Archives par tag : éphémère

Fut glace fugace

© Cyprien Luraghi 2008Tout est pris, soudé, en bloc. Mais n’allez pas croire que ça fait bloc : c’est des glaçons chacun dans leur coin, qui se les pèlent et s’épient en chiens de faïence loin de l’un, de l’une.

Des blocs de chair fondant en se frottant le lard aux autres larrons dans de trop éphémères raouts, en de lointaines capitales. Et qui passent à la casserole et puis au four et se flambent aux alcools capiteux pour se finir aux digéros fulminants et décapants chez la mère Dodu, pourquoi pas donc ; quelle belle et bonne idée de se dégeler par les temps qui courent : c’est une époque à griller au chalumeau tellement elle est glaciale.

Dégeler ou se coller des dégelées ? ou les deux ? ou rester tout glaçon comme les passants gris des rues marmoréennes où le moindre pas résonne et fronce les sourcils des résidents. Tsk, tsk : très peu pour nous.

Ah et puis c’est trop court le temps d’un grand réchauffement, toujours. Si c’est trop long, c’est pas une fête. C’est comme un billet de blogs : court et jouissif, si possible. Sinon il y a les volumes de la Pléiade dans la bibliothèque, à portée de main.

On y entre cru et on en ressort cuit. On n’a qu’une seule envie : remettre ça sur le gaz en rentrant chez soi plein gaz sur le verglas.

Frottons-nous la couenne !

***

Touillé sur la gazinière de la Maison de l’Horreur avec deux idées de Marina et Sambucus, que vous lirez ici : CLIQUEZ DUR (la page est longue à charger).

 

Publié dans Déconnologie, Édits Vespéraux, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , , , , , | 662 commentaires

Mois en br…

© Shanti Devi Luraghi 2008

 

Pas encore mais ça va pas tarder à se pointer le bout du nez ; ça ne trompe pas : le pont en est tout tapissé ; tout passe.

Sous la semelle, elles éclatent comme des prunes d’Ente mûres, et je glisse dessus pareillement, à l’instar de la terre dans l’espace ou de celle bientôt détrempée par la pleuviote sous le sabot en caoutchouc du jardinier.

Après les mois en bz, les mois en br.

Les mois en gr sont bien plus rares, sauf pendant les révolutions.

Mais personne ne fait plus ça.

Jouissons de l’éphémère !

 

Publié dans Édits Vespéraux, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , | 4 commentaires
Aller à la barre d’outils