillage. L’imposture n’est plus de mise : maintenant tout un chacun se relâche du boyau sereinement, sûr et certain d’être mêmement approuvé en retour par un concerto flatulent d’affranchis de la tripe. Ça sent la poudre à canon : soufre et charbon, délicieuse et familière pestilence attisant le rut des va-t-en guerre ou en révolution de notre temps. Troublé dans têtes pensantes tout autant que dans celles des poulets de girouettes à carte d’électeur du même carton que les bonnets phrygiens qu’on aperçoit dans les rallyes mégalopolitiques.

Clopin-clopant, bouffons ébouriffés, étourneaux étourdis bouffant du croupion à la rafale, en plein grain. De dinguerie : tout stridulant, vitupérant au cœur de leur tempête au dedans, dans la brume orageuse ; fureur fracture et fracas ; aveugles dans leur cyclone à l’œil crevé et happés comme en trou noir : avides d’eux, centripètes brassant d’obsessionnelles paranos sans la moindre cesse, jamais.

Sans ce calme partout à l’entour, sans ce sans tout doux, sans ces petits riens gentiment follets. Au régime sec comme coup de trique ils sont soumis, névrosés déambulant patibulaires, comme pris d’amok. Tout ravageant sans répit, tout en crocs derrière les grilles dont ils se sont entourés jusqu’à se claquemurer dans leur idéal étriqué s’étrécissant encore, une fois bien barricadés dans leur monde capitonné de certitudes absolues. Imperméables aux plaisirs fusant au grand dehors.

Tout se mélange. Pas bien allègrement. Pour ne pas dire que ça vire à l’aigre. Ça va pas bien bien. Ça a peur. Parce que Dieu n’existe pas encore, sans doute. Homère a échafaudé une théorie palpitante la nuit passée : j’ai rien compris mais l’idée d’un Dieu pas encore existant me séduit bien. Il disait ça précisément :

Je ne plaisante pas hein, mes méditations m’ont conduit à la révélation suivante qui ouvre des perspectives immenses : Dieu n’existe pas encore.
Voilà.
Je répète, je suis sérieux, là.

(et plus loin)

C’est une lecture mathématique de l’histoire de l’univers, depuis les milli-secondes d’avant le mur de Planck, après que la lumière s’échappe de la matière 300 000 ans plus tard, et ainsi de suite, les milliards d’années encore plus tard quand la vie apparaît, puis la conscience, etc…

Sachant ça ne fût-ce qu’inconsciemment fait que ça a peur. Le monde flippe depuis l’aube des temps, craignant le pire en permanence. Et le plus beau est que ce pire survient parfois de manière erratique et imprévisible : guerres et catastrophes naturelles. Et pas encore de dieu pour arranger le coup. Largués, livrés aux éléments, terrible sort qui leur est échu. Un créateur à retardement pour une création éjaculatoire, spastique, incontrôlée. La charrue avant les dieux. Et de découvrir ça par le biais de la science acquise au cours des millénaires, qui a étouffé la pensée magique, désaxé les citoyens girouettes et projetés sur le fumier de la terreur viscérale. Bref : ils voient des agresseurs partout et imaginent des tas de complots ourdis contre eux. Alors qu’un simple dieu remédierait à tout ça en les rassérénant. Mais puisque selon le théorème d’Homère, Dieu est une grosse feignasse, ça flippe à mort un peu partout sur la planète et surtout en France, ces derniers temps. Heureusement que la cuvette de Grenoble a verdi, ce dimanche. Mon-Al, notre bourrelle bien aimée, a sauté de joie en apprenant la bonne nouvelle. Car comme le disait si justement Homère à l’instant :

Je ne vois qu’une bonne dictature mondiale écolo (comme à Grenoble) pour nous tirer d’affaire…
S’il est encore temps.

Donc pour résumer : nous vivons des temps fabuleux dans lesquels, nous autres créatures en gestation ayant grillé Dieu à la course, avons appris à nous admirer le nombril dans des termitières en béton ultra-sophistiquées nous protégeant du contact hostile et menaçant du dehors. Enfin ça c’est pour la plus que moitié d’humanité qui crèche dans les mégapoles. À Puycity et pour toutes celles et ceux vivant en Plouquie profonde, ça ne joue pas. On vit toujours comme avant ou quasi. Tenez : bien que relié de maintes manières au reste du monde, je sais à peine ce qui s’y passe. Deux ou trois fois par jour on écoute le début du journal à la radio et on passe très vite à autre chose. Voir pousser le lierre dans le jardin d’Edith est bien plus intéressant.

Annie Luraghi - Icyp - © 2006Les élections en France ou ailleurs : il y a comme une espèce de brouhaha mais pas suffisant pour couvrir le gazouillis des piafs et le ronronnement de la Moutche. Il se passe des tas de choses…

le monde s’apprête
à être pondu
ceux qui disent
qu’il est trop vieux
et que
tout vermoulu
il court au naufrage
ont tout faux
le monde est en œuf
et
même pas encore
tout neuf…

L’important c’est le jardin d’Edith. Huit ans après la photo prise par Annie, le voici aujourd’hui :

© Cyprien Luraghi - ICYP - 2014

Il paraît qu’on a changé de gouvernement. Au loin la guerre bat son plein. Un peu moins loin aussi. Un client passe à l’atelier de dépannage au rez-de-chaussée, la porte est grande ouverte et on taille la bavette un bon bout de temps et ça sent bon le bourgeon. Je remonte à la cuisine pour me préparer un caoua : petit plongeon dans le jardin d’Edith. C’est que passant le plus clair de mon temps devant des écrans, le vert est nécessaire et vital en levant le nez, entre deux coups de bourre. Le reste importe peu : du vaste monde un minuscule filet me parvient à peine et c’est bien suffisant. Ne pas se couler dans le flux, éviter de s’y noyer.

Et bosser. Éradiquer des virus et d’autres saletés, faire chauffer le tournevis pour changer un composant mort, récupérer autant de données que possible d’un disque dur agonisant, optimiser et mettre à jour, remplacer un écran brisé, un clavier moribond, ajouter des barrettes de mémoire, installer du Linux sur la bécane d’un papy, expliquer le Windows à la mémé paumée, changer l’alim’ grillée d’un vieux PC empoussiéré, assembler une bête de guerre avec une carte graphique de la taille d’une entrecôte et coûtant un bras, achetée avec les premiers salaires d’un jeune gars passionné de jeux vidéos ; ramoner le conduit, vidange, graissage…

© Cyprien Luraghi - ICYP - 2014

Note : à la demande générale d’Évelyne, ce qu’on voit sur l’image est ma petite trousse à toutils. Dedans on trouve un assortiment de clés USB contenant des flopées d’outils logiciels, deux pinceaux pour nettoyer les composants, plusieurs tournevis de précision, une lampe frontale, deux vieilles cartes de crédit pour dépiauter les portables, une clé wifi USB, un adaptateur réseau Ethernet-USB, des cure-dents, des cotons-tiges et quelques autres babioles. Avec ça je fais à peu près tout sur à peu près n’importe quelle machine. Rien que du bien je leur fais. Elles entrent foutues, elles ressortent pimpantes. Et quand elles sont vraiment kaput, j’extirpe les précieuses données du client des entrailles de la bête. Pour les lui restituer, intactes ou quasi, sur un support ad hoc.

C’est très mystérieux pour la plupart des gens, ces machines. Aucun dieu n’a procédé à leur création spontanée, résultat d’un processus naturel de complexification des objets manufacturés.

***

Là il est presque une heure de la nuit, le 6 avril. Je suis à l’atelier en train de bricoler des machines complexes. En rêvassant gentiment. C’est calme. Ça gamberge doucement dans la calebasse. De chouettes idées se pressent au portillon. Cette liseuse offerte par notre fée mécano est vraiment excellente. Ce petit billet brouillon de neuf petites pages m’a donné le sujet du prochain billet. La mécanique informatique permet ça comme elle permet au cuisinier de laisser venir à lui les pensées oniriques passé le coup de feu, quand ça mijote sur un coin du piano.

[billet en cours d’écriture : la suite suit…]

… e la nave va !

Publié dans Déconnologie, Éditorial, Fabrication | Autres mots-clefs : , , , , , , , | 6306 commentaires

La Quadrature Du Pet

Illustration © Pierre Auclerc - ICYP - 2014

Les grandes oreilles écoutent même les plus petits chuintements émis par les plus petits d’entre nous. Nous sommes scrutés, scannés ; toutes les ondes et tous les câbles nous reliant sont passés au peigne fin. Les caméras de vidéosurveillance sont partout, c’est le flip. Grave. 

Les financiers s’entendent entre eux en catimini, aussi. Depuis que la monnaie est en circulation sur la planète, ceci dit. Et les États s’espionnent entre eux depuis que les États existent. Et les États espionnent les citoyens, suspects ou pas. Et en plus ils nous empêchent de télécharger les dernières séries américaines gratos. Et de mater les vidéos comiques avec des nazis dedans. De faire des blagues de blondes. De dire les pires saloperies sous anonymat sur n’importe qui sans être emmerdé. Sur l’internet : c’est là que ça se passe au XXIe siècle. C’est comme la télé, l’internet : tout le monde a ça chez soi, même que la télé est entrée en collision avec le web et que c’est pas beau à voir.

Heureusement, de valeureux chevaliers masqués défendent nos libertés chéries, sur l’internet. Nous leur devons énormément : grâce à eux le web est rutilant, libre, à goût sauvage, rebelle, strictement non commercial, sans droits d’auteurs encombrants, sans publicité gênante. Sans censure. Parce que les chevalier du Net ne censurent jamais rien, c’est bien connu[1] . Tout le monde peut dire ce qu’il pense sur tout et n’importe quoi, sans bridage. Tout le monde peut se cultiver gratuitement jusqu’à saturation neuronique. Il suffit de lire les commentaires sous les articles des gazettes des grands défenseurs de la Liberté Du Net pour se rendre à l’évidence : ça dégueule littéralement de culture. Geek, la culture, hein. Car le Geek est au moins aussi cultivé que les machines stupides qu’il pilote avec une dextérité époustouflante. Et toujours sur ses gardes, avec ses copains. Prêt à voler au secours de la veuve et de l’orphelin. Comme dans les jeux vidéos. 

Alors déjà je ne suis pas Geek du tout. Les caméras de vidéosurveillance, j’en ai carrément rien à foutre. Pas plus que des grandes oreilles, qui peuvent bien écouter mon petit cœur de midinet palpiter,  squatter ma ligne téléphonique et ausculter mes disques durs. Pour ce qu’il y a dedans, hein… Les séries américaines m’indiffèrent et j’ai jamais le temps de me mater un film. Les vidéos c’est pas non plus mon trip : quand les copains en collent dans les commentaires sur l’Icyp, je ne les regarde presque jamais. Y en aurait pas ça serait pareil. Alors vous pensez bien que les vidéos de comiques nazis et celles des sales petits cons sadiques tortionnaires qui font la une : rien à battre. Qu’elles dégagent. Elles puent la mort.

« Le Net c’est l’écriture » : je dis ça depuis que j’écris sur ce machin. J’en démords pas. Pour gagner ma croûte je dépanne des ordinateurs dans mon petit atelier au rez-de-chaussée ou à la cuisine quand c’est des portables. Ces machines-là je les aime pas : plus con qu’elles, tu meurs… et quand je pense qu’il y en a qui en font une espèce de religion, j’en pète de rire. 

D’abord c’est quasiment que des mecs, les Geeks : normal, chez les chevaliers ça a toujours été la règle. Du jeu. Les jeux c’est pas mon truc non plus : ça m’ennuie à un point, les jeux… vous avez pas idée. Les clubs de mecs aussi : rien n’est plus chiant. Icy c’est mixte jusque dans la salle des machines. Alors que chez chevaliers Geeks, ça renifle la chaussette de caserne.[2] 

J’ai chopé le train en route aux alentours de la quarantaine après avoir bien roulé ma bosse, pas comme eux : de petits joueurs vidéos qu’ils étaient à l’âge des pustules, ils ont passé tous les stades de l’initiation de leur club : maintenant certains petits chevaliers sont devenus développeurs web, patrons de sites d’info pour Geeks, juristes de l’internet, avocats vedettes des réseaux, hackers de luxe et de pacotille, hébergeurs de sites, publicitaires. 

Ce qui m’a frappé ces derniers temps en allant me balader dans les abysses de l’internet, c’est de voir que les chantres les plus acharnés de la Sainte Liberté du Net, qui sont quasiment tous des anarchistes libertaires, sont massivement soutenus par des bas du front,  des réactionnaires, des crapules fascistoïdes, des affairistes véreux et des petits geeks à pois chiche cérébral : cherchez l’erreur. Un minuscule exemple ici : CLIC

La parano, l’égoïsme, la vanité et la bosse du commerce mènent à tout : de libertaire à libertarien il n’y a qu’un faux pas ; l’osmose a lieu sous nos yeux : c’est la quadrature du pet. Prout !

E la nave va !

 

  1. Quand l’affaire du Corbeau de Brest sera pliée, je vous démontrerai preuves tangibles à l’appui que c’est l’exact contraire que ces gens-là pratiquent, censurant sans merci ceux qui ont l’outrecuidance de les critiquer : patience… []
  2. Je mets une majuscule à tous les Geeks parce qu’ils font ça entre eux : sacraliser, c’est leur trip. []
Publié dans Pilotique, Spectacle, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , , , , , | 2178 commentaires
Aller à la barre d’outils