• Il faut être inscrit et connecté pour accéder au système de commentaires et aux parties privées de l'Icyp.

Dans le lard de Baleine

 

[NVDF (note venue du futur – 9 octobre 2015) : ce texte en provenance du Sitacyp originel était initialement inclus dans la rubrique « Les éditeurs ». Il s’insère désormais dans le corps même de l’Icyp… de manière très naturelle. Il a été considérablement remanié.]

 

Je ne devrais pas dire de mal de Baleine, qui est un éditeur de gauche et même très à gauche, tout comme moi. Sauf que je ne suis pas éditeur. Ça devait être en mars ou avril 96 : même s’ils m’énervent, j’écoute souvent France-Inter en bossant ; là, il y avait Pouy qui causait dans le poste, lequel m’avait été conseillé par mon libraire cahorsin. De Pouy je n’avais lu qu’un recueil de nouvelles (Palmiers et Crocodiles, chez Clô) et j’avais bien aimé, surtout La Dent qui m’avait bien fait rigoler. Le Pouy était assez remonté : il parlait d’une série de polars, Le Poulpe, qui venait juste de sortir et il faisait appel à manuscrits. Autant dire que j’ai sauté sur l’occase : j’étais en pleine rédaction d’un polar, justement, vu qu’on venait d’en vivre un vrai chez nous l’année d’avant. J’en étais aux trois-quarts de la chose, que j’avais provisoirement intitulée Là où elle est. J’ai refoncé chez mon libraire et lui ai raflé les premiers exemplaires du Poulpe. J’ai lu, j’ai digéré − et c’est parfois très lourd, surtout Raynal et Quadruppani − et j’ai régurgité à ma sauce, en sept semaines à peine : mon Poulpiquet à moi. J’ai emballé le tout, collé plein de timbres… et attendu.

Ça a duré un peu plus de trois ans, l’attente. Trois ans.

Les deux premiers mois j’avais trouvé ça normal. Ensuite j’ai téléphoné et je suis tombé sur une pétasse peu agralante qui m’a balancé son mépris à la gueule. Mon manuscrit serait lu, voilà, en attendant j’attendrai. Quelques mois plus tard, je reprend le bigo et je retombe sur la même sale conne.

J’écris à Pouy. Et rien. MAIS ALORS RIEN. Au téléphone, c’est carrément devenu méchant. Un an se passe. En 97 j’envoie une lettre craignos à Pouy. (Je l’ai perdue, hélas, car elle était particulièrement gratinée). Il me répond. Que mon texte sera « sans doute pris ». Et tente de se justifier en couinant qu’il est tout seul face à une pile monstrueuse de manuscrits. Et il conclut par « amicalement ». Bon. Pouy m’avait répondu, c’est une chose; j’annonçai la nouvelle à Annie. Tout ce qui m’importait, c’était d’être publié, quoi. La gloire et tout, ça fait lurette que j’ai fait croix dessus. À mon âge, hein. On s’amuse plus à ça. Bon bon, le boss écrivait qu’il ne voulait pas être boss, et pourtant il était le boss. Il l’est toujours, notez bien. Je n’ai jamais compris la logique des 68ards. Non. Que l’on se comprenne bien : eux, ils pensent en imposant leur façon de penser, qu’ils sont libertaires. Oui, mais ils le décrètent. Ils te l’imposent, leur truc. Le Pouy a beau dire, on pourrait bien ressortir les archives de France Inter si on n’avait que ça à foutre : il l’a dit ; il a fait appel à manuscrit, le Pouy. Ouais, j’ai bel et bien entendu ; j’ai pas eu la berlue acoustique. Non non, oui oui, il l’a clamé : on veut du Poulpe, qu’on nous l’envoie. Ouais. Ce que que j’ai fait. Puis, on peut pas m’empêcher de penser que c’est une idée fixe archi débile, chez ces gens-là. Que de vouloir à tout prix et en se justifiant, sacrifier le but intrinsèque d’une collection de bouquins sur l’autel du copinage le plus éhonté. Car entre nous − et on n’est pas nombreux, coucou la secte rare − Raynal et autres nazes de la bande, ça ne vaut pas un clou [et ça vend trente ou cent fois plus que moi, bien sûr]. Daeninckx radote, même s’il m’est sympathique et le polar made in France ne vole pas bien haut. Entre nous. Les mecs, j’ai l’impression qu’ils ne savent même pas ce qu’est un flic. C’est abstrait, pour eux. Les gangsters aussi. Ils en ont pas eu comme beau-frère, eux. Ils savent pas. Ils sont dans un monde infantile et gavé, urbain ; surtout ils cachetonnent petit. Un bon livre, il faut des années pour le faire, pas moins ; ça, ils ne l’ont pas compris. Y a le chéquo, d’abord. Ce sont les tâcherons de la littérature moderne. On est bien loin du samizdat. Quant à moi, j’écris sur mon site. J’ai trois lecteurs tous les quinze jours et ça me plaît. Niok.

Fin 97 je mets mon Poulpe en ligne sur le site « Cleex »; il y est toujours, du moins les trois premiers quarts : clic [NVDF : le lien ne fonctionne plus ; il n’est donc plus possible de lire Pour Cigogne le Glas sur Internet… dommage] , c’est là que ça se trouve, vers le bas de la page. En avril 98, je tombe sur le cul : j’apprends, sur le site officieux du Poulpe que je vais être publié. Pas un mot de Baleine.

Et là, plof, voilà que Baleine se casse la gueule. Redressement judiciaire et tout le toutim. Niqué, le Cyp. Grillé par le gong. Enfin bon, la Baleine est finalement rachetée par Le Seuil et la collection continue, à un rythme moins démentiel (quatre Poulpes par mois, si c’est pas de l’industrie…).

Exit cette saloperie de bonne femme, qui laisse la place à une autre, nettement moins pétasse [et même pas du tout, soyons clair]; mais A2K est toujours injoignable. A2K (Antoine de Kerversau) est le boss de Baleine. Je suis trop gentil, parfois, et trop compréhensif. La faillite de Baleine me plonge dans la perplexité : d’un côté ils ont très mal géré leur chose, ont laissé passer un peu n’importe quoi (et surtout leurs copains) et se sont ramassé une gamelle bien méritée, mais de l’autre, je dois reconnaître que Baleine fait suer pas mal de monde dans l’édition. Ils dérangent. Ils publient des ahuris dans mon genre, c’est pour dire. Puis, ils défendent une cause à laquelle j’agrée, pour ne pas dire plus. Et Pouy, même si je dois pour cela me faire détester par les antis, s’il n’est pas un bon écrivain (bon, il a gratté quelques trucs chouettes, mais quand même, il se laisse aller, le gars, il écrit n’importe quoi de nos jours…) est par contre un joyeux camarade. Assez nase cependant, je dois avouer, et c’est même ce qui le rend attachant. La niaiserie attire chez moi la compassion. Pouy est un 68ard pur cru. D’abord. Libertaire, il n’a que ce mot-là en bouche, entre deux gorgeons de picrate. Pouy a la nuque raide et l’utopie en tête, sauf qu’il est à côté de la plaque, au moins autant qu’Arlette. Ces machins-là, il faut les bichonner, y’en a plus des masses, de nos jours. Crouler à ce point-là sous les contradictions, c’est presque trop beau. C’est un antique, dans son genre. Genre je décrète que c’est comme ça et pas autrement, que je sais comment faut faire et pas toi, vu que si tu dis non et que t’es pas d’ac’, c’est pas à la lanterne qu’on te pendra, mais à trois grammes par litre de raisiné, on (il) te traitera de pleins de mots en iste : trotskiste, fasciste, (ouais, il me l’a fait au téléphone, ouais…) crypto-naziste, etcétériste… Ce qui me fait bien rire. Vu que je suis plus bourré que lui (à 43 ans, le foie résiste mieux qu’à 55…) Le gonze, il pige rien à rien, il a pas vu venir, il se devient un tantinet papy derrière ses carreaux modèle sécu, avec ses yeux qui louchent après une certaine heure, je trouve. Il rancit mal, voilà. Mais moi aussi.  Mais bon, surtout c’est qu’il est sourd ; je n’ai pas été seul à me plaindre du traitement infligé par Baleine à nous autres gratteurs.

[NVDF (Note Venue Du Futur – 9 octobre 2015) : un article de Libération raconte bien le naufrage de la Baleine : CLIC]

Axel Oursivi n’a pas poussé aussi loin que moi. Il a fini par publier son Poulpe à lui sur son site à lui, après de longues années d’attente dans l’antichambre virtuelle de la Baleine. C’est là : clic [NVDF : le site n’existe plus]. Il est pourri de rancœur, ce que je comprends bien d’un côté, mais le fait prouve stérile quelques années plus tard. Les choses sont sans doute moins tranchées que cela. Albédo, qui a commis Les Pourritures Célestes, publié par Baleine − collection Poulpiquet −, ne décolle pas non plus de sa haine grave. Je pige, OK, et puis j’ai du mal. Je suis comme ça. Je n’attends pas l’enflure de mon bubon, je cautérise d’emblée. Je gueule grave, quand il le faut. Puis après coup je me colle à ruminer, c’est à dire que j’adopte la sagesse des vaches [pas étonnant qu’elles soient sacrées, en Inde…]. Je médite, en fait ; je pèse le pour et le contre car je sais que nul n’est tout blanc ou tout noir. C’est mon côté baba et je ne me moque pas. Hé oui, le Cyp est un être qui pense et pèse, prend son temps et remâche, jusqu’à trouver − ou pas − le fin mot d’une histoire. Donc voilà : Baleine me fait marner comme une bête, me paye un glorieux sept pour cent, retarde au quasi-infini l’impression de ma petite chose ; je me fais traiter d’ennemi de la Cause et j’en passe, et j’ai malgré tout une espèce de pitié catholique qui m’étreint : ça t’a un de ces côtés arnaque de minable que ça t’en fore le fondement. Non mais, ils doivent vraiment être mal et maladroits pour se planter ainsi.

C’est du tout vu : Pouy s’est largement planté rien qu’à persister dans son diktat poulpien, à savoir qu’il est réellement aveugle et sourd. Sympathique peut-être, mais je ne voudrais pas d’un Pouy comme président. Quant à Antoine, je ne sais pas tout à fait quoi dire. J’ai vu l’homme de près. Il n’est pas méchant, déjà. Mais on n’est pas du même monde. Lui être boss et moi pas. Moi employé, lui patron. Lui coulé de cent briques, certes, mais pas en prison pour dettes quand même.

C’est marrant, toutes ces boîtes de gauche tenues par de militants : pavé haut et bas salaires. Chichonnage en bande avec les employés avant la fermeture (c’était kif dans les agences de voyages où j’ai bossé), fermeture et congés fréquents pour cause de manif, mais le bizness avant tout. Le livre est un produit dont on vit, qu’on lance et qui nous retombe su’ l’coin d’la goule, té ! Pis l’auteur nous fait braire, à râlouiller comme ça seul dans son coin avec ses états d’âme et l’ fait qu’y s’prend pour le Grand Victor. On nous l’fait plus, le coup des Misérables. On vend. 7% au gratteur, entre un et deux à Pouy (directeur de collection), douze à quinze pour l’imprimerie, un bon cinquante pour le distributeur, cinq-cinq de TVA pour la Marianne, le reste à l’éditeur. Et on rajoute au moins trente-six pour le libraire, à l’arrivée. Quant à la promo, mon gars, tu peux t’branler. T’es même pas parisien, c’est pour dire. Un des côtés qui m’énerve le plus, chez Pouy, c’est sa façon de te faire piger que t’es un provincial, un plouque, autant dire. Comme s’il n’y avait de vie qu’en ville.

Bref, j’ai tout un tas de raisons valables pour détester tout ce monde-là, mais je n’y parviens pas, pourtant.

Faudra que j’élucide, un jour…

*

En attendant ce grand jour-là, c’est sur le Sitacyp et pas ailleurs.

*

Or donc survient 99, qui ne se présente pas sous le meilleur angle ; Baleine étant à l’agonie, je peux faire une croix sur mon à-valoir… Déjà qu’il n’est pas bien lourd (12 000 balles brut). On est vachement coulés à la banque et je bois de la bibine à pas cher. J’ai Antoine (De Kerversau) au bout du fil; je lui expose notre dénuement. C’est que j’y comptais ferme, moi, sur la première moitié de l’à-valoir. Ça doit vous faire marrer, c’est rien, juste six mille balles, sauf que nous sommes des pauvres. Je sais, la vie à la campagne est moins chère, y’a les poulets, le jardino, les cèpes et les girolles, tout ça… Ouais. C’est vrai en un sens, c’est même ce qui fait que nous survivons décemment. Enfin, ça fait quatre ans que j’ai les mêmes godasses aux pieds… Les fringues élimées, mais propres : nous voilà.

La publication de Cigogne, prévue en avril, ne pourra se faire qu’à l’automne. Voilà. Mais Antoine va me faire un truc épatant : un chéquo de 6000 balles sur son compte personnel. J’apprécie le beau geste, notre banquière aussi. Le suppositoire prolongera ses effets jusqu’à la parution.

Cigogne sort en octobre, au pire moment. Mais la couverture est fort réussie. Baleine est en cours de rachat et rien n’est encore en place. Le bordel. Cigogne passera complètement inaperçu. Et toc. Enfin pas pour tout le monde ; un Strasbourgeois obscur (mais l’est-il vraiment, ce brave homme?), ami d’un gribouilleur tout autant inconnu, Stéphane Perger, 25 ans depuis un an ou deux, tout timide − quoique pas tant que ça, surtout devant une pilée de demis… − et le lui a collé dans les pattes, alors que ledit Steph’ a ses susdites papattes qui le démangent, qu’il est en pleine fièvre et qu’il vient de croiser les destins lumineux d’une bande de zinards montpelliérains ; j’ai nommé le gang à Jade et à 6 pieds sous Terre. Qui lui ont demandé d’illustrer un Poulpe. Et voici que le mien devient sixième d’une collection ravagée du synapse.

L’an 2000 se passe, Steph bosse comme un cinglé et en octobre il accouche d’un truc magistral. J’ai le cul troué quand il m’envoie les premières planches :

 

bbblbbbr
568
569
570
571
572
573
562
563
564
565
566
567

Illustrations © Stéphane Perger 1998 – Reproduction interdite.

 

 

C’est dans le même temps que je traduis La Liste.

Quand la BD sort, 6 Pieds sous Terre envoie mon à-valoir aux éditions du Seuil, qui a racheté Baleine. Et là, atroce surprise, je découvre qu’il n’y a pas qu’en droit pénal qu’on parle de confusion de peine; là, il s’agit de pognon : vu que je n’ai pas vendu assez de Poulpes -merci pour l’absence absolue de promo, chez Baleine-, mon à-valoir se retrouve « avalé » par la Machine Seuil. Déjà que je ne touche que 5% sur le prix de vente hors taxes et que l’à-valoir n’était que de 4500 francs… Enfin bon, on le saura : un écrivain, ça bosse et ça n’est pas payé. Va t’en expliquer ça à ton assistante sociale…

 

Publié dans Non classé, Spectacle, Trouducologie | Mots-clefs : , , , , , , | Commentaires fermés

Plan de boulet

5 octobre 2001

Je dois remplir mon dossier de demande d’aide sociale : l’AS de la SGDL me l’a rappelé hier au téléphone. C’est pas bien, j’aurais dû le faire avant. Cyp, tu laisses traîner les choses et puis après tu te plains que ça foire… Non, non madame ! Objection : j’étais super malade. Oui, voilà madame : j’étais avant-hier chez Jean et Marie, qui sont charcutiers à Pouliviac et je leur bricolais quelques améliorations sur leur ordinateur, de façon à ce que ça ne plante plus. Tout un truc. Dans ces cas-là je me fais payer en nature : trois heures de réglage contre un gros tas de saucisse sèche. Impeccable, mon garçon, faut bien vivre après tout. [NVDF du 20 août 2015 : peu de temps après je devenais dépanneur officiel avec ma petite asso 1901.] Je rentre à huit heures et voilà que je me sens mal. Très très MAL, madame. Une gargantuesque gastro des familles, tenez : c’est la spécialité du grand Sud-Ouest. Et puis hein, juste avant, les yeux dans le sable à me scanner des trois cent pages et des pour vous offrir un Sitacyp encore plus beau. Un ex-chômeur en cours d’inscrip’ au RMI qui bosse comme ça, c’est louche. Un peu mon ami que c’est louche. C’est le statut de l’écriveur moderne. Tant mieux, comme ça on coûte pas cher et on fait pas chier. En revanche, il n’est pas interdit de mordiller la main qui nous nourrit. Non ?

Si.

J’aime pas les Friskies® au lapin, je préfère le Sheba® sauce chasseur. Comme avant-hier, je continue à dresser le portait de l’ami Serge Tassopardo. [NVDF du 20 août 2015 : un billet lui a été consacré pour célébrer sa mémoire quelques années plus tard : CLIC]

6 octobre 2001

C’est samedi, ça passe et ça repasse sous les fenêtres ; les poulets piaillent, effrayés par le trafic et le barouf : les chasseurs sont de sortie. Ça m’énerve et en même temps je m’en fous. C’est depuis qu’ils ont construit un cabanon de chasse dans les bois du père Roudy, à trois cent mètres de la Cazelle. Mais ils se sont calmés; depuis trois ans c’est le gendre à Roudy qui fait la police; il a des enfants, il sait ce que c’est. Avant, ils fonçaient par grappes de dix bagnoles à 80 à l’heure et maintes gallines se sont retrouvées laminées…

− C’est vos poules, ça, monsieur ? dit l’automobiliste.
− Ah non, les miennes sont pas si plates…

Justement, ce soir on assassine. Deux coqs au moins. Ils sont tout petits, nos coqs, pas plus de 900 grammes à l’arrivée, mais alors ils sont trop bons. Leur chair a le goût du gibier. Elle est sombre et ferme, pas filandreuse du tout, les os sont recouvert d’un périoste très bleu. C’est étrange, on a l’impression de manger du dinosaure miniature. Mais les poulets sont des petits dinos, en fin de compte. C’est con, j’ai pas de magnéto, sinon je vous collerai une séquence sonore qui vous ferait comprendre de quoi je cause. Les poulets, quand ils se parlent c’est tout un truc. Rien que la ponte, c’est toute une affaire. Ah ! le cri de ponte ! [on peut, bien sûr, m’offrir un enregistreur mini-disc doté d’un bon micro, ça n’est pas interdit… tout le monde en profiterait, non ?]

Publié dans Déconnologie, Tout Venant | Mots-clefs : , , , , , | Commentaires fermés

Transe Himalayenne

Il ne faut pas croire que je branle dans le manche avec le poil au creux de la main, non : je viens juste de m’achever un de ces marathons dont je suis fervent : scanner Pistes Himalayennes en entier (315 pages !) et régurgiter le texte par le truchement miraculeux de l’OCR . Il n’est bien entendu pas question de mettre ce texte en ligne tel quel : primo il est encore en vente et je n’en possède que la moitié des droits. Pourtant ça me titille. Alors voilà : je vais de ce pas refondre tout le texte et en refaire autre chose. Un autre livre publié en ligne (et à l’œil) qui s’intitule(ra) Transe Himalayenne.

[NVDF (note venue du futur – 20 août 2015) : ce projet ne verra le jour que partiellement sur le Sitacyp originel, mais sera repris par la suite sous forme de billets sur l’Icyp (catégorie « Himal » et « Népal » et étiquette « Transe Himalayenne » : il me faudra sans doute encore quelques années avant de finaliser la chose… mais y a pas l’feu au lac, non mais. ]

Pistes Himalayennes - Cyprien Luraghi et Mukti Gurung - Albin Michel 1991

 

Publié dans Himal, Tout Venant | Mots-clefs : , , | Commentaires fermés

Un plan Bill

25 septembre 2001

Il ne s’est pas rien passé, non. Et ce fut plutôt drôle, ou presque. Dimanche dernier, Bill est passé à la Cazelle pour me ramener mon motoculteur. C’était à l’heure du petit gorgeon : on est dimanche après tout, quoi… On s’en est donc jeté deux, trois petits pile dans le gargagna, et puis on a causé baraque. Ça nous meuble les conversations, ces derniers temps ; et puis ça sent l’automne, le temps d’envisager notre décanillement.

− Ouais, Cyp, tu te souviens du plan que je t’avais causé, l’autre jour ? Tu sais, mon pote JP qui fait du gardiennage près de Pouliviac…
− Ben je crois bien. Ouais ben ?
− Y a que le JP, il veut se barrer de là où il est : on devrait aller le voir. Ça serait super, pour vous. Elle est grande, sa baraque. Y a au moins autant de pièces que chez vous, et c’est paumé au moins autant qu’ici. Je l’ai appelé ce matin sur son portable, mais ça répondait pas. Mais il doit être là, il bosse pas, aujourd’hui. Allez, on va voir ?
-OK…

On s’embraye sur le spaghetti bitumé qui nous mène en dix minutes à peine à l’entrée d’un chemin carrossable d’un demi-kilomètre, sinuant sous la voûte des arbres, pour déboucher sur une patte d’oie ; à gauche c’est chez les proprios et tout droit chez JP, qui n’est pas là. Bon, on se fait un petit tour vite fait, histoire de voir à quoi ça ressemble. C’est meumeu, je dois dire : au flan d’un vallon clair et rond tout couronné de bois, ouvrant sur de grands prés, s’étalent en pente douce trois corps de logis en belle pierre jaune, bordés d’un piscine. Le tout est refait avec goût, voire un peu trop propret. Ces gens ont du pognon, c’est manifeste. Ça saute au naseaux.

− C’est super, hein, dit le Bill…
− Ah ça c’est sûr…
− Ben on y va, alors. Le JP on le verra un autre jour, en attendant tu auras vu la maison.
− Hé Bill, y a quelqu’un…

Une porte vitrée s’ouvre, une mémé apparaît, affable et ronde. On lui explique qu’on allait voir JP, mais qu’il n’est pas là et qu’on a fait un petit tour, vu que c’est beau et qu’il fait beau. Et là mon Bill se lance :

− Oui, parce que JP a envie de partir, alors j’ai amené mon copain Cyprien pour qu’il voie, au cas où ça pourrait le faire, un jour…
J’ai blêmi, mais je pouvais pas lui taper du coude. Et il a continué, continué…
− Ah mais c’est que JP ne nous a rien dit, à mon mari et moi. Mais laissez moi votre téléphone, monsieur, nous vous appellerons sans faute.

Au retour, dans la camionnette, j’a dit à Bill :

− J’espère que t’as pas fait une bourde, rapport à JP…

*

Ben si, il l’avait faite, la bourde. Et bien, même. Le proprio m’a appelé quelques jours plus tard et on a convenu d’un rencart. Mais d’abord, Annie et moi, on a voulu voir JP.

− Allô JP ? C’est Cyp, un pote à Bill.
− Ouais ouais, il m’a parlé de toi…
− Il m’a dit que t’avais envie de te barrer de chez toi et comme on cherche une maison, hein…
− Et il leur a dit quelque chose, aux proprios ?
− Ben, euh… je crois bien que sa langue a fourché, au Bill.
− OH PUTAIN !!! J’comprends, maintenant, pourquoi ça fait une semaine qu’il me tire la gueule, le vieux ! Mais il est con, ce Bill ! Non mais venez quand même, j’vous expliquerai…

*

26 septembre 2001

Hier matin, on a posé les mioches à l’école de Pouliviac, on s’est jeté un jus avec le Barbu[1] et, à dix heures et des on a filé chez le JP. À peine extraits de la bagnole, le proprio nous tombe dessus. C’est un Popeye barbu, aux trois-quarts chauve et âgé qui nous toise du haut de l’escalier menant au logis de JP.

− Bonjour monsieur, qu’il me lance avec un sourire plat et pincé, les yeux un peu dans le fou… il croit que c’est lui qu’on vient voir…
− Bonjour monsieur, on allait voir JP : c’est pour lui causer… Il a soudain l’air paniqué, confus, presque méchant.
− Mais qu’est-ce que c’est que ces histoires ? Moi, je ne suis au courant de rien, enfin si vous allez le voir vous allez lui parler de quoi ?
− Ben, de ce qu’il a envie de faire, et nous aussi…

Popeye s’en va. Annie me lance une grimace entendue [pour ça elle fait ainsi : elle soulève un coin de sa lèvre supérieure droite ; elle seule y parvient]. La porte est grande ouverte, JP est là, grand et maigre, la mine tout à la fois réjouie et contrariée.

JP bosse à mi-temps en CES pour la municipalité de Pouliviac. JP en a plus que marre de son proprioche : dix fois par jour il gratte à sa porte pour n’importe quoi, c’est un anxieux pur et dur qui harcèle son JP. Aucune intimité ne lui est permise, son bourgeois parisien lui en fait voir à mort ; plus moyen d’écouter de la zique, il se sent castré. Evidemment, c’est un coup de bâton dans l’eau, pour nous. On ira voir ailleurs. En revenant à la Cazelle, je téléphone à Popeye et je lui arrange le coup avec JP.

− Mais non, monsieur, JP n’a pas du tout l’intention de partir; c’est notre copain Bill qui a gaffé, rien de plus; il avait cru comprendre que…

Croix sur la baraque de nos rêves donc, une fois de plus.

  1. L’ami photographe dont je cause dans le billet lié « Un mec bien » []
Publié dans Déconnologie, Tout Venant | Mots-clefs : , , , | Commentaires fermés

L’herbe à bleus

19 septembre 2001

Je suis d’humeur sombre, aujourd’hui. D’aucuns sont de fieffés salauds; ainsi vîmes nous ce matin un véhicule bleu se pointer sur le petit goudron, rempli de deux gendarmes, allant chez la voisine, notre Caroline préférée. Autant le dire tout net, puisque c’est accompli : Caroline plante de l’herbe. Enfin, de quoi faire son année. Une tisane fumable et voilà toute l’affaire. La Caroline fume depuis un sacré bail, et ainsi faisons nous, fort modérément. Nul crime à l’horizon, et si c’est un délit ce n’est qu’à cause de nos lois qui sont très en retard sur celles du reste de l’Europe. Les Suisses et les Hollandais ont le droit de planter, les Belges, les Allemands, les Anglais, les Italiens, etc. celui de consommer et de transporter avec eux une quantité raisonnable de la chose, mais en France c’est niet. Rien. Nous sommes cinq millions − au bas mot− de fumeurs adultes reconnus et nul d’entre nous n’a jamais braqué une grand-mère ou fait le moindre mal à autrui ; notre drogue chérie nous entraîne parfois à la somnolence et l’abruti tout jeune s’envoie souvent en l’air un tout petit peu trop… et pas qu’au joint, hélas… Ma bonne dame, de nos jours… D’aucuns m’ont affirmé que dans les raves lotoise ont trouvait même de l’opium local, c’est pour dire. Vingt pétards par jour c’est bien trop… mais ça ne dure pas. Avec l’âge on fume moins, le phénomène est bien connu.

Or donc la Caroline s’est tapé un réveil des plus sales : un du genre méchant, un dont on ne rêve même pas ; non que les gendarmes aient été de grosses brutes avec elle, non : ils faisaient leur boulot, point. On les appelle, ils viennent. Ils sont fort utiles aussi, je le reconnaîs bien volontiers. Mais là, nulle promotion brillante à l’horizon, point de prise glorieuse, juste trois pieds de beuh gentiment bichonnés et pas mûrs. De quoi passer deux ou trois ans peinard sans grever le budget, sans devoir recourir aux revendeurs miteux, pourvoyeurs d’un chichon d’infecte qualité.

Ce qui m’écœure, ce n’est pas tant la gendarmesque que la dénonciation dont la Caroline fut victime − et de ses proprios encore − qui ne sont qu’enculés (au gourdin clouté, si possible, et en remuant fort). Mais je vais raconter. J’ai la rage au cœur et la clope au bec, un verre de cahors à portée de main, le clavier scintille de tous ses feux. J’ai la tête qui tourne mais c’est légal. Merde.

Ce qui me cloue le jugement c’est qu’il ne fait aucun doute que la délation provient de ses propriétaires. Caroline loue une cagna merdique en pleine pampa lotoise, à deux pas de chez nous. Mille trois cent balles par mois : c’est peu me direz-vous… Certes, mais vous n’y vivriez pas. Pas de fosse septique, tout crache dans la nature, c’est ignoble ; aucune isolation, c’est glacial. Ses papons de logeurs viennent plusieurs fois l’an pour passer les vacances dans la grande maison qui jouxte sa cabane. Sous ses yeux médusés, chaque été, ils s’installent un confort dont elle ne bénéficiera jamais : tout est bien calfeutré, nickel, impec’… retapé tout à neuf. Quand elle ose leur demander de faire des travaux minimalistes et urgents, ils font la truite : ça leur glisse dessus ; sa cheminée n’a jamais fonctionné jusqu’à l’hiver dernier, Caroline vivant en permanence dans les vapeurs du poêle à mazout… et ce n’est qu’un minuscule exemple.

Ces gens-là, si on était en 42, ils nous dénonceraient à la Gestapo pour pouvoir piquer nos meubles peinardement. S’il est une pourriture, c’est bien celle-là. Alors voilà : ces gros beaufs, ces merdes à grosses cylindrées, ces abrutis du tube… et ben ces putes de non-êtres, ils se trouve qu’ils ont vu l’herbe à la Caroline au mois d’août : ils ne lui ont rien dit, ils se sont tout gardé pour eux, ils se sont fait des gorges chaudes de la Caroline. Faut pas que ça existe, une Caroline. Faut pas. Surtout pas. Enculés. Délateurs. Rentrés chez eux, à mille bornes au nord, ils ont levé le combiné, causé au chef de la brigade de Crassac, et hop. Et yop. J’ai le cœur en déroute… Et ce connard de Bush qui bêle sa haine, sa lourdeur, son américanité. OK Cyp, dodo. Il faut, et vite.

Publié dans Tout Venant, Trouducologie | Mots-clefs : , , , , , | Commentaires fermés
Aller à la barre d’outils