Archives par tag : Hippie

Mise en boîte

 

Les vieux sont d’un âge avancé et les jeunes avancent en âge, de concert. Parce qu’il ne faut plus dire vieux, mais senior ou personne d’âge avancé dans la langue nouvelle, sans cesse renouvelée par des commissions créées pour notre plus grand plaisir, citoyens. Pendant ce temps-là tout le monde avance en âge, même les bébés. 

Le franc-limaçon aussi avance, glisse et s’immisce caparaçonné suant mucus sur sol sec, à défaut de rosée sur mousse. Et suce le suc aux joubarbes, tire les poils des pattes aux barbus et râpe de sa langue le duvet des velus, leur amollissant le cuir. 

Le franc-limaçon est une espèce d’anarchiste à part. Un anar dont les anars de gauche disent qu’il est un anarchiste de droite et que les anars droitistes définissent comme anarchiste hippie. Donc de gauche forcément… le hippie étant l’espèce la plus universellement méprisée avec le zazou. Dont il est l’héritier direct, fors l’accoutrement. Or donc pour trancher cette interrogation provoquant tant de céphalées chez les emboîteurs forcenés cartésiens en diable, je décrète le franc-limaçon comme étant un anar centriste. Comme ça les emboîteurs seront heureux de pouvoir nous coller dans une boîte avec une étiquette dessus. S’ils ne peuvent pas emboîter, étiqueter et ranger sur des étagères ils sont malheureux comme des pierres et deviennent très méchants, voire fous comme des lapins. Ce que nous ne voulons pas, car les anarcentristes de la franc-limaçonnerie ne désirent qu’une seule chose : le bien de l’humanité. Notre seul ennemi étant l’inhumanité, laquelle se manifeste malencontreusement dans bien trop de carapaces à formes humaines. 

Le franc-limaçon est majoritairement un bobo [1] , aussi. Enfin : c’est les emboîteurs qui disent et il ne faut surtout pas les contrarier sinon ils échouent invariablement sur Overblog où ils ouvrent des tas de blogs paranoïaques et conspirationnistes dénonçant le complot franc-limaçon satanopédotrotkyste bobo situationniste à la solde de la juiverie cosmopolite multiculturelle chelou[2] . Nous sommes grassement payés par le Dalaï-Lama et sa clique, tout le monde sait ça. Car le franc-limaçon est juif, mais bouddhiste renégat de surcroît. Prévoir une grosse boîte pour fourrer tout ça dedans. Mais les emboîteurs ont toutes sortes de boîtes à leur disposition et je leur fais confiance : ils sauront nous y coller… comme nous saurons nous en carapater, hé hé ;-)

Une autre illustration de Philoche se trouve ici : CLIC. Ce billet a été intégralement pondu à partir de commentaires recyclés à bilan carbone déplorable, provenant du fil de discussion précédent. 

E la nave va…

  1. Le bout de discussion qui cause des bobos se trouve sur le fil précédent, ici : CLIC []
  2. Éventuellement pro-palestinienne et pro-tibétaine, tant qu’à faire… []
Publié dans Déconnologie, Pilotique, Spectacle | Autres mots-clefs : , , , , , , , , | 1178 commentaires

TEO BABA

© Chabahil Pete 1985

Namasté ! Salutations !

Notre voyage commence vraiment ; après le choc toujours renouvelé du décalage horaire et du baptême boyaudier, et touristalistique de notre ami Olive (ça, y est, tout va de nouveau bien dans sa tripaille bloblotée), on est partis sur des roulettes. Cela fait dix-sept ans que je n’avais pas remis les pieds au pays, mais c’est comme si je l’avais quitté hier. Là, je vous ai collé deux billets avec des copains morts, (y en aura encore un, mais c’est tout… enfin, je crois…) et la photo du jour a beau être celle d’un être très décédé, il ne faut surtout pas croire qu’on a le moral dans les baskets. La mort fait partie de la vie, c’est bien connu. En plus, vaut mieux faire copain-copain avec elle, vu qu’à celle-là, on n’y coupera pas. En Asie, la mort est partout ; mais avec des fleurettes et personne ne chiale au passage d’un brancard porté par des croque-morts tout en blanc, qui se dirigent d’un pas dandinant vers le bûcher.

Ainsi donc, j’ai décidé de vous entretenir d’un personnage tout à fait extraordinaire, qui vécut les dernières décennies de sa vie dans la rue d’où je vous écris présentement.

On a sur les hippies, trop souvent, un regard méprisant, amusé.

Dans l’esprit de l’ignare, ils représentent tout ce qui se fait de mal dans la société bien châtrée dans laquelle nous vivons. Pas dans le mien. Car c’est faux.

Il ne faut surtout pas confondre les hippies et l’image du vieux baba fumeur de cônes que la presse pourrie nous a, tant d’années durant, infligée.

Les hippies ont voulu changer la face du monde… et ils y sont presque parvenus. C’est pourquoi les différents pouvoirs les ont tant détestés, haïs et conspués. Et que la populace, cette grande connasse, a hué à pleines bronches.

Teo Baba en fut, et pas des moindres.

Ce peintre suisse est mort il y a quelques années, paisiblement, à soixante-seize ans.

Il vivait dans une piaule minuscule à cent mètres de là, à Jocchen, plus connue sous le nom de Freak Street, au tout dernier étage du Cosmopolitan Hotel, où le patron l’hébergeait gratuitement.

Ce grand homme, ce Mahatma, ce véritable saint laïc, a toute sa vie durant, vécu de son art (et sa peinture, c’est pas de la barbouille), qu’il vendait en Suisse par le truchement d’une galerie amie. Et, vivant comme un moineau, il a fondé de ses propres deniers… un orphelinat, qui tourne maintenant avec des Népalais qui ont pris son relais.

Alors, le premier qui dira du mal, c’est un pain dans la gueule.

Nous irons dans les tout prochains temps, le Zolive et ma pomme, collecter autant de bribes du passé pour vous en faire part. Orphelinat, papys, mamies… témoignage écrits ou sonores[1] et mêmes imagettes, si la saloperie d’appareil photo numérique à trois balles de Zolive consent à revivre sous la baguette magique.[2]

Je fais le guide à mon ami, et c’est super. Parce que notre voyage est à la fois un plaisir touristique, et une manière pas trop conne de donner un coup de pouce à ceux qu’en ont besoin. Et ici, y a de quoi faire. Le pays se remet tout doucement de treize ans de chaos, de guerre civile, et de deux siècles d’une des dictatures les plus abjectes de la planète. Mais les Népalais ont la frite : pour la toute première fois de leur histoire, ils entrevoient une lueur tout au bout du tunnel. Une chape mortelle a chu de leurs échines au mois d’avril dernier, où le peuple tout entier s’est levé contre le pire des monarque qui fut.

Si on veut faire vite et pas dans la dentelle, c’est un peu comparable à la Révolution de velours du fabuleux Vaclav Havel en Tchécoslovaquie.

Bon, là, y a la radio qui dit que le jus va couper.

Donc je vous quitte pour aujourd’hui.
Mille amitiés
Portez-vous bien
Tenez vous bien au chaud
Peace & Love !

Cyp
en ligne et à l’oeil

PS : pour les anglophones, vous pouvez aller jeter un œil au petit site de Chabahil Pete, qui est pour l’heure le seul à s’être souvenu.

  1. J’ai embarqué un microphone de choc, grâces en soient rendues au merveilleux Robert de Prayssac. []
  2. Mon tournevis Torx N°8, en fait. []
Publié dans Humain, Népal | Autres mots-clefs : , , | 2 commentaires
Aller à la barre d’outils