Archives par tag : Duravel

Durable, Duravel et 203

Reliques des trois saints de Duravel (Lot) : Agathon, Hilarion et Poemon - © Pierre auclerc 2010Bien mille ans que ça dure à Duravel.[1] Chaque lustre depuis, on les aère en ostention et puis on les recolle dans la crypte : increvables cadavres trimbalés à dos de moines de Palestine jusque chez les Francs.

On faisait de la belle qualité dans ces temps reculés. Du saint impeccablement desséché au soleil, paré pour l’éternité. Charlemagne ne faisait ramener de Gaza que de la momie de premier choix. De l’ascète ayant longuement pratiqué toutes sortes de macérations au Désert et nourri de figues sèches avec parcimonie.

Ensuite, Charlemagne les distribuait aux abbayes qui se faisaient un max de blé avec les pèlerinages. Tous les patelins rêvaient d’avoir des reliques. Et à Duravel : trois d’un coup, et non des moindres. Le coup de bol. Imaginez le chiffre d’affaires que ça représente, mille ans de bourses pèlerines soigneusement vidées. Combien d’estomacs de moines ça a rempli au cours de ce millénaire ; combien de papes ça a engraissé…

Alors bien sûr, ça ne produit plus autant que jadis, mais tout de même : ces trois inusables anachorètes ramènent encore quelques piécettes à la quête et font vendre de la carte postale. Et pour quasi zéro de coût à l’entretien ; pas question de les virer à la benne.

Les squelettes de saint Hilarion, Agathon et Poémon sont comme la Peugeot 203 : de la belle ouvrage faite pour durer. Bien entretenue, votre Peugeot 203 vous fera de l’usage au moins jusqu’en l’an 3000. Vos descendants vous diront merci.

De nos jours c’est fini : la pénurie de saints frais et durables est totale. Mais on trouve encore assez facilement des 203 pas trop chères, roulantes − et durables − dans les petites annonces.

Il faut opter pour l’excellence afin que ça dure. Pas comme la caille qu’on nous refourgue de nos jours : ne surtout pas croire le gniaf[2] quand il vante l’Excellence avec un grand E en moulinant des bras. Pas plus que pour tout le reste de la camelote qu’il tente chaque jour de nous vendre. L’excellence économique, c’est la 203 et la relique d’ermite sec ; rien d’autre. Allez trouver une caisse aussi robuste que la 203 en 2010 : que dalle. Nib. Je ne parle même pas de la piètre qualité des momies actuelles. Y a plus de saints, voyez-vous. C’est un article qui ne se fait plus. Désolé m’ sieur-dame : le stock est épuisé.

Mais j’ai d’excellents pantins gonflables made in India en promotion. Vraiment pas chers. Ils vous feront pas mille ans, bien sûr. Mais à ce prix-là on peut pas tout avoir. Un petit investissement qui pourrait vous rapporter gros. Mais pas longtemps. N’oubliez pas de vous carapater avec la caisse avant la Crise, monsieur-dame.

Suivant !

En partant des idées des copains ICI.

E la nave va…

 

  1. Village à quelques bornes de Puycity : CLIC et CLIC. []
  2. Le Convulsé. []
Publié dans Billet Express, Déconnologie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , , , , , , , , , | 646 commentaires
Aller à la barre d’outils