Archives par tag : comédie humaine

Bien posé

Huile de Charles Huard - 1940 - coll. privée - Cliquez pour agrandir

 

Les particules qui le composaient ont été éparpillées ; l’eau de son corps a coulé dans le sang de toutes sortes de créatures et sué vers les nuages ; il n’existe plus. Il a poussé, tout bourgeon, s’est enflé pompant la sève avide comme un baobab ; il s’est fait sa place dans le monde en poussant fort et en bourrant des coudes. Et puis rien de rien.

***

Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu un vrai portrait : je ne sors pas beaucoup depuis longtemps. Alors j’ai contemplé celui-ci dans le salon de l’ami Alain, au château de Malmaison, quand tout le monde dormait. Je me suis dit : c’est qui ce gros bonhomme ? Il a vécu quoi ? Je lui ai vu toutes sortes de vies, en vain. Il ne collait à rien. Le soir, j’ai demandé à Alain.

— Oh : je l’ai acheté dans une vente aux enchères, pas cher. Il n’est pas si vieux qu’il en a l’air… regarde en bas à droite : 1940. Il est d’un illustrateur qui a eu sa petite heure de gloire : Charles Huard.

J’ai cherché sur l’internet et j’ai trouvé facilement. Le graveur de la Comédie Humaine de Balzac. Une espèce de César Birotteau, alors, mon gros bonhomme… Un personnage jamais vivant, comme le sont ceux des romans. Même pas une vie, juste l’écho d’une pensée d’écrivain, et la main du peintre. Pas plus, pas moins… et en fin de compte bien aussi vivant que n’importe qui d’autre, là, sur son tableau.

 

Peyrade, dessin de Huard pour l’édition Conard de la Comédie Humaine

 

Publié dans Binosophie, Humain, Tout Venant | Autres mots-clefs : , , , , | 106 commentaires
Aller à la barre d’outils