Archives par tag : canicule

Le grand refroidissement

Illustration © Annie et Cyprien Luraghi 2016 - ICYP

 

Ne croyez surtout pas qu’il fait chaud dehors. C’est rien que des menteries. Jamais le monde n’a été aussi gelé globalement. Les météorologues soufflent le faux et l’effroi. Ouvrez-vous les yeux et couvrez-vous bien : ce qu’ils nous serinent est erroné. Ils ont été achetés pour distiller leurs boniments. Et par qui, ils ont été achetés ? Par le grand Maratattaoû, sans aucun doute :

 

Illustration © Cyprien Luraghi - ICYP

 

Et quel est donc le but de ce grand Marratataoû ?

Intoxiquer l’opinion pour s’en foutre plein les fouilles et devenir le maître du monde. Transformer les vaillants citoyens en larves molles et serviles. Ce genre de choses. Et pour ça, tous les moyens sont bons. Sachant que le meilleur de ces moyens est d’injecter la peur au cœur de la fibre citoyenne. Et pour ça c’est super simple : il suffit de dire l’exact contraire de la réalité. Brandir le spectre du grand remplacement, par exemple. Ça fout les boules instantanément et même : ça bout les foules.

Alors évidemment je ne suis le grand Marratataoû que pour de rire, la rigolade étant notre seule religion icy. Mais il en est d’autres qui eux ne rigolent pas en manipulant les masses populaires. Quand je dis que ça caille alors qu’on vient de se farcir une caniculette, c’est juste faire le ventilo pour les malheureux frappés d’insomnie à cause de la grosse chaleur. Quand vers deux heures du mat’ ils taillent encore la bavette ici au lieu de pioncer ferme.

*

C’est la rentrée. Il va se passer des choses. Inexorablement, la plongée dans les frimas de l’automne sera calorifère. Rasés et chauffés gratis au programme. Pas besoin de jouer au devin pour voir ça dans ma célèbre poule de cristal. Le fûmot pestilentiel frappe déjà à nos narines. Les vieux cadavres sont de sortie et les charognards se grognent déjà au museau pour savoir quel clan pourra planter ses crocs en premier dedans. Celui du maréchal Pétain est le plus disputé. Inépuisable macchabée.

Le maréchal est mort à l’île d’Yeu. Pas à l’île du Diable.

Allons enfants. De qui, de quoi, déjà ? E la nave va en tout cas…

Publié dans Billet Express, Déconnologie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , , , | 7409 commentaires

Les carottes sont crues

Illustration © Cyprien Luraghi - ICYP - 2015

Ceci n’est pas un billet d’humeur désabusède. Ni un billet d’humeur tout court. Il est prévu que j’y parle de la canicule et de la Grèce. C’est chose faite. Je ne tenais pas particulièrement à traiter des deux sujets évoqués car quand la population souffre ou s’échauffe et pas moi, l’exhibition de mon petit bonheur pourrait navrer l’opinion. Qui se bat courageusement contre des conditions insoutenables alors que pas moi. Pas question de saper le moral des troupes et encore moins d’avoir ça sur la conscience ; donc je serai positif et vitaminé dans ce billet. Le positivisme vitaminé sauvera l’humanité qui, il faut bien le dire tout de même, est mal barrée. Et ce n’est pas être désabusède que de le dire. Mais à le constater, si. Comment ne pas le voir : nous allons droit dans le mur, sans freins. Et là il n’y a pas trente-six manières de réagir : hurler de terreur, s’indigner en poussant les hauts cris, serrer les poings pour casser le mur − et se les briser dessus inévitablement −, devenir désabusède en espérant que l’entrée en mur sera moins douloureuse, ou pratiquer le positivisme vitaminé. Consistant par exemple en l’accrochage d’une œuvre d’art au mur. Une œuvre distrayante, tant qu’à faire. Et vitaminée. Garantie sans trace de désabusement. Une œuvre reflétant fidèlement la réalité, tout en y ajoutant une touche de magie artistique. À dévorer des yeux et plus, immodérément. Et faire que le rêve se confonde avec la réalité. Songe d’un choc amorti tout en douceur contre un mur aussi immatériel que le reflet d’une toile peinte. Le kief.

Rien n’est perdu je vous le dis. Ne flippez pas, les aminches : les carottes ne sont pas cuites !

…e la nave va…

 

Publié dans Déconnologie, Édits Vespéraux | Autres mots-clefs : , , , , , | 2831 commentaires

Au Grand Guignol

Capture d'écran du film Zatoichi de Kitano - 2003 Un peu d’air frais enfin ! On est à l’estive et les rus à l’étiage. Sacrée canicule.

Le gouvernement, dans son immense sagesse, a ordonné l’exécution des vieux débiles dans les maisons de retraite. Nos petites infirmières se sont mises à la tâche avec ardeur : il ne sera pas dit qu’on a laissé claquer nos aïeux de déshydratation, ce coup-ci. Une fois, pas deux.

Le Trou de la Sécu leur dit merci.

On vit dans un pays formidable. Eau et gaz à tous les étages : fini tout ça. C’est d’un ringard.

Du passé table rase a été faite. Sauf que c’est pas les cocos rouges qui l’ont débarrassée, mais les partisans de la tsarine. Voyez-vous ça : le monde entier nous envie notre régime unique. De quoi qu’on se plaint ? Simple : on ne se plaint pas.

Heureux comme Dieu en France : buriné profond au fronton de nos bâtiments officiels, partout. Alors forcément c’est vrai : à force de voir des devises si belles, elles se gravent au tréfonds de notre citoyenneté… tout aussi innée que le gêne du crime détecté dès trois ans par un décret dont la bienveillance ne cessera jamais de me combler de ravissement.

S’ils le disent, c’est que c’est vrai. Nous vivons au mitan d’un élysée, même que le gouvernement a décidé d’abolir les paradis fiscaux. Les niches fiscales aussi. Comme ça, d’un coup de sceptre magique.

Sarkolas est même parvenu à faire rigoler les Allemands, des gens réputés si sérieux en temps ordinaire.

Fini l’ordinaire !

Hé : j’ai rallumé le chauffage à l’atelier ce soir, juste pour emmerder l’été et sa triste banalité : un peu d’amusement ne peut pas nuire à l’humeur générale, qui est au beau fixe. Trente degrés il fait en France : quinze le matin et quinze le soir.  Plus fortiche que les islandais nous sommes.

Bon : les Islandais nous ont grattés pour la Crise, c’est vrai.

Mais nous les aplatirons en finale du Mondial, ces bouffeurs de poiscailles !

E la nave va…

 

Publié dans Billet Express, Déconnologie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , , , | 644 commentaires

Chers administrés

Graine de bois de lit - carte postale

C’est dans l’air ; dans l’espace éthéré comme des ballons : c’est de saison. Il fait chaud, il fait bon ; le bébé s’élabore à toute époque, mais c’est par temps de canicule qu’à l’imitation des belles montgolfières il pousse tout d’un coup, tout petit haricot, tigelle vers le ciel, et radicule en terre vaillamment.

Plus tard, ils sera administré.

Car l’administration, c’est la vie. Sans elle, nous serions épars, errants et hagards et l’anarchie nous guetterait, avec son cortège lamentable de douleurs et de folie… alors qu’une fois administrés, nous nous sentons si bien ensemble.

Bien évidemment, les êtres se subdivisent en deux catégories : l’administré appelle très logiquement à la création de son administrateur. Pendant longtemps, les administrés ont trouvé que les dieux, finalement, étaient de parfait administrateurs : ils pouvaient projeter sur eux leurs rêves les plus fous et ça marchait très bien ainsi.

Maintenant, c’est devenu très compliqué : les dieux sont moribonds et l’administration a été déléguée à des personnes humaines. Oui, vous m’avez très bien compris : c’est fini, les rois de droit divin. Oubliez-les. Nous vivons désormais dans un monde moderne et résolument tourné vers le futur ; au fur et à mesure de la croissance des bébés, leur genre administratif se fait jour. Un peu comme pour les chatons, dont il est pratiquement impossible – pour cause de griffures – de connaître le sexe avant l’âge de trois mois environ. J’en porte encore les stigmates cuisants, pour avoir tenté cette terrible expérience pas plus tard qu’hier sur Pétunia et Cachalot. J’écris dans les bandelettes, là…

Et moi, de quel genre suis-je ? Administré, ou trateur ? Et vous ? Et vos petits haricots, futures mamans qui je le sais, fréquentent ce lieu si peu recommandé par les ligues de vertu, au lieu de tricoter de la layette ?

 

Publié dans Déconnologie, Pilotique | Autres mots-clefs : , , | 446 commentaires
Aller à la barre d’outils