Archives par tag : empire

Cypish Empire

Illustration © Cyprien Luraghi 2009

Comme pour Charles Quint et la reine Victoria : le soleil ne se couche jamais sur mes domaines : quand Homère se lève sur son îlot paradisiaque dans sa tiède mer thaï, Dul prépare la tambouille du soir à Buenos Aires. Freakfeatherfall se les pèle à Portland et ainsi de suite. J’ai même des poitevins qui me lisent, c’est pas pour dire. Des soviets, des spammeurs chinois, des griots maliens, un bureaucrate luxembourgeois, et plus d’un ermite tibétain profite de mes lumières dans sa tanière.

Et des mabouls. Ça roule, ma boule.

Je dirige ça d’une main de fer avec mon clavier. Tout un rituel : cérémonie du petit lever, présentation de la tronche dans le seau à la cafetière en chef, émergence dans les volutes bleutées de la cigarette, ablutions et boulot. Pauses casse-croûte.

Car il me faut régner : rude métier. Expédier les affaires courantes : eau et gaz à tous les étages pour tous. Et à bientôt sept milliards, mes sujets attendent beaucoup de moi. Faut nourrir.

« On gouverne un grand État comme on fait frire un petit poisson. » – Lao Tseu.

Et nourrir l’esprit, aussi. Ça, c’est le plus dur. Penser au sujet du prochain billet, trouver l’image pour le sujet du prochain billet. Triturer l’image. La servir bien chaude, nappée aux métaphores béchamelles, et sur une pâte fablée abaissée à l’huile de coude et au gros rouleau.

Sacré empire ! Et ces sujets : impertinents et des fois pertinents ; ça leur arrive. Ou légers, irréels. N’importe quel sujet fera l’affaire : j’en ai sept milliards au dedans de ma boule.

Allez : au sujet suivant. À raison d’en sacrifier un tous les deux jours, j’ai de quoi voir venir. Qui je me fais la prochaine fois, comme sujet ? Ginkoland ? Marina ? Ben85 ? Vincent – l’homme invisible ?

Ou un blogueur anonyme pêché sur un blog lointain… Un gros troll dur à cuire. Procéder comme pour un tatou : sous la braise dans sa carapace.

Le soleil peut bien éclairer mon empire a giorno, et moi m’apprêter à me coucher paisiblement, rasséréné et heureux du devoir accompli.

 

LX – 1 – On gouverne un grand Etat comme on fait frire un petit poisson.
Publié dans Déconnologie, Fabrication | Autres mots-clefs : , , , , , , , , | 467 commentaires
Aller à la barre d’outils