Archives par mois : décembre 2011

Flux continu

Une de plus, une de moins : c’est ça qu’est bien à la fin de l’année : ça sent le sapin, la bûche, la chaudière et la terre mouillée. Et les gadgets électroniques confectionnées en Chine Populaire scintillent de toutes leurs diodes luminescentes pour le plus grand plaisir des plus petits et la joie vibratile des grandes personnes au soir venu, les samedis.

C’est ça les fêtes : tout le monde offre du plaisir à tout le monde et se fait plaisir au passage.

Bon : j’ai tendance à voir ça de l’extérieur. Ayant pas mal vécu dans un pays où l’an neuf se fête quatre fois l’an1 j’avoue m’en foutre un petit peu, de tout ce tralala de circonstance. Entre le solstice d’hiver et l’équinoxe suivant, c’est la nouba au pays des yétis. Bombance, dévotions et supplications à une infinie brochette de déités ; beaux habits et congrès familiaux.

Et puis il y a le bilan de l’année écoulée : tradition universelle s’il en est, depuis que l’écoulement du temps se mesure : à l’aube du temps des machines. La première mécanique a été celle des ancêtres de l’horloge atomique, c’est chose connue2 : avant ça il fallait se contenter d’observer le ciel avec effroi et humer le fond de l’air dans l’angoisse en poireautant dans la caillante jusqu’à renifler enfin la première effluve des jeunes pousses dardant au soleil forcissant pour une raison ixe, plongeant la jeune humanité dans des abîmes de perplexité à intervalle régulier.

Là, les choses sont devenues simples, claires et nettes : au bout de tant et tant de temps : Nouvel An, donc bilan. Reluisant ou pas : bilan obligatoire pour tous. Nul ne doit y échapper sous peine d’excommunication. Un blogueur bloguant communique son bilan de fin d’année dans un billet spécial pour : j’ai vu ça partout sur l’internet. Où que je pousse la souris : rien que des bilans. Avec ou sans paillettes, petits cœurs animés et chatons débiles. Bilans super chiants de la presse économique ; exaltés chez les conspirationnistes pour qui c’est tous les ans la fin du monde ; consternants pour les consternés ; hallucinants pour les cinglés et tous autres bilans à l’avenant.

Quant à moi : dépôt de bilan.

Voilà : j’ai accompli le rite de passage d’un jour à l’autre. Il faut pas m’en demander plus : le grand bon vent propulse l’Icyp et chasse les miasmes du vent mauvais en flux continu, comme d’hab’. Belle et bonne routine ; doux ronron.

Je vous souhaite rien que du bon, toutes et tous : amour, amitié, de la rigolade à gaver, plein de sous, zéro gniasse pour vous pourrir la vie et l’éjection du gniaf au joli mois de mai, olé !

E la nave va…

  1. Dans la vallée de Katmandou il y a le Nouvel An des hindous, celui des bouddhistes, puis celui des Néwars et enfin le même que dans le lointain Occident. []
  2. Lire le bouquin passionnant de Daniel Boorstin « Les découvreurs » en vente dans toutes les bonnes librairies. []
Publié dans Déconnologie, Spectacle | Mots-clefs : , , | 1018 commentaires

Mort de rire

 

*

Ça bouge encore un peu : c’est les nerfs.

Ou pas. Ou bien c’est le vent.

Allez savoir…

*

E la nave va…

 

Publié dans Tout court | Mots-clefs : , | 556 commentaires

NEMROD34 GAGNE EN APPEL CONTRE OVERBLOG

Illustration © Pierre Auclerc - ICYP

AJOUT DU 21 SEPTEMBRE 2013 – IMPORTANT !

Ce billet n’était destiné quand je l’ai écrit, qu’à parler de la victoire de NEMROD34 contre OVERBLOG et nous pensions tous icy que par la suite, il avait de bonnes chances pour que tout se résolve sereinement.

Hélas non. Donc cette page est devenue une espèce de journal improvisé permettant de suivre ce qui est à ce jour encore, la pire affaire de corbeau de tout l’internet français. Prenez ce journal pour ce qu’il est : un simple brouillon.

J’envisage à terme de mettre tout ça au propre sur une page dédiée à la saga du Corbeau de Brest.


24 DÉCEMBRE 2011

Depuis un an et demi, deux blogs de corbeaux hébergés chez JFG Network (Overblog) s’en prennent à plusieurs personnes dont quelques uns d’entre nous : NEMROD34 (Jean-Marc), Chepita (Josette), moi-même, Marina, Mon-Al, Homère, Félicité, kk, tilou, lamorille, Alain Pacifique, Banana, Manue…

Dans l’indifférence quasi-générale, nous nous sommes battus pour obtenir que notre honneur soit lavé des accusations calomnieuses dégueulasses et délirantes proférées par les deux auteures de ces blogs honteux qui sont la lie de l’internet français :

LE BLOG UNPETITCOUCOU, tenu par une déséquilibrée (Catherine X), directement cité dans ce jugement.

http://unpetitcoucou.over-blog.com (ce lien ne fonctionne plus depuis le 12 juin 2013 : voir plus bas dans l’article)

LE BLOG D’AVA, tenu par une épouvantable créature (Évelyne X), amie de la précédente s’étant énormément répandue en viles calomnies sur nous, aussi bien sur le blog « unpetitcoucou » que sur le sien et plusieurs autres sites.

***

Voici, pour information et comme la loi le permet, le texte complet du jugement en appel de l’affaire de Jean-Marc Donnadieu − NEMROD34 − contre JFG Networks / Overblog, hébergeant le blog de corbeau de Catherine X alias « Unpetitcoucou » sur Legalis :

http://www.legalis.net/spip.php?page=jurisprudence-decision&id_article=3309

Ce jugement, définitif puisqu’Overblog ne s’est pas pourvu en Cassation, est une grande victoire et marque un réel tournant dans l’histoire de l’internet français. Il est le premier d’une série : d’autres sont en cours (voir plus bas) contre ces abominables corbeaux qui se sont acharnés à détruire nos images, n’hésitant jamais à s’attaquer à nos familles et à nous accuser des pires crimes et délits imaginaires, par insinuations ou directement : appartenance supposée à des réseaux pédophiles et criminels, piratage informatique, écoutes téléphoniques, proxénétisme, escroquerie, etc. etc. etc.

***


 

L’HISTOIRE

 

Catherine et Évelyne se sont rencontrées sur le forum de Rue89 en 2008. Très vite ce duo devient infernal : commentaires odieux, objectivement délirants, propagation de fausses rumeurs, accusations calomnieuses envers de nombreux intervenants : pédophilie, crimes de sang, proxénétisme, escroqueries, etc.

Il ne s’agit pas d’histoires de cour de récré ni de trollage banal comme on en voit tant sur les forums, mais de deux cas tout à fait exceptionnels, tant par leur virulence que par la violence de leurs comportements.

À de très nombreuses reprises, (plus de 80) Évelyne se fait bannir par la modération. Catherine, qui y écrivait sous le pseudonyme « Existe », puis « Jexiste » en est exclue aussi. Au bout du compte un modérateur de Rue89 me déclarera en novembre 2012 :

[…] sincèrement désolé. On a clairement mis du temps à repérer le petit jeu de Jexiste, mais il faut reconnaître qu’elle était particulièrement douée dans sa folie :-(

Jexiste n’était pas particulièrement douée dans sa folie. Ses plus de 2000 commentaires encore en ligne sur Rue89 suintent la démence et avaient suscité l’indignation de la majorité des commentateurs à l’époque. Seul un journaliste de l’équipe d’alors − David Servenay − avait compris de quoi il en retournait, après lui avoir parlé au téléphone.

Elles se retrouvent alors en 2009 sur Le Post (l’ancêtre du Huffington Post), où elles publient plusieurs articles manifestement illicites, toujours propageant les mêmes rumeurs infondées. Elles sont alors bannies du Post et ouvrent des blogs sur Overblog : celui de Catherine devient un des pires nids de corbeaux de l’internet français, et dès avril 2010 Évelyne participe très activement sous de nombreux pseudonymes à cette véritable entreprise de démolition de nos personnes qui fonctionne à plein rendement : plus de deux cent billets de blogs sont ainsi entièrement consacrés à ma personne et des dizaines d’autres à celles de NEMROD34, Josette… et quelques autres bons amis.

Catherine procède par amalgames fumeux, insinuations pernicieuses, interrogations douteuses. Nos noms réels sont horriblement salis et systématiquement associés à des abominations : faits divers sordides, crimes atroces, pédocriminalité… Évelyne renchérit et alimente ce foyer de haine folle d’inventions sinistres, se vautrant dans l’injure et l’abjection jusque sur son blog et d’autres forums, de manière compulsive. Plusieurs fois, elles trouvent des alliés de circonstance en des personnes influençables qu’elles tentent de manipuler, parfois avec succès et pour le pire. Certains se sont rendu compte de leur bévue et d’autres non.

Dès juin 2010 plusieurs victimes de ces femmes corbeaux se regroupent : plusieurs se sont connues sur le forum de Rue89 ; NEMROD34 commentait sur Le Post et Josette, qui n’écrit pas sur l’internet, a connu Catherine à Brest autrefois au sein d’une association de chômeurs. Je l’ai retrouvée à cette époque en lisant plusieurs commentaires de Catherine faisant allusion à elle, sur Rue89.

NEMROD34, Josette et moi ne nous connaissions pas avant cette histoire. 

De très nombreux signalements d’abus sont envoyés à ces deux femmes ainsi qu’à Overblog : ils resteront sans effet, ainsi que les lettres recommandées envoyées à ces mêmes destinataires. Vous connaissez la suite. Et ce n’est qu’un début.

 


 

LES SUITES

 

Le 29 décembre 2011 un peu après minuit, mon nom de famille et celui de Josette ont commencé à être effacés des deux blogs-piloris de ces femmes corbeaux.

Depuis l’arrêt en appel de Montpellier le 15 décembre 2011 et jusqu’au 11 juin 2013, donc pendant UN AN ET DEMI encore, de très nombreuses occurrences de nos coordonnées personnelles sont restées en ligne sur ces deux blogs, ainsi que nos noms − inclus dans plusieurs URL, entre autres. Ce « nettoyage » avait été effectué de manière partielle seulement, permettant à tout lecteur de ce blog de nous identifier aisément.

Après deux procès et deux condamnations entraînant la suspension du blog « Unpetitcoucou » le 12 juin 2013, les saloperies du blog de Ava nous concernant ont été enfin supprimées par Nicolas Poirier en personne − le juriste d’Overblog − le 16 juin 2013. Il aura fallu trois ans, plus d’une centaine de signalements d’abus et huit LRAR (restées sans effet) envoyées par huit personnes différentes pour y parvenir.

*** 

Ajouté le 11 novembre 2012 :

Catherine X a été mise en examen à Brest suite à une plainte de Josette. Son procès devrait se tenir au TGI de Brest avant la fin de cette année. 

Ajouté le 30 avril 2013 :

Catherine X a été jugée de concert avec Overblog le 11 de ce mois au TGI de Brest. Le jugement a été mis en délibéré au 11 juin.

Ajouté le 11 juin 2013 :

Catherine X est condamnée à 10.000 € d’amende dont 8000 avec sursis. Overblog est condamné à 10.000 € d’amende. Les deux condamnés devront en outre payer solidairement 5000 euros de dommages et intérêts à Josette ainsi que 2000 € au titre de l’article 475-1 du code de procédure pénale et à la publication d’un communiqué sur Overblog et dans le Télégramme de Brest.

 

Le blog « unpetitcoucou » est suspendu par Overblog vers 22 heures :

 capture d'écran

Ajouté le 20 juin 2013.

En mai 2013, un nouveau blog-pilori, très probablement publié par Catherine X et/ou un de ses complices éventuels, a été mis en ligne sur Blogspot à cette adresse : CLIC,  (lien mort : ce blog a été supprimé par la suite, lire plus bas) étant quasi exclusivement dédié à la destruction de l’image de Cyprien Luraghi. L’intégralité du contenu provient du blog supprimé « unpetitcoucou.over-blog.com » de Catherine X, d’articles de presse recopiés ayant pour thème la pédocriminalité et d’articles, photographies et commentaires volés sur l’Icyp et le Sitacyp. Des démarches ont été entreprises pour faire supprimer le contenu manifestement illicite de ce site, vainement à ce jour (février 2014).

Le 17 juin 2013, suite à un ixième signalement d’abus au service juridique d’Overblog, les saletés du blog de Ava ont enfin été supprimées par le juriste de cet hébergeur − Nicolas Poirier − : huit articles puants et des accusations mensongères sur la page d’accueil.

Un jugement en appel à la demande de Catherine X et Overblog, aura lieu à Rennes le 19 septembre 2013 pour cette affaire. En attendant, afin que le public puisse se forger son opinion et conformément à la loi,  une transcription de ce jugement est lisible sur Legalis :

 

http://www.legalis.net/spip.php?page=jurisprudence-decision&id_article=3842

 

Le 26 juillet 2013 Éveline X explique à ses lectrices pour quelles raisons elle a quitté Overblog et est allée ouvrir un nouveau blog sur la plateforme WordPress.Com dans cet article : CLIC. Cet extrait des derniers paragraphes est particulièrement édifiant :

A noter : il y a appel d’overblog pour le jugement de Brest. 

La blogueuse a été condamnée à 2 000 euros (10 000 euros avec sursis), Overblog à 10 000 euros.

Le pire c’est qu’Overblog a suspendu le blog de cette blogueuse, et que celle-ci est allée ouvrir un autre blog sur une autre plateforme : Blogger.

Je tiens à dire que je n’y suis pour rien, et que même je lui ai dit que c’était pure folie, surtout que dessus elle se permet de republier certains de mes anciens commentaires malgré mon interdiction. Il y a vraiment des gens qui ont la tête dure, à moins que ce ne soit l’expression de sa folie, une forme aigue de paranoïa. Bien sûr, elle refuse tout traitement que je lui suggère et c’est bien dommage.

Évelyne X confirme donc que l’auteure du blog http://puy-l-eveque.blogspot.com est bien Catherine X et qu’il lui semble manifeste que celle-ci est affligée d’une « forme aiguë de paranoïa ».

Évelyne X tente de toute évidence de se dédouaner en minimisant éhontément le rôle majeur qui a été le sien durant toute cette affaire.

Ajouté le 17 septembre 2013

À la demande de la partie adverse, l’audience en appel prévue initialement le 19 septembre, est reportée. Pour l’heure nous ne connaissons pas encore la nouvelle date.

Ajouté le 20 septembre 2013

La date de l’audience en appel a été fixée au 18 décembre 2013.

Ajouté le 17 décembre 2013

À la demande de Me David Rajjou, défenseur de Josette, l’audience en appel qui aurait dû avoir lieu demain, est reportée une fois de plus, à une date pour l’instant inconnue.

Ajouté le 18 décembre 2013

La nouvelle date de l’audience en appel est fixée au 5 mars 2014.

Ajouté le 2 mars 2014

Une fois de plus, l’audience en appel est reportée à une date pour l’instant inconnue ; cette fois c’est à la demande de la CA de Rennes…

Ajouté le 22 mars 2014

La nouvelle date de l’audience en appel est fixée au 21 mai 2014. Pour l’heure le motif de ce report ne nous est pas encore connu.

Pendant ce temps, Catherine X continue à se répandre sur l’internet : entre autres elle a créé deux nouveaux blogs-piloris : CLIC et RECLIC.

Ajouté le 22 mai 2014

De nouvelles pièces ayant été fournies au tout dernier moment lors de l’audience du 21 mai par Catherine X, cette audience a été reportée. Pour l’heure, nous ne connaissons pas la date de cette prochaine audience, qui se tiendra peut-être à l’automne.

Ajouté le 5 août 2014

Une audience-relais, nécessaire pour cause d’encombrement à la Cour d’appel de Rennes et pour éviter l’extinction de l’affaire due à la prescription extrêmement courte − trois mois − prescrite pour ces délits par la loi de 1881 sur la Presse, aura lieu le 12 août. C’est alors que nous serons fixés sur la nouvelle date de l’audience en appel de l’affaire du Corbeau de Brest.

Ajouté le 18 décembre 2014

Après deux nouveaux reports successifs, la date de l’audience en appel est fixée au 4 février 2015.

Ajouté le 21 décembre 2014

Un psychiatre interrogé sur cette affaire m’avais conseillé il y a un an et demi : « essayez l’indifférence ». Alors en bon petit soldat, c’est ce que j’ai fait. En un sens il n’a pas tort : il convient de ne pas interférer avec un(e) paranoïaque dès lors qu’on en est le « persécuteur désigné ». Mais la réalité du Web fait que ce sage conseil ne sert à rien. En effet, après avoir installé un système permettant de n’afficher les commentaires de l’Icyp qu’à ses seuls membres inscrits il y a deux ans, puis totalement immergé l’Icyp en mai 2014 et m’être abstenu de toute présence visible sur le Web pendant six mois, cela n’a pas empêché Catherine X de publier plusieurs dizaines d’articles délirants sur ses deux blogs-miroirs (http://petitcoucou.unblog.fr et http://satanistique.blogspot.fr), s’acharnant sur nous avec la même vigueur que sur son premier blog supprimé en 2011, suite au procès de NEMROD34 contre son hébergeur d’alors.

Ajouté le 6 janvier 2015

Ce matin le blog-miroir de Catherine X à l’adresse http://petitcoucou.unblog.fr a été supprimé par son hébergeur, sans doute suite à une de nos nombreuses demandes (voir plus bas, ce blog ayant été rouvert peu de temps après par Unblog) :

 

 

Ajouté le 7 janvier 2015

Quelques heures après la suppression de son blog-pilori sur Unblog, Catherine X en rouvre un autre sur la même plate-forme, à cette adresse : http://justinpetitcoucou.unblog.fr/

Ajouté le 8 janvier 2015

Un autre blog de Catherine X − un de ses pires, à l’adresse http://puy-l-eveque.blogspot.fr − a été supprimé par son hébergeur Blogspot (Google) aujourd’hui :

 Ajouté le 22 janvier 2015

La CNIL vient de m’informer que c’est suite à une de mes plaintes qu’un des piloris de Catherine X a été supprimé récemment :

 

Monsieur,

Vous nous avez saisis d’une plainte sur notre site internet relative aux difficultés que vous rencontrez pour faire supprimer vos informations du site http://puy-l-eveque.blogspot.fr/.

Je vous informe que le responsable de ce site a procédé à la suppression de ce blog.

Je vous prie, Monsieur, d’agréer l’expression de mes salutations distinguées.

Service des plaintes
CNIL
8, rue Vivienne – CS 30223
75083 PARIS Cedex 0

 

Ajouté le 28 janvier 2015

Fermé le 6 janvier par son hébergeur (voir plus haut), le blog http://petitcoucou.unblog.fr a été rouvert aujourd’hui. Catherine X étale donc ses délires en boucle sur trois blogs, présentement… et ce à sept jours de son procès en appel à Rennes.

Ajouté le 29 janvier 2015

Une fois de plus − la sixième −, l’audience en appel qui aurait dû avoir lieu le 4 février, est reportée, probablement pour des raisons d’encombrement de ce Tribunal. Pour l’heure nous ignorons la date prévue pour cette future audience.

Ajouté le 4 février 2015

La date de l’audience en appel à Rennes est fixée au 9 avril.

Ajouté le 8 avril 2015

L’audience en appel est repoussée pour la septième fois à une date encore inconnue. Pendant ce temps Catherine X. continue de délirer en mode paranoïaque, de harceler et d’injurier les magistrats brestois, moi-même, NEMROD34 et Josette publiquement sur trois blogs-miroirs, impunément.

Ajouté le 15 avril 2015

La date de l’audience-relais évitant l’extinction de l’affaire − la prescription est de trois mois pour la loi de 1881 sur la presse − est fixée au 7 juillet. La date de l’audience réelle n’est pas encore fixée. Nous en sommes donc à neuf reports successifs à ce jour.

Ajouté le 9 juillet 2015

La nouvelle date d’audience à la Cour d’appel de Rennes est fixée au 30 septembre, 16 h. Dixième report. No comment.

Ajouté le 16 septembre 2015

L’audience du 30 septembre est confirmée comme étant « pour plaider » − c’est-à-dire une vraie audience − et non pas « pour ordre » − audience-relais pour pallier au temps de prescription extrêmement court en vigueur pour les affaires concernant la loi de 1881 sur la liberté de la Presse (trois mois).

Ajouté le 30 septembre 2015

L’audience de ce jour a été inscrite : sauf par extraordinaire, elle aura donc bien lieu.

Ajouté le 1er octobre 2015

L’audience en appel a eu lieu hier. Le délibéré sera rendu le 2 décembre 2015.

Ajouté le 5 mars 2016

Le 2 décembre 2015, la Cour d’Appel de Rennes a annulé le jugement du TGI de Brest et relaxé Catherine X ainsi que son hébergeur Overblog. L’intégralité de cet arrêt est reproduit dans cet article de l’Icyp : CLIC

 

***

 

Ajouté le 2 avril 2017

Un an plus tard… et ça continue. Aujourd’hui cela fait précisément 2726 jours soit 7 ans, 5 mois et 18 jours que Catherine X a entamé sa sinistre carrière de corbeau de l’internet en publiant son premier article délirant à mon sujet sur (feu) Le Post. Le 15 octobre 2009. Et là, de longues années plus tard, elle sévit toujours. Aujourd’hui, sur son blog principal hébergé chez Unblog − http://petitcoucou.unblog.fr −, sur les 999 articles publiés depuis mars 14, j’en compte 720 parlant peu ou prou de moi, 180 de Josette et une flopée de NEMROD34. Ça se passe en France au XXIème siècle.

Or donc pendant l’année écoulée nous ne sommes pas restés inactifs, malgré l’indifférence des médias, les erreurs et les errements d’une justice manquant cruellement de moyens et pas forcément au jus des us et coutumes de l’Internet.

Josette a jeté l’éponge : tant d’années perdues pour des prunes à cause de la bête erreur technique d’une magistrate entraînant l’annulation de son procès contre « notre folle »… No comment, comme on dit dans ces cas là… De mon côté j’avais fini par me résigner à voir mon nom sali sur le Net de manière dégueulasse par l’obsession démente que Catherine X me voue, quand les ami(e)s de l’Icyp ont décidé de se cotiser pour m’offrir les services d’un avocat : Me Romain Darrière. C’est en tombant par hasard sur un nouvel article de loi concernant le harcèlement en ligne, pondu en 14, que je m’étais dit que plutôt que d’aller s’enliser dans le marigot gluant qu’est la loi de 1881 sur la liberté de la Presse, autant tenter le coup autrement : si ce n’est pas du harcèlement que pratique Mlle X à mon encontre, c’est quoi ? Oh, bien plus que ça en réalité, mais va pour le harcèlement. C’est simple et direct au moins.

Ce qui l’est moins, évidemment, c’est la justice en France. Triste à dire mais c’est un fait. Comme la procédure est en cours, je ne dirai pas tout maintenant et me contenterai d’un bref résumé : au printemps dernier mon avocat fait une demande de référé (étant nul de chez nul en jargon juridique, j’écris comme ça me vient et pis c’est tout) pour mettre un terme à ce long cauchemar pénible. En été, on monte à Paris pour une première audience, qui ne durera que quelques minutes puisque Catherine X nie être l’auteur de ses propres blogs. À nous, donc, d’apporter la preuve irréfutable qu’elle l’est. Pas simple, ça. Donc on fait faire un constat par huissier. Un constat de 1300 pages (oui : mille trois cent !) effectué sur son blog « justinpetitcoucou », qu’elle avait ouvert quelques mois après les deux autres. En novembre dernier, retour à Paname. Toujours sans avocat, Catherine X délire pendant une bonne demie-heure devant une juge et une greffière en reprenant ses thèmes habituels : « Je suis ingénieure d’études en informatique, Luraghi est un trafiquant d’armes, tout ce que dit son avocat est faux.. ». etc. etc. etc.

En janvier de cette année, la justice nous renvoie dos à dos : j’ai perdu mon procès, donc. Parce que je n’ai pas pu prouver que Catherine X est bel et bien l’auteur de ses propres blogs. Le constat monstrueux n’était pas suffisant, manifestement, pas plus que ses propos à l’audience. Commenter des décisions de justice est un art délicat, aussi je préfère rester coi sur ce coup. Malgré tout, je décide de faire appel : c’est en cours, à l’heure où j’écris. Après tout si un constat d’huissier aussi robuste que celui que nous avions produit ne suffit pas, il existe d’autres moyens légaux de savoir qui est l’auteur d’un blog. En attendant eh bien je fais ce qui est habituel en France pour ce genre de chose : j’attends. En espérant que ce ne soit pas Godot.

*

Heureusement, tout récemment une bonne nouvelle est venue égayer notre triste poireautage − alors que Catherine X en est à plus de 200 articles parlant peu ou prou de moi (et pas en bien, c’est le moins qu’on puisse dire !), depuis que l’huissier lui a remis sa convoquation pour le tribunal en juillet 2016 − : notre compagnon d’infortune Jean-Marc, alias NEMROD34, vient de gagner une fois de plus en appel contre le premier hébergeur d’un des blogs de Catherine X : Overblog.

Le texte de cet arrêt, agrémenté d’une page de présentation, est lisible sur Legalis :

 

https://www.legalis.net/actualite/un-hebergeur-condamne-pour-ne-pas-avoir-supprime-dun-forum-lidentite-dune-personne/

 

 

 


PRESSE – MÉDIAS

 

 

2011/2012

Procès NEMROD34 vs OVERBLOG :

  • Laurence Neuer, sur Le Point : CLIC
  • Julien Vlassenbroek sur le site de la RTBF : CLIC
  • Jean-Pierre Amarger dans Midi Libre le 19 janvier : CLIC (version papier)
  • …et version en ligne (raccourcie par rapport à l’édition papier) : CLIC
  • L’arrêt de la cour d’appel de Montpellier sur Juriscom : CLIC
  • L’arrêt de la cour d’appel de Montpellier reconnu comme jurisprudence sur Legalis : CLIC 
  • Le Chat de Shrödinger a publié un billet tout à fait impeccable sur notre histoire ici : CLIC …avec une suite non moins excellente publiée quelques jours plus tard et lisible ici : CLIC
  • Sur Droit des NTIC : CLIC
  • Sur le site de maître Alain Bensoussan : CLIC
  • La Blonde qui dérange a publié un article-relais, censuré le lendemain de sa parution par le service juridique d’Overblog soudainement zélé ; après remaniement elle l’a remis en ligne ici le 28 décembre : CLIC (lien vers cette parge conservée sur Archive.org : on notera un intéressant − comique ? − droit de réponse du service juridique d’Overblog imposé à la Blonde). Le fil de discussion est à lire. Le 5 janvier elle publie un autre billet : CLIC qui n’est plus accessible, Jess ayant fermé son blog courant 2012 et cette page n’ayant pas été stockée sur Archive.org.

 

2013

Pour le second procès opposant Chepita (Josette) à Catherine X et Overblog :

  • Steven Le Roy a publié dans le Télégramme de Brest un article relatant la première audience publique du procès opposant Chepita (Josette) à Catherine X le 11 avril 2013, ayant entraîné sa condamnation ainsi que celle d’Overblog. C’est lisible ici : CLIC.
  • Legalis.net publie le jugement de Brest, assorti d’un article fort intéressant, ici : CLIC.
  • Jurisexpert en parle : CLIC.
  • Une blogueuse − Wendy − s’en indigne : CLIC.
  • Marc Rees publie un article dédié à cette affaire sur PC Inpact : CLIC.
  • Nicolas Poirier, juriste d’Overblog, est interviewé par PC Inpact : CLIC. Ses explications sont pour le moins… hallucinantes, quand on connaît la réalité de cette affaire. Les amalgames y sont grotesques et répugnants : Josette, qui est la seule victime concernée par le procès de Brest, y est assimilée à une bande de trolls et la comparaison que fait M. Poirier avec le cyber-harcèlement dont a été victime une adolescente sur ask.fm, est particulièrement odieuse. En effet : sur ask.fm la situation était exactement inverse, puisque les salauds qui ont harcelé la malheureuse victime étaient des anonymes, alors que dans notre cas nous étions parfaitement identifiés et… cibles d’un corbeau − par définition, anonyme − et n’avons fait que nous défendre de ses accusations délirantes et affreuses. Et puis les commentaires de Josette, évoqués par Nicolas Poirier dans cette tribune entièrement à charge et d’une mauvaise foi radicale, ont été jusqu’à preuve du contraire, d’une parfaite correction.
  • Les Échos se fendent d’un long article traduisant assez bien le petit vent de panique soufflant sur les hébergeurs : CLIC.
  • Maître Antony Bem décortique l’affaire sur son site : CLIC.
  • Maîtres Virginie Bensoussan-Brulé et Julien Kahn donnent à lire leur point de vue allant à contre-courant de la pensée dominante, ce qui est très bienvenu dans le concert de la presse geek imbécile soutenant les hébergeurs peu scrupuleux sans discernement : CLIC.
  • Le Monde du Droit abonde aussi dans le sens du jugement de Brest : CLIC
  • La Quadrature du Net s’insurge avec une rare bêtise d’ados attardés sur « la censure privée » et cite le procès de Brest dans cet article publié le 15 janvier 2013 : CLIC. Cette stupidité bornée des hérauts de la liberté d’expression à outrance saute aux yeux en constatant qu’un site haineux d’ultra-droite republie ce même article ici : CLIC… ainsi qu’un des sites de libertariens des plus extrémistes − Contrepoints : CLIC et qu’un site ouvertement fasciste fait de même ici : CLIC.

 

2017

Pour le second procès NEMROD34 vs OVERBLOG

  • Le magazine L’INFORMATICIEN a publié un bon petit résumé de l’affaire ici : CLIC. Un fichier pdf de cet article est disponible ici : CLIC
  • Excellent article dans LES INFOSTRATÈGES : CLIC.  Un petit extrait :

Il n’est pas rare que les responsables de plateformes de blogs et autres hébergeurs de sites plus classiques se retranchent derrière le caractère « manifestement » illicite pour refuser de bouger dans tous les cas de figure, attendant prudemment que la justice intervienne, ce qui est un détournement des volontés de la loi quant à leur responsabilité alternative, loi qui n’est que la transposition de la directive européenne « commerce électronique ». Il est permis d’espérer que cette décision les fasse un peu réfléchir.

 

 


 

Cet article sera modifié en fonction des événements.

 

Pour toute demande concernant ces affaires, écrivez à : lurapuy [arobase] gmail [point] com. Toutes mes coordonnées se trouvent au bas de cette page : CLIC.

C’est NOËL !

E la nave va !

Publié dans Pilotique, Spectacle, Trollogie | Mots-clefs : , , , , , , , , , , | 1268 commentaires

Le choubari

 

Lire cet article de Wikipédia sur le shibari tout d’abord : CLIC.

 

Cuisiner, c’est torturer : obtenir les aveux ou des saveurs procède de la même essence.

Au départ la matière brute : un chou du jardin miraculeusement épargné par l’ennemi : cet enculé de ragondin hantant les rives du fleuve toujours prêt à planter ses incisives dans la chair des fruits de la terre amoureusement chouchoutés par Annie et sa copine Adeline en leur jardin.

Et des carottes ; du marché parce que la terre du jardin des copines est caillouteuse à souhait et que pour les carottes c’est nul.

Pour la farce un petit ragondin fera l’affaire, une fois désossé, dénervé et haché menu. Le plus délicat sera d’obtenir son consentement, car l’éthique du choubari exige l’acquiescement mutuel d’ingrédients adultes sinon c’est non.

Le ragondin étant peu consentant par nature, la plupart des maîtres choubaristes autorisent l’emploi d’un cochon, animal consentant d’office, auquel on aura prélevé la quantité de chair à saucisse nécessaire au rituel.

L’huile sera extra-fine et de première pression à froid, l’olive exprimant mieux sa jouissance en étant langoureusement triturée à température ambiante entre deux meules la foulant lentement.

La ficelle sera de lin mercerisé, souple, douce et néanmoins cisaillante, mais pas au point de trancher la feuille : le chou doit rester intact sinon c’est non. La farce ne supporterait pas et elle s’échapperait, en plus. La ficelle à choubari est traditionnellement d’une longueur de un mètre vingt, mais certains choux de fort calibre peuvent nécessiter un bon pied de plus pour l’accomplissement de leur ligotage.

Les nœuds, considérés comme une faute de goût atroce lorsqu’ils sont apparents, ne le seront pas si l’on prend soin de lier la crucifère en la retournant cul par dessus tête. Façon de parler.

La cocotte est en fonte noire : obligatoire. La taille 281 est préconisée : le lit de carottes s’y sentira plus à l’aise que dans les modèles ordinaires, plus petits : ce légume endure peu et une trop grande contrainte est préjudiciable à son excitation. On peut se procurer cet accessoire chez Fist Food, rue sainte Croix de la Bretonnerie dans le Marais à Paris.2

Contrairement à son cousin nippon le shibari, la pratique millénaire bien française du choubari érotique pousse le vice dans ses derniers retranchements : la jouissance terminale n’est obtenue qu’à la cuisson, après saupoudrage de sel et de poivre : deux substances qui, employées par la main d’un vieux maître choubariste, déclenchent invariablement des torrents d’émoi libérateurs : le légume le plus insensible se révèle soudain d’une lubricité jusqu’alors insoupçonnable ; c’est merveille à voir.

La France compte encore quelques millions de pratiquants du choubarisme, mais cette vénérable tradition ayant apporté tant de joie dans les ménages, est malheureusement en voie de perdition : la jeunesse lui préfère les divertissements caoutchoutés sous atmosphère conditionnée et les ligues de vertus animalières condamnent cet art aussi antique que la corrida, malgré le fait patent que tout le monde soit adulte et consentant, dans le choubari.

Voilà : il m’a semblé urgent de parler publiquement de notre sexualité en péril, car tous les disciples et les groupies de la Déconnologie Pilotique© (lamorillienne) sont choubaristes.3 Une fois de plus, c’est la faute à nos ennemis jurés : les biomormons.

Nous aurons leurs peaux, camarades ! et de leurs vessies nous ferons des lanternes !

E la nave va..

 

  1. Celle de la photo est vraiment mahousse. []
  2. 499 € franco de port. []
  3. Et adorateurs de Nanabozo : ce sera le sujet d’un prochain billet. []
Publié dans Déconnologie | Mots-clefs : , , , , , , | 1217 commentaires

Les horreurs du monde

On ne dirait pas mais c’est la guerre, la tourmente, la tempête soufflant sur les marchés, le chômage, la misère et l’inflation galopante. J’ai lu ça dans les journaux.

Donc ça doit être vrai ; pourtant on ne dirait pas à voir comme ça : tout a l’air si paisible, perspirant l’harmonie.

Tranquille à la cambuse j’écris et pas bien loin il y a l’océan de bois profonds, ondoyant au delà du bourg. Et puis en tendant bien l’oreille il y a comme un cliquetis ténu qui, en s’approchant un peu, semble être bruit de bataille : là, sous la feuillée tout un monde fait rage et ferraille.

Pour des rogatons sans doute, ça s’étripe et pisse le raisiné : en tout cas ça a l’air d’en chier et d’en découdre, là-dessous. Et en levant la tête c’est pareil : clameur, rumeur, cris et ululements dans le béton des cités ; partout un vent de fou fait virer les plus sages, bredins et les agite considérablement.

Mais il faut posséder bons yeux et fines oreilles pour déceler ce tintamarre dans la mer d’huile du silence de la nuit profonde à Puycity. N’ayant pas ces sens aiguisés plus que de raison, je n’entends que les petits fous-rires des cancrelats et assimilés se tapant la cloche au chaud et les joyeux éclats de la grande nouba d’avant l’hivernage.

Seuls les fous, aliénés par leurs sens indûment en alerte perpétuelle et aiguisés à vif, perçoivent le fracas des armes là où tout n’est que doux gazouillis. La fin du monde n’est pas proche, qu’on se le dise ;-)

E la nave va…

Publié dans Déconnologie, Spectacle | Mots-clefs : , , , , , | 1379 commentaires
Aller à la barre d’outils