Archives par mois : septembre 2015

Poire en forme de morceau

Illustration © Cyprien Luraghi 2015 - ICYP

Adieu fraises et tomates, salut poireaux et poires. Équinoxe au menu, les amis. Et même mes ennemis : c’est l’automne pour tous, ici. C’est ainsi qu’avant-hier le rituel du décrochage du ruban à mouches de la cuisine a été effectué : peu de temps auparavant un messager ailé nous avait averti des frimas à venir en frappant des antennes au carreau, mendiant nos calories pour aller se réfugier au montant du vieux buffet, où il fait bon. Cette année c’est le mante Odilon1 qui s’y est collé, prenant la succession des mantes Serge et Caroline2 : “Mante au carreau, soupe aux poireaux” comme le dit si bien la sagesse populaire, qui ne court plus trop les rues de nos jours hélas. Tout fout le camp au profit de l’insensé des mondes virtuels : fantasmes massifs pas jojos à la une et déclinés à tous les temps, sur tous les tons et partout.

Partout ? Non ! Car un blog peuplé d’irréductibles Déconnologues résiste encore et toujours à l’envahisseur. Loin du merdier général. C’est icy que ça se passe, sans chichis ni prise de chou…

…e la nave va !

 

 

  1. C’est Shanti qui nomme les mantes, pérpétuant ainsi des rites millénaires sans le savoir. []
  2. Lire les billets liés. []
Publié dans Déconnologie | Mots-clefs : , , , , , | 3771 commentaires

L’appeau lytique

Illustration © Cyprien Luraghi 2015 - ICYPJ’en vois dans la salle qui n’aiment pas les betteraves. Pourtant ils devraient. Car cette racine charnue participe activement à l’accomplissement de notre devoir de consommateurs de cinq légumes et cinq fruits par jour, décrété par le ministère. Il en va ainsi de la politique : manger cinq partis et cinq politiciens par jour fait de nous de braves citoyens pétant la forme.

C’est ce que nous faisons icy depuis des lustres1 et c’est à cet exercice salutaire que nous devons nos pelages lustrés et nos yeux brillants. Ce n’est pas le choix qui manque et notre gourmandise proverbiale sera satisfaite pour longtemps encore, vu que le politique croît et se multiplie comme chiendent au potager. À tel point que les scientifiques les plus sérieux ont remis sur le gaz l’antique théorie de la génération spontanée.

Entre le politique et la betterave, le lien est direct et évident : ces grosses légumes sont bourrées de fibres, d’aspect chatoyant, fadasses au dedans et difficilement condamnables bien que leurs corps mêmes constituent le corps du délit. Un autre élément de comparaison majeur est que ces choses malfaisantes prétendent vouloir notre bien. Manger ses betteraves à la cantine, c’est faire plaisir à notre ministre de la Santé. Voter, c’est satisfaire sexuellement la République toute entière. Car là aussi les similitudes sont nombreuses et épatantes, à cause des vitamines mais pas que. Une bonne dose de betteraves vaut toutes les pilules d’amour, et des hordes d’esprits pervers se sont déjà chargés avant moi de voir dans la fente urnaire un puissant symbole lacaniculaire.

Je dis tout ça parce qu’il convient de se préparer mentalement : ça commence à sentir la campagne − électorale itou. Les récoltes sont en cours et bientôt ce sera le festin, puis la fête aux intestins. Ça va chier dans moins de deux ans, je le sens…

…e la nave va…

  1. 14 ans au compteur : bientôt trois lustres, donc. []
Publié dans Déconnologie, Pilotique | Mots-clefs : , , , , | 3564 commentaires

En bande de bande

Photographie de Paul Grély - 1954 © fonds Auzanneau - ICYPSalut bande de bande ! À l’heure où j’écris ce petit billet, le 444 444ème commentaire s’apprête à être pondu icy. Comme les malheureux lecteurs ne peuvent lire que les billets, je vais me charger de leur filer quelques nouvelles de nos petites pommes. Histoire qu’ils ne soient pas trop frustrés, car la frustration peut mener tout droit à la folie furieuse. Donc d’abord : tout va bien à bord de notre petit navire. C’est encore l’été alors on se la coule douce en en foutant le moins possible à traîner des savates. Certains d’entre nous sont rentrés de leurs vacances et ils turbinent en tirant peu ou prou la gueule. C’est d’un banal, mais il convenait que ce fut su. Pour ce qui me concerne, j’ai passé l’été à réparer les ordinateurs de mes clients : c’est super original. Pour l’anecdote − totalement croustillante − : d’ordinaire au mois d’août c’est le calme plat mais grâce au nouveau Windows qui a planté plein de machines, les clients se sont pressés au portillon. Je remercie donc Bill Gates une fois de plus : ce bienfaiteur de l’humanité m’aura encore fait gagner plein de sous-sous cette année. Je remercie aussi les orages de la fin du mois dernier, qui ont eu la gentillesse de carboniser quelques ordis de mes clients adorés.

Sinon pour le reste, nous ourdissons toujours des tas de complots pas croyables, à l’abri de vos yeux indiscrets et de vos oreilles poilues : les déconnologues de la Franc-Limaçonnerie ne sont jamais en reste pour ce genre de conneries : entre l’invention du levier à renverser le monde et celle du jeu de mots ultra pourri capable de transformer en cake aux nouilles le plus robuste des militants national-fiontiste. On a aussi créé plein de nouveaux slogans démoralisants : c’est toujours bien d’en avoir quelques uns d’avance pour monter au front. C’est qu’on ne se bat pas avec des manches de pioches ou des kalachnikovs, nous autres, mais en balançant des bêtises à la tronche des fâcheux. Qui sont de tous bords de nos jours tant la confusion est à son comble…

La Grande Désabusion approche ! Rajoutons-en !

…E la nave va, les aminche(tte)s !

Publié dans Déconnologie, Édits Vespéraux | Mots-clefs : , , , , , , , | 2573 commentaires
Aller à la barre d’outils