Archives par tag : enfer

Cherchez pas : c’est là.

Vieille carte postale tritouillée par CypC’est quoi déjà, l’enfer ? Un endroit où on souffre. Par exemple je serais en enfer si j’allais à l’endroit de la photo. Je n’imagine même pas : moi sur le goudron devant ce bâtiment blanc avec la mer toute proche, et des gens qui passent l’air satisfait en émettant une vibrance apoplectique de désir servilement amoureux comme devant une princesse de magazine.

L’horreur. Oui : cette photo est épouvantable ; tous les enfers de tous les univers y sont représentés. Pourtant une foule émue m’assure que l’enfer est ailleurs : dans les pénitenciers birmans, sur le trottoir parisien glacé, les continents déshydratés…

Il y a plusieurs enfers : chacun le sien. Chacun pour soi est un enfer aussi pour moi, mais c’est le paradis des individualistes. Eux, ils sont bien là, baignant dans un bonheur concon et le coton, seuls entre les murs.

Il y a le paradis du gros richard : tout à fait rédhibitoire. Quand je les vois se prendre le chou comme des minots pour leurs joujoux, je me dis que tout mais pas ça. Que ma nature m’en préserve ! baver devant des yachts hideux et des tocantes qui valent le prix de ma maison : faut vraiment être pas tout à fait fini.

***

Notre copain Patrick travaillait pour les émirs du Golfe, il y a quelques années ; il soignait les chevaux des princes pétroliers : c’est leur passion. À peine descendu de l’avion, son ami le cheikh Machin  d’un petit émirat hérissé de consternants gratte-ciel bâtis par des esclaves orientaux, lui tombe dans les bras. Effusions. Viens donc l’ami : je te fais le taxi. Et blablabli et blablabla… et le cheikh qui soudain se renfrogne :

− Hé Patrick… t’as pas remarqué ma nouvelle bagnole ?
− Ben euh…

Patrick n’en a rien à foutre des bagnole ; mais alors vraiment rien du tout. Il réalisa soudain qu’il se trouvait dans un carrosse de luxe : une Bentley historique ; la dernière acquisition de Machin, qui en écumait de fierté. Alors Patrick s’est fendu d’un beau sourire et s’est extasié sur la mécanique roulante, ce qui apaisa l’émir qui se mit aussitôt à ronronner.

En enfer, il faut faire semblant d’être aux nues : ça marche.

 

Publié dans Binosophie, Pilotique, Tout Venant | Autres mots-clefs : , , , , | 486 commentaires
Aller à la barre d’outils