Système Délire

Illustration © Paul Grély 1972 - Fonds Auzanneau - tritouillage : Cyprien Luraghi 2016 - ICYPJ’ai remarqué ça en lisant le journal : de nos jours tout le monde est anti-système. Des pétainistes aux ravacholiens en passant par les généralistes de Gaulle et les macronophiles. Les minorités sexuelles dans leur majorité ont été jusqu’à se priver de gluten pour exprimer leur antisystémite la plus aiguë. Quant aux majorités tout aussi sexuelles que les minorités précédentes, c’est en poussant des poussettes remplies à ras bord de bébés gras qu’elles signifient leur rejet systématique.

Tout le monde, non quand même pas. Pas moi en tout cas. Ceci est un outing : je suis totalement cent pour cent pro-système. Je l’adore trop, le système. Sa routine bienfaisante apaise mon petit cœur douillet. Chaque matin quand je me rase les samedis parfois, j’entonne ses louanges au détriment des finitions sous les ailes du nez, car il faut bien entretenir un peu d’imperfection dans ce monde parfait dans lequel j’éprouve la joie la plus intense de baigner. Le paradis n’est pas dans les grimoires religieux, mais ici-même et quand je pense que les habitants de cet Éden ne font rien que râler, ça me ferait presque grommeler. Ce qui gâcherait le plaisir, donc je me retiens.

Vivre en harmonie parfaite avec ce système béni est une ascèse redoutable. En effet, il me faut quotidiennement affronter la masse compacte et populaire des cracheurs de bile anti-système, où que je sois. Or la bile est un fluide sur lequel il ne vaut mieux pas déraper et comme mes contemporains en éjectent des quantités faramineuses, le port de semelles anti-dérapantes devient une obligation pénible. Sans compter le fait que les taches de bile sont des plus difficiles à ravoir sur les fringues. Le pire est de résister à la tentation de récriminer, pourtant il y a de quoi tant le spectacle des récrimineurs est affligeant.

Nonobstant je résiste, bien calé dans ma bulle en inox extra-épais, avec des boules Quies plantées dans les bouchons de cérumen et des lunettes de soudeur pour ne pas céder aux sirènes des anti-système peuplant ce pays. Là, je suis bien. Seul comme un gros nouillon ;-)

…e la nave va !

Cet article a été publié dans Billet Express, Déconnologie, Pilotique avec les mots-clefs : , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.
  • Il faut être inscrit et connecté pour accéder au système de commentaires et aux parties privées de l'Icyp.

Aller à la barre d’outils