Archives par tag : cœur

Beat et pas square

Takeshi en Zatoichi (2003) gif animé par Cyp LuraghiIl ne s’emmerde pas, Kitano.

Takeshi se fait pas chier, dans la vie. Il ne s’emberlificote pas dans les grands principes à la con : il prend ses rêves pour des réalités et comme l’art c’est le rêve sinon rien, il est tout bon.

Il a tout bon aussi, Beat, à tout révolutionner tout le temps que ça dure et jusqu’à son dernier souffle que j’espère éloigné d’un univers lumière. Parce qu’il est un homme bon dans le fond et que ça se voit dans ses pupilles et au moindre de ses tressautements. Il se pose là et quelque chose de frais et neuf arrive soudain. Il fait respirer cette époque de suffocation.

Il envoie bouler les tenanciers du calibré gaiement, valdinguer à coups de pieds de nez ; depuis longtemps ça n’était pas advenu et le jour où j’ai vu sa tête dans un film la première fois est resté gravé là, bien profond dedans. Une avalanche de sentiments intriqués et cette familiarité immédiate avec celui-qui-est-comme-nous de tout en bas, de la plèbe et qui l’aime et n’a jamais cessé de l’aimer et qui le lui rend bien, à lui qui donne et nous élève par la noblesse délurée de son grand art.

Sa camelote est celle d’un Cocteau mâtiné de Charlot avec la face et la maîtrise du geste de Buster Keaton, la luxuriance de Fellini,  la concision élégante et rigolote de notre Henri Michaux.

***

J’écris ça à la jetée depuis mon lit ce matin parce qu’il est en France pour une exposition de ses objets à Paris − que je ne verrai pas − et que Rue89 lui a consacré un articulet hier, et que nous parlons très souvent de ses films dans nos commentaires.

Banzaï d’honneur au plus grand kamikaze déconnologue de l’univers  !

Publié dans Billet Express, Cinoche | Autres mots-clefs : , , , , , | 730 commentaires
Aller à la barre d’outils