Archives par tag : foire

एक लाख (Un Lakh)

Illustration © Pierre Auclerc 2010

Un lakh = cent mille dans le système de numération indien.

Un lakh de commentairess en vue sur l’Ici-Blog… la frime. Le chiffre qui tue : cent mille. Ouaouaouh ; faites péter la roteuse : les compteurs sont au taquet, petits mickeys…

Rien à branler, des chiffres. Rien ne m’emmerde plus dans la vie que les chiffres. Alors cent mille ou autre, ça me laisse de glace. L’important c’est la moelle du com. Le chiffre c’est son nonosse, au com.

J’aime bien les Indiens dont les grands chiffres ont des noms spécialement créés pour : le lakh, le crore[1] … c’est plus humain tout de suite : un lakh c’est comme mille balles : on comprend immédiatement ce qu’on peut faire avec.

Idem avec le coup des cent mille coms, qui n’évoque que triste courbe et fade camembert de banquier : alors qu’en pensant à un lakh de coms, on ressent immédiatement au tréfonds de sa fibre tout l’effort que ça représente. Le temps aussi : un lakh de minutes, ça en fait un sacré, de bout de temps passé à massacrer joyeusement nos malheureux claviers : 69 journées de 24 heures. Mais on peut tranquillement multiplier par cinq et des poussières pour mieux coller à la réalité : un an quasiment rond en arrondissant bien rondement les angles mous.

Alors voilà : il y aura un lakhième com sur l’Ici-Blog le 3 décembre, on peut compter dessus. Et ça sera la foire, comme tous les vendredis :

 

© Cyp Luraghi 2010

 

Dans le monde entier ce sera la foire, comme tous les vendredis et les six autres jours de la semaine. C’est la foire tous les jours, sur la planète. Pas moyen de s’y ennuyer : il s’y passe toujours quelque chose de joyeux. Vous l’entendez, ce long soupir de jouissance orgastique résonnant aux quatre horizons en continu, flottant tout au dessus du bourdon de la guerre ?

Partout où nos regards se posent, c’est la foire du vendredi. En Haïti c’est la fiesta mahousse, à Cuba la nouba d’enfer et à Guantanamo on danse la Guantanamera, comme de bien entendu ; en costume orange, derrière les hautes grilles. Des deux côtés de toutes les grilles du monde entier on festoie. Le gniaf  (( © Tjeri. Le tyranneau actuel du Régime Français. )) lui-même fait la bringue au Palais : il boit du jus d’oranges en regardant danser les majordomes. Et les bonniches, car il rêve de faire aussi fort que la bite à Berlu.

La moindre particule se la pète en tournoyant gaiement dans le vaste univers[2] : le lakhième com se pointe à l’horizon de l’Ici-Blog.

E la nave va, donc.

 

  1. Dix millions. []
  2. Au vide plein de Plein. []
Publié dans Déconnologie, Éditorial, Fabrication, Tout Venant | Autres mots-clefs : , , , , , , , | 627 commentaires
Aller à la barre d’outils