Archives par tag : Frank Herbert

L’anarchie, c’est nul à chier

Broyé du Poitou à l'angélique - Illustration © Cyprien Luraghi 2009

« Les gouvernements, lorsqu’ils durent, tendent toujours vers des formes aristocratiques. Aucun gouvernement de l’histoire n’a échappé à ce processus. Et, au fur et à mesure du développement de l’aristocratie, le gouvernement a de plus en plus tendance à n’agir exclusivement que dans l’intérêt de la classe dirigeante, que celle-ci soit une royauté héréditaire, ou une oligarchie fondée sur des empires financiers ou une bureaucratie installée. »

Frank Herbert
Les enfants de Dune


C’était La Pensée Du Jour (LPDJ) de l’autre jour… et comme toujours depuis des années je la reçois au courrier, envoyée par l’ami Vincent.[1] C’est devenu un rituel (de plus) sur l’Ici-Blog, qui est tenu par un hindouiste athée comme un cochon aimant les fioritures, les bâtonnets d’encens et les machins kitsch sans la moindre utilité.

***

Les gouvernements, c’est de la merde et les gentils qui suivent les guides suprêmes des gros moutons. OK, je suis bien d’accord avec Frank Herbert sur ce coup. Pas que sur celui-ci, d’ailleurs : avant tout le monde, il a été un des chantres de l’écologie planétaire. Rien à voir avec les sommets actuels, au cours desquels des pingouins encravatés croisent des cyclistes urbains trieurs de poubelles. Ça, c’est vraiment le fond du tiroir de la connerie humaine.

Mais bon : le sujet du billet, c’est le pouvoir et ses dérives obligées. l’écologie, je la laisse aux bio-mormons sinistrés de la comprenette.  Tiens : un exemple très évident de ce que dit Herbert : Sarkozy, c’est un dictateur sans pouvoir. Il est bridé par la Constitution, le monsieur. Sinon, c’est Napoléon III moins la culture générale.

Sans pouvoir absolu, il offre le spectacle affligeant d’un Mussolini fanfaronnant à la tribune des imperators, sans toutefois pouvoir totalement exercer ses effets néfastes ; c’est d’un riducule achevé. Oh : il fait pourtant tout ce qu’il faut pour se rendre haïssable à mes yeux et ceux de nombre de ses sujets : je ne remettrai pas sur le gaz les inévitables analogies entre sa gouvernance et la triste époque de la Révolution Nationale, parce que c’est mal vu. Il paraît qu’il ne faut pas. Mais comme je me fous du bien et du mal et en véritable malotru je le dis : il est heureux que l’Unter-Duce de la France soit tenu au bout d’une chaîne et ne puisse qu’aboyer en grimaçant comme un caniche-bull. Il dégueulasse déjà suffisamment son bac à sable.

***

Or donc les jeux de pouvoir n’ont pas mes faveurs : quoi de plus normal puisque l’anarchie est mon idéal. Et c’est quoi, l’anarchie ? L’utopie des utopies : les rishis[2] en discutaient déjà les mérites il y a plus de trois mille ans, chose inconnue ici, puisque l’intégralité des références culturelles est centrée sur « notre » « civilisation », ce qui fait beaucoup de guillemets pour pas grand-chose.

Mais voilà ; tout anarchiste qui se respecte sait une chose essentielle : il ne verra pas son idéal appliqué à l’ensemble de la société humaine de son vivant, ce qui engendre chez lui une foule de sentiments forts, débouchant sur le terrorisme à la façon de Ravachol, la désillusion morne ou le cynisme flatulent, voire à l’immobilisme railleur[3] ou au néant individualiste.

Mais non : j’oppose à cette sinistrose flippante, ma devise personnelle : ni Rien ni Quoi, mais Comment ?

Autant le dire tout de suite : il y a du boulot. Comment réussir à ne convaincre personne des bienfaits d’un mode de fonctionnement qui n’a pour ainsi dire jamais été pratiqué, déjà ? Faire l’anti-missionnaire, c’est un taf à plein temps. Ne soyez pas anarchistes : c’est sans intérêt ; vous ne verrez jamais le fruit de vos idées prospérer au soleil sur la planète bleue. Continuez à vénérer les chefs : ils ont vachement raison de nous prendre pour des cons. Persistez dans l’infantilisme : c’est suave et mou comme un hamburger industriel.

Ne fumez pas ! N’enfumez plus !

 

  1. Alias Sambucus. []
  2. Sages de l’antiquité hindoue. []
  3. Dont je fus récemment qualifié par l’ami Kebra [NVDF] : qui n’est plus mon ami depuis longtemps. []
Publié dans Déconnologie, Édits Vespéraux, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , , , , | 259 commentaires
Aller à la barre d’outils