Archives par tag : Chant de guerre

Parano-Suiza

Illustration tritouillée par Cyprien Luraghi © Icyp 2016Voiture de l’année : la Parano-Suiza

(huit cylindres en Vé, trente-deux soupapes minimum)


La Parano-Suiza allie tout le raffinement d’une carrosserie blindée à toute auto-critique et le confort douillet d’un habitacle étanche à toutes interventions extérieures. Tout est pensé pour le bien-être de l’utilisateur, ce qui en fait la meilleure de sa catégorie : ordinateur de bord simplifié, absence de volant et de marche arrière. Finis, les spéculations philosophiques sur l’itinéraire à suivre, les doutes intellectuels aux carrefours, les regrets existentiels au fond de l’impasse, la Parano-Suiza vous mène à destination, TOUT DROIT DEVANT, sans varier.

Faire rugir sa Parano-Suiza

(huit cylindres en Vé, quarante soupapes à négocier)

Comme tout véhicule, la Parano-Suiza nécessite un carburant, mais, comme tout modèle grand‑luxe, un carburant spécifique, le « Untelmeuharcèle ». Celui-ci, beaucoup trop ciblé, est fortement soumis aux lois du marché et n’est guère très stable. Il peut disparaître à tout moment pour diverses raisons : malfaçons qui nécessitent des tests en clinique, décision du fabricant de le remplacer par « Unautremeuharcèle », date de péremption atteinte nécessitant une mise au cimetière, etc. Préférez donc l’essence « Legroupemeuharcèle » au taux d’octane beaucoup plus élevé qui vous offre un éventail plus large de possibilités. Vous irez plus loin.

Afin d’optimiser les rendements, il est conseillé d’y adjoindre un adjuvant. Le fabricant « Faitsdivers » a longtemps eu le monopole avec ses produits-phares, « Pédophilie », « Parricide », « Pornographie » et j’en passe. Il est maintenant fortement concurrencé par un nouveau venu, « Terrorisme ». À vous de choisir. Si cela est trop difficile, vous pouvez faire votre petit cocktail personnel : le mélange « Pédopornoterrorisme » a un rendement extraordinaire. Certains préfèrent le lubrifiant « cyberterrorisme », commercialisé tout récemment, mais qui commence à avoir un certain succès.

Le moteur de la Parano-Suiza (huit cylindres en Vé, quarante soupapes, voire plus), comme tous les moteurs, a besoin d’un lubrifiant. Nous avons les huiles classiques, toujours très prisées, « Juifs », « Nègres » et « Francsmaçons ». Si la marque « Communisme » a disparu de la tête de gondole, « Illuminati » revient en force. On note l’arrivée sur le marché d’une holding au comportement commercial très agressif, « Islam », qui nous présente toute une gamme de produits allant de « Arabes » à « Islamofascisme » en passant par « Islamogauchisme », selon que votre voiture a une conduite à droite ou à gauche.

(Il existe une huile parfaitement confidentielle, connue seulement de quelques initiés, la « déconnologie ». Quelques téméraires l’ont essayé et elle pète le feu.)

Nota :

Certains font un mélange de tous les produits précités. Cela demande des connaissances et du savoir-faire ; il faut faire partie d’un club. Le membre du club est facilement reconnaissable à son uniforme protecteur (il a la peau délicate) et à son crâne rasé par souci d’hygiène. Les huiles « Juifs » et « Francsmaçons » sont très connues pour leur pouvoir irritant et de récentes études montrent que l’huile « Islam » ne vaut guère mieux.

Là nous ne parlons plus de voiture de tourisme, mais de formule un. D’ailleurs, ils appellent la Parano-Suiza ainsi « customisée », Sinzano-Suiza (S.S.).

Conseils d’entretien de la Parano-Suiza

(huit cylindres en Vé, soixante-quatre soupapes, ne lésinons pas sur les soupapes)
(Paragraphe inutile)

La carrosserie de la Parano-Suiza ne nécessite aucun entretien ! Grâce à son vernis inaltérable, toute pluie acide d’incertitudes ou orages de doutes ne laissent aucunes traces, aucuns points de rouille existentiel.
Le moteur s’auto-entretient de lui-même ! À partir du moment où on évite cette chaîne de garagistes au sigle HP qui se prétend les uniques concessionnaires de la Parano-Suiza. C’est de l’arnaque ! Ils vont tout vous démonter, vous obliger à revoir vos fusibles… Pire ! Mettre un volant (pour tourner en cas d’obstacle intellectuel) et une marche arrière (pour reculer en cas d’erreur) !

ESSAYER LA PARANO-SUIZA, C’EST L’ADOPTER !
ADOPTER LA PARANO-SUIZA, C’EST NE PLUS S’EN PASSER !

( e la nave va, as usual ;-)

Publié dans Déconnologie, Pilotique, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , , , , , , | 3644 commentaires

Par Toutatis !

Illlustration © ICYP - tritouillage : Cyprien Luraghi 2015

Il fait nuit. Vous roulez tranquillement sur une route de campagne. Soudain, dans un virage, quelques sangliers surgissent sous vos phares. Embardée, tonneau, arbre ; vous êtes mort.

Il fait nuit. Vous êtes tranquillement assis à la terrasse d’un bar. Soudain quelques bipèdes armés surgissent devant vous. Rafale, cris, une douleur indicible vous déchiquète l’âme ; vous êtes mort.

Les sangliers, associés à leurs frères d’armes les chauffards et autres bêtes sauvages, tuent et estropient des milliers de gens chaque année en France. Un vrai carnage, qui se répète tous les jours, tout le temps, partout. Et pourtant, curieusement, personne n’envisage jamais de ne plus utiliser sa voiture de peur d’être victime d’un sanglier, d’un ours ou d’un chauffard. Jamais les autorités ne recommandent de rester chez soi de peur qu’un tel drame survienne.

Les bipèdes armés, eux, font beaucoup moins de victimes. Même après la tuerie du 13 novembre, le décompte de 2015 n’est même pas au niveau d’un mois de victimes de sangliers, ours et autres chauffards.

Et pourtant, chacun est pris d’une angoisse à l’idée que lui ou ses proches sortent dans la ville en période d’attentats. Et les autorités recommandent de rester chez soi, c’est plus sûr (même si la ministre aux yeux de velours nous met en garde contre les terribles accidents domestiques qu’on n’attrape que chez soi et pas dans les lieux publics).

Ça n’a pas de sens. Ce n’est pas parce que ces bipèdes armés sont mus par des intentions criminelles qu’ils sont différents des sangliers ou des ours. Ce qui importe c’est le résultat : la tuerie aléatoire, la faute à pas de chance d’avoir été pris dedans, d’avoir été sur le trajet des sangliers ou à cette terrasse de bar ; c’est la même chose. Au résultat, on est mort par hasard sans que personne ait eu l’intention de s’en prendre à nous en particulier.

Du coup, si ce n’est pas de l’inconscience de prendre sa voiture quand on connaît l’hécatombe annuelle des sangliers, des ours et des chauffards, ça n’en est pas plus d’aller au théâtre et en terrasse de bar dès que les salles et troquets seront à nouveau ouverts. Ça n’a rien de courageux de ne rien changer à ses habitudes après un attentat, aussi épouvantable soit-il. C’est tout simplement du bon sens ordinaire, de la sagesse proche du sol, de la dignité, de même qu’on reprend sa voiture après avoir lu le bilan du mois dans le journal. Le bipède armé et le sanglier, c’est la même chose, et cela relève de la calamité naturelle, des choses qui arrivent et auxquelles individuellement on ne peut rien.

Alors c’est vrai, le bipède armé a décidé de tuer, de massacrer, pour des raisons qui ne regardent que son cerveau sommaire et dérangé, manipulé par des cerveaux tout aussi malades, mais loin d’être sommaires, eux. C’est agaçant de se dire que s’il nous tue, c’est parce qu’il l’a décidé, contrairement au sanglier, à l’ours ou au chauffard. Mais ce n’est que pour lui que ça fait une différence, pas pour nous.

Le problème, c’est que ce bipède armé semble proliférer exagérément ces derniers temps. Ça c’est très fâcheux, et de même que les autorités et sociétés de chasse organisent des battues pour liquider le trop plein de sangliers et éviter la prolifération des accidents, les autorités doivent organiser des battues à bipèdes armés pour éviter qu’ils prolifèrent exagérément. C’est le travail de la Police, de la Justice et des Services Secrets, et c’est un travail qui est bien fait, inutile d’en rajouter à l’infini.

Mais tout comme les battues à sangliers n’éradiqueront jamais toutes ces bêtes et qu’ils continueront donc à tuer tout au long de l’année, les battues à bipèdes armés n’empêcheront jamais que des attentats soient commis ; au mieux ils en limiteront le nombre.

Il faut donc s’habituer à vivre avec cela, et considérer que les attentats font partie des calamités naturelles, comme les avalanches, les inondations, les cyclones, les chutes de météorites, les déclarations de politiciennes blondes et les sangliers qui traversent les routes dans les virages. Ainsi on peut les mépriser sans revêtir sa panoplie de Superdupont, mais tout en restant des gens ordinaires, qui se contentent de ne pas vivre dans la peur.

Et c’est pour cela que le combat de ces organisations terroristes est perdu d’avance, à condition que la population garde son sang-froid. L’idéal d’ailleurs serait de ne jamais nommer ces bipèdes armés, de ne jamais leur donner de visage. On ne devrait jamais parler des frères Kouachy ni diffuser leurs portraits et raconter leurs vies. On devrait parler des tueurs de Charlie Hebdo, voire des frères Ducon, et s’en tenir là. Il ne viendrait à l’idée de personne de dire « j’ai été tué par Marcel le sanglier », au risque que Robert le sanglier se dise « Marcel est un héros, un modèle pour moi, je vais emboîter ses pas et aller me poster dans un virage».

Il paraît que nous autres Gaulois n’avons peur que d’une chose, c’est que le ciel nous tombe sur la tête. Mais ça, c’était vrai dans l’Antiquité. Depuis, le ciel nous est si souvent tombé sur la tête que nous y sommes habitués, et ça ne nous fait plus peur. Ce qui nous permet de montrer notre cul en rigolant à ces bipèdes armés et de leur affirmer qu’ils auront beau massacrer et détruire autant qu’ils le voudront, ça n’y changera rien, on ne peut rien contre les calamités naturelles, et la multitude innombrable des rescapés de près ou de loin poursuivent leur bonhomme de chemin et ont tôt fait d’oublier la coulée de boue meurtrière déposée comme une déjection canine sur un trottoir parisien. Quant à eux, les bipèdes armés, lorsqu’ils se présenteront au guichet des enfers, ils y trouveront leur dieu qui tout comme nous leur montrera son cul en rigolant avant de les précipiter dans la fournaise, tandis que les soixante-douze vierges retourneront à leurs ébats saphiques.

Et c’est ainsi qu’Allah est grand.

…e la nave va…

Publié dans Déconnologie, Pilotique, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , | 6649 commentaires

En bande de bande

Photographie de Paul Grély - 1954 © fonds Auzanneau - ICYPSalut bande de bande ! À l’heure où j’écris ce petit billet, le 444 444ème commentaire s’apprête à être pondu icy. Comme les malheureux lecteurs ne peuvent lire que les billets, je vais me charger de leur filer quelques nouvelles de nos petites pommes. Histoire qu’ils ne soient pas trop frustrés, car la frustration peut mener tout droit à la folie furieuse. Donc d’abord : tout va bien à bord de notre petit navire. C’est encore l’été alors on se la coule douce en en foutant le moins possible à traîner des savates. Certains d’entre nous sont rentrés de leurs vacances et ils turbinent en tirant peu ou prou la gueule. C’est d’un banal, mais il convenait que ce fut su. Pour ce qui me concerne, j’ai passé l’été à réparer les ordinateurs de mes clients : c’est super original. Pour l’anecdote − totalement croustillante − : d’ordinaire au mois d’août c’est le calme plat mais grâce au nouveau Windows qui a planté plein de machines, les clients se sont pressés au portillon. Je remercie donc Bill Gates une fois de plus : ce bienfaiteur de l’humanité m’aura encore fait gagner plein de sous-sous cette année. Je remercie aussi les orages de la fin du mois dernier, qui ont eu la gentillesse de carboniser quelques ordis de mes clients adorés.

Sinon pour le reste, nous ourdissons toujours des tas de complots pas croyables, à l’abri de vos yeux indiscrets et de vos oreilles poilues : les déconnologues de la Franc-Limaçonnerie ne sont jamais en reste pour ce genre de conneries : entre l’invention du levier à renverser le monde et celle du jeu de mots ultra pourri capable de transformer en cake aux nouilles le plus robuste des militants national-fiontiste. On a aussi créé plein de nouveaux slogans démoralisants : c’est toujours bien d’en avoir quelques uns d’avance pour monter au front. C’est qu’on ne se bat pas avec des manches de pioches ou des kalachnikovs, nous autres, mais en balançant des bêtises à la tronche des fâcheux. Qui sont de tous bords de nos jours tant la confusion est à son comble…

La Grande Désabusion approche ! Rajoutons-en !

…E la nave va, les aminche(tte)s !

Publié dans Déconnologie, Édits Vespéraux | Autres mots-clefs : , , , , , , | 2573 commentaires

Ô… Coq’ !

Photographie de Pierre Auclerc - tritouillage : Cyprien Luraghi © ICYP 2015

(poème fermier en prose et en rime, c’est selon)
(et allégorique étant donné les moments difficiles que traverse notre beau pays aujourd’hui)
(voire ironique)
(ou satirique ! mouaaaaarrrrffff)

***

T’as eu du bol,
T’aurais pu finir à la coque,
T’aurais pas fait ton coquetier !

Les matins calmes,
La nuit est encore là,
Dans les chaumières ça ronfle,
Dans les étables ça vesse avec langueur,
La campagne gnengourdie
Retient encore son souffle…

Quand soudain !
Putain de coq !

T’es qu’un piaf qu’a du gosier,
Un nain dressé sur ses ergots,
Il aurait fallu te couper les roustons,
Ou te bourrer le cul à coup d’ sabots

Coq à la con,
Ce soir ce sera ta fête,
Tu vas mariner dans du Morgon
Fallait pas se moquer du prophète,

Tu m’as rendu amok
On va te bouffer aux petits oignons
Et j’en aurais pour mon pognon,
Tu vois, je t’aime bien, vieux coq

© Cyprien Luraghi 2015

***

 (note du kondukator de service : ce poème plouquien provient de ce commentaire dans le fil de discussion précédent : CLIC.

…e la nave va…

Publié dans Déconnologie, Tout court | Autres mots-clefs : , , , | 3671 commentaires

Les bonnasses maniérées

Illustration © Cyprien Luraghi - ICYP - 2014

La diplomatie et les bonnes manières je te vous en foutrais, moi. D’où je viens y avait rien de tout ça mais vulgarité, brutalité et saloperies à tous les étages. Emballés dans des pelures de bonnes manières le dimanche dans des costards ridicules, c’est tout. Et des « je vous ai pourtant bien élevés » de la vieille à la mitrailleuse lourde, alors que tout partait en vrac dans cet affreux naufrage qu’était la famille où j’ai atterri bébé. Rien que des gens méchants. Tout le temps à s’envoyer de la haine l’un l’autre, les vieux. Et élever la marmaille dans les bonnes manières, au gauche instar de ces bons bourgeois brasillant tout là-haut. Dans leurs sphères accessibles seulement au maçon mâle et à la bonniche femelle, dans ce cas. À bâtir leurs belles bicoques à la truelle et récurer leurs chiottes. 

Le respect fanatique qu’ils avaient pour ces gens-là, mes vieux, je n’en ai pas hérité. De rien je n’ai hérité d’eux. Encore heureux. Merci pour la bouffe, les vieux − on n’a jamais manqué de rien, de ce côté-là − mais pour le reste, que dalle. À quatorze ans la grande carapate. Dans le monde des grands, catapulté. Fallait pas qu’ils s’attendent à trouver un gentil diplomate tortillant du fion, les grands du monde. J’appelle un chat un chat et un salaud un salaud, les yeux dans les yeux, en bon sale mioche ingrat. Une morue faisandée[1] est une radasse et je le lui dis tout net. Et si ça plaît pas aux vierges folles et aux ligueurs de vertus salonnardes, qu’ils aillent se faire mettre. Ça pourra pas leur faire de mal. 

Bien que pareillement nés couverts du même vernix, tout le monde n’est pas enduit du vernis enrobant le méchant breneux, lisse et inerme. Tout le monde n’a pas les dessous sales. C’est sous la bogue entrouverte qu’il faut aller chercher le bon,  le tendre : l’amour y germe gentiment. L’humanité sous la peau de l’hiver, la bonne famille, les amis… 

E la nave va…

  1. © Frangipanier. []
Publié dans Humain, Spectacle, Trouducologie | Autres mots-clefs : , , , , , , , , , | 2354 commentaires
Aller à la barre d’outils