Archives par catégorie : Pilotique

Chez Walt Disney

Illustration © Pierre Auclerc 2013

Chez Walt Disney, tout est bien qui finit bien, la méchante est punie.

Dans sa folie, elle s’est appliquée à pourrir la vie de cette pauvre Blanche Neige, l’a livrée à une colonie de nains, l’a démontée aux yeux d’un père qui n’a pas levé le petit doigt pour la défendre.

C’est mal. D’ailleurs, pour qu’on comprenne bien, la reine, vexée d’avoir été ravalée au rang de dauphine de Miss Royaume, se transforme en horrible sorcière. Comme si une apparence normale était incompatible avec la gniasserie, comme si la coquetterie était incompatible avec la folie.

D’ailleurs, ce n’est pas la société qui punit la sorcière de Blanche Neige, c’est la foudre, même pas divine. Pas de châtiment, l’accident de l’orage en montagne pour se débarrasser de la harpie. Loin du conte traditionnel et de la version recueillie par les Grimm :

« On n’oublia pas d’inviter la méchante belle-mère à la fête. Lorsqu’elle se fut parée de ses plus riches atours, elle se mit devant son petit miroir et dit

« Petit miroir, petit miroir,
Quelle est la plus belle de tout le pays ? »

Le miroir répondit :

« Madame la reine, vous êtes la plus belle ici,
Mais la jeune reine est plus belle que vous ! »

La méchante femme se récria de fureur ; dans son trouble, elle ne savait plus que faire. Tout d’abord, elle ne voulait plus aller à la noce ; mais bientôt elle changea de résolution et n’eut point de repos qu’elle ne fût partie pour voir la jeune reine.

Et lorsqu’elle entra, elle reconnut Blanche-Neige et resta immobile de terreur et d’angoisse.

Mais on avait déjà mis des pantoufles de fer sur un feu de charbons ardents, et on les apporta toutes brûlantes : il lui fallut chausser ces pantoufles rougies au feu et danser avec, elle fut condamnée à danser jusqu’à ce qu’elle eût les pieds consumés et tombât roide morte. »

Pas de justice en action, donc, chez Disney.

Waltdisneysation des sorcières et des dragons du Net.

Quand présenter bien et savoir rédiger correctement est le sésame de l’impunité.

Quand les gniasseries toujours recommencées se font obsédantes et pourrissent la vie.

Quand le harcèlement sur le web n’existe pas légalement, mais que des gosses meurent de n’en pouvoir plus d’être soumis à la vindicte de quelques crétins impunis. 

Il y a quelque chose de pourri dans le royaume.

 

E la nave va…

Également publié dans Billet Express, Humain, Trollogie, Trouducologie | Mots-clefs : , , , , , | 1306 commentaires

Goût de bambou

Illustration © Annie et Cyprien Luraghi 2013

Tapi au jardin sous l’ombrée c’est l’attente tendue. Et la pousse craquant écorce, jaillissant lancée à la branchure crevant droit au ciel dressée et dardant à mesure.

« Maître, vous n’avez pas notre bambou de montagne, le seul peut-être qui sera rustique » 

C’est ainsi que dans le troisième quart du siècle avant-dernier une brochette de nobles nippons avait offert dans la hâte du grand départ, quelques pieds de ce bambou au bon docteur Hénon. Lequel s’empressa de ramener ça par vapeur à hélice à son copain Houzeau et sa secte missionnaire du bambou mirifique. Poussant sauvage par chez nous maintenant, un peu partout et jusque dans le jardin d’Annie et chaque année au printemps on se fait quelques fricassées de leurs turions au wok, comme au pays.  

Jean Houzeau de Lehaie - CC Wikipédia

Jean Houzeau de Lehaie – CC Wikipédia

Quand j’écris un billet c’est souvent de la grande improvisation ; autrefois parce qu’il fallait pondre vite, avant le seuil fatidique des 600 commentaires qui faisait ramer le blog. Depuis les améliorations techniques de l’Icyp ce n’est plus une nécessité mais le pli est pris : je cherche une illustration et brode des phrases en dessous après avoir bien rêvassé et épluché des mots bruts. Et toujours je fais des découvertes palpitantes en cours de route. Comme maintenant, où partant des bambous bordant les rives de la basse vallée du Lot et garnissant mon assiette. Et là je tombe sur la biographie d’un Jean Houzeau de Lehaie, inconnu au bataillon. À qui je dois le plaisir de ma portion d’Asie toute fraîche dans l’estomac, chaque printemps. Un comme on n’en fait plus : un qui donnait sans compter sans esprit de retour, pour la beauté de la science et le bien-être général. Comme son copain Hénon, il ne se contentait pas de classifier des plantes comme le font les vieux garçons maniaques. Il les distribuaient gratuitement, leurs bambous, convaincus que ces plantes fabuleuses venues du bout du monde, amélioreraient le sort de leurs compatriotes. Ce en quoi ils n’ont pas eu tort, tant les usages et les vertus du bambou sont nombreux. 

Et en poussant la recherche à peine plus loin, j’ai découvert sans surprise, que ceux de la bande à Houzeau frayaient avec des anarchistes et autres communards de leur temps, et en particulier le bienveillant géographe Élisée Reclus, avec lequel ils partageaient bien des valeurs : défense des Noirs aux USA, anti-esclavagisme et compagnie. 

C’est ce type de grands et bons esprits qui manque le plus de nos jours, où le progrès humain est devenu le monopole d’organismes pesants et sans âme. L’humanitaire est un business comme un autre : il n’y a plus d’idéal ni d’utopie. Et pourtant : la sève du monde cherche à s’élever au dessus des sombres horizons hostiles et la jeunesse ne rêve plus que d’avoir le droit de rêver à un monde meilleur que celui, sinistre, que les salauds finis menant le monde à sa perte leur promettent comme des matons menaçant du mitard les taulards récalcitrants. 

Qui propagera les bambous inconnus du nouveau siècle ? 

 E la nave va…

Également publié dans Binosophie, Humain | Mots-clefs : , , , , , , , , , | 1299 commentaires

Vent de rumeur

Illustration © Cyprien Luraghi 2013

Serge à l’assaut

On dirait pas mais il s’en passe de drôles à Puycity ces derniers temps…  en 2009 on a eu la mante Caroline à la maison, qui frayait avec le petit goret de porcelaine. Elle était tombée dans la cheminée, à côté du pot de pommade Cochon et puis restée quelques jours en notre compagnie avant de prendre son envol au delà de la porte rouge.  

Et puis Serge s’est radiné cette année à la mi-juin avec ses airs de faux garçon, tout speedé et cliquetant des élytres, atterrissant dans les cheveux d’Annie. Puis s’est viandé sur le parquet avant d’entamer l’escalade de mon blue jean avec des intentions que je ne préfère pas savoir. Enfin s’est cogné partout avant d’aller roupiller bien planqué derrière le buffet. Et redécoller après le café, à l’heure des nouvelles du dehors, poussées au vent de notre petit quartier − dit de la Pétaudière par les méchantes langues des péteux du haut bourg. 

***

Après-midi

Le voisin de gauche passe boire un caoua et papoter un brin, et puis à l’atelier un peu plus tard ça cause politique avec un client devenu copain − il est du Front de Gauche et commence lui aussi à en avoir jusque là du furieux bruyant cramoisi de pacotille qui leur sert de grand chef, pour l’heure. Faut croire que l’ambiance atroce du quinquennat d’avant a pénétré bien des esprits à cœur, pour que le Peuple[1] acclame une réplique de son détestable papa national éjecté en mai de l’an passé.

Et les fachos ont une maman d’enfer
tout en viscères.
Dents de murène et haine sourdant aux commissures,
tout en crocs
commerciaux.

***

Trois heures la nuit

Le voisin d’en face se rend au boulot à la boulangerie du coin de la venelle. Il me fait un salut en se tournant vers la fenêtre de la cuisine et je le lui rends : un autre rituel qui rythme mes nuits immuablement. J’aime ce moment. Et le petit quartier à l’entour avec son petit monde bonhomme, déambulant. Et ses petites bêtes qui ne mangent pas les grosses et font escale au gré du vent…

Caroline © Cyprien Luraghi 2009

 

E la nave va…

  1. Putain qu’il est GONFLANT le Chon avec ça aussi… []
Également publié dans Binosophie | Mots-clefs : , , , , , , , , , , | 1171 commentaires

La grande déperdition

Illustration © Sambucus et Cyp Luraghi 2012

On est bien peu de choses, bédame. Partis du petit plop[1] en direction du Grand Tout, la soupe sociale primitive s’est lentement solidifiée pour se cristalliser enfin, adoptant la forme d’un moteur : celui qui propulse l’Humanité vers un avenir incertain, mais supposé radieux par un pourcentage non négligeable d’optimistes résolus et un peu fous sur les bords. Et en effet il faut l’être vu que l’ambiance générale après une quatorzaine de milliards d’années d’évolution, est un tantinet catastrophique et d’une rare morosité. 

Ça sent l’huile épaisse de fond de carter jamais vidangé et le gicleur bouché : asphyxie et calamine en vue ! Pourtant l’oxygène est partout au delà des compartiments blindés dans lesquels les esprits chagrins marinent dans l’anoxie et le jus gras, ignorant que c’est si vivifiant et beau, de l’air. Ils sont englués dans leurs vieilles idées fixes ; et moi je dis : à Freud, sales et méchants ! Parce que c’est juste dans leurs têtes que ça ne tourne pas rond… et je pense à ces flopées de braves bourgeois qui s’improvisent en petits Saint-Just d’opérette sur des tas de sites politiques en toc. Aussi flippés que ces tarés hantant les alentours de Bugarach, et dont Le Yéti d’Ubu89 offre un parfait exemple, qui vient de larguer sa pénible « Grande Perdition » pour une hasardeuse « Grande Mutation » tout récemment : CLIC

Dans son dernier billet c’est encore plus fendard : voilà que ce vieux schnoque bien à l’abri du besoin, s’imagine à l’aube d’un nouveau 1789 : hi hi… Le v’là barré dans l’éther de sa grande frustration jouxtée d’une violence sourde qui fait peine à voir. Le vl’à rendu à rêver de la fin des régimes démocratiques : et y a quoi donc, quand il n’y a plus de démocratie, hein ? Des dictatures, pardine ! Et comme bien d’autres je n’ai nulle peine à me l’imaginer, ce méchant Yéti, à la tête d’un Comité de salut public

Oh, mais il n’est qu’un minuscule spécimen parmi tant d’autres, de cette dérive des incontinents reniflant le jus d’abattoir et qui suintent la grande merdition. Des qui n’ont jamais connu la misère, la faim et le froid et n’ont jamais vécu dans la moindre dictature. Ces pauvres cons du Tiers-État qui s’osent à me donner la leçon depuis leurs petits bureaux douillets, et qui se fantasment en gavroches… 

Y a des tartes[2] qui se perdent, sans blague. Mais bon, étant adepte depuis très longtemps de la non violence, je me contenterai de foutre tout ce vieux linge sale dans ma machine à lover ;-)

E la nave va !

  1. Voir le billet lié. []
  2. À la crème. []
Également publié dans Déconnologie | Mots-clefs : , , , | 997 commentaires

Lapin des haricots

Illustration © Pierre Auclerc 2011

Ils sont bidonnants, tous ces prophètes de malheur englués dans leur délire d’interprétation d’un avenir fantasmatique toujours bouché, obscur, angoissant au possible. Avec du sang qui dégouline et gicle des têtes qu’ils coupent en imagination. Et qu’ils pourraient très bien trancher pour de bon s’ils se retrouvaient aux manettes. 

Ils sont dramatiques, ces penseurs fanés qui recopient les idées mortes d’autres plagiaires d’esprits calcinés depuis des ères. Toujours le même laïus : l’humanité court à sa perte, la fin du monde est proche et elle sera maya, lepéniste ou mélenchone. Entre les deux c’est flou et mouvant comme un purgatoire sous atmosphère conditionnée hanté par des zombies capitalo-démocrates. Des apatrides cosmopolites dont il convient de se débarrasser pour envisager des jours meilleurs dans le giron de la sainte Nation. 

Ils sont poilants, ces interprétateurs vitupérant du haut de leurs petits pupitres sur les blogs des feuilles de choux de l’internet, régurgitant leur bile après s’être imprégné l’éponge crânienne du jus décervelant de la télévision, ressassant les sempiternelles âneries millénaristes déjà cent mille fois recopiées partout ailleurs dans la boîte à échos planétaire qu’est devenu notre petit globe câblé. 

À défaut d’idées neuves pour le siècle neuf, la machine à spectacle continue, alimentée par le néant prédigéré de la pensée imitative, guidée par la paranoïa collective, maîtresse du grand jeu de l’involution des vieillards de sept à soixante dix-sept ans. 

Heureusement je ne suis pas seul à ne pas être aussi mal foutu que ces répétiteurs flippés et ces singeurs hallucinés, parce que le rire étant le propre de l’homme, je l’ai adopté sans réserve, tout comme notre prophète de bonheur Numerosix et quelques autres bons vivants d’icy et d’ailleurs. 

Et les idées neuves dans tout ça ? Parce que c’est bien joli de critiquer les brasseurs de vent moisi, mais la satire n’est en rien innovante, pas plus que les sarcasmes à la crème salutaires que je balance dans la tronche des sinistres. Manque de bol je ne suis pas un penseur mais un simple dépanneur d’ordinateurs non diplômé, donc je n’ai rien en stock qui n’ait pas encore été éclairé par notre radieuse étoile : désolé les copains. Je suis même pas fichu d’inventer une nouvelle forme de Révolution : c’est pour dire à quel point je suis nul en matière d’innovation. C’est sans doute pour cette raison que personne ne me like sur Facebook

Le pire, c’est que je suis mystique : non seulement j’ai foi en notre prophète bien-aimé, mais je crois dur comme fer que seul Nanabozo pourra sauver l’Humanité de sa sinistrose en attendant l’Accident Quantique Majeur.[1] Car ce chaud lapin n’a pas de sexe défini, ô divin paradoxe. 

Or donc : lapin du monde est broche ! 

Michabou (Nanabozo) papier découpé par Michael Velliquette - http://en.wikipedia.org/wiki/Michael_Velliquette

E la nave va…

  1. L’AQM : voir dans le Lexique de l’Icyp. []
Également publié dans Déconnologie, Spectacle | Mots-clefs : , , , , , , | 1440 commentaires
Aller à la barre d’outils