Archives par mois : octobre 2011

LA BANDE À CYP

 

Dans mon billet précédent, je me foutais de la poire des jérémiades du Yéti − blogueur sur Ubu89 − et bien évidemment le Yéti n’a pas apprécié : c’est logique. Je n’écris pas pour plaire et ne m’attends pas à autre chose que d’en prendre plein les lunettes en retour. Lire ce qu’il nous m’envoie dans les gencives ici : CLIC.

Bonne poire pour sûr, ma pomme… et j’en ai une bonne en retour aussi, de poire.1 Chargée à l’acide satirique.

Mais bon : je suis pas tout seul dans ce cas parce que nous sommes une bande − ou meute − et que j’en suis de manière connement naturelle, le chef désigné par les tristes poires et autres phénomènes gniasseux. Mais une bande de quoi ? et qui sont ces désignateurs ?

D’abord un désignateur vise le chef désigné, sinon ça n’en est pas un. Vachement pratique, le chef désigné : ça évite de trop réfléchir. M’enfin j’assume : puisqu’ils le disent tous autant qu’ils sont, ces gniasses, alors pourquoi ne pas être un vrai chef de bande comme ils disent si bien ? Ou mieux, de meute : les désignateurs adorent parler de meute, pour désigner les déconnologues distingués se foutant de leur poires ridicules en ribambelle.

Si c’est le prix a payer pour le ticket d’entrée à la cabane de foire pour le jeu de massacre de ces pompeux cornichons à la chantilly cloutée : je suis leur homme, toujours partant ; leur blouson noir, hippie, immobiliste railleur,2 anarchiste de droite,3 sataniste pédotrotskyste à revenus occultes, harceleur de harcelées professionnelles4 et tout ce qui leur passera par la tête : plus ce sera gros, plus ça me fera rigoler et comme le rire est bon pour la santé, hein…

***

Au début j’ai eu un peu de mal à m’y faire : c’était surprenant et assez désagréable de s’en manger plein des dents gratis, parce que Machinette ou Bidulon de l’Icyp, s’étaient attirés les foudres de Cacador et Indignette sur le forum d’Ubu89 alors que j’y étais même pas [m’ sieur Pion].

Mais là je le dis tout net : ça m’amuse beaucoup. Ce petit bal masqué ridicule qu’est l’internet pour la majorité des gens qui s’y exhibent. Ce théatricule sur la scène duquel ça se pose là, chacun bien campé dans son rôle et sérieux comme pape. Sérieux : c’est ça leur truc. Si t’es pas sérieux t’es foutu, de nos jours. Le monde est une affaire sérieuse et il n’est pas question d’en rigoler sinon couic.

Même à propos d’articles parfaitement débiles, il faut écrire des choses sérieuses et deviser doctement de ces débileries avec des connards masqués pontifiants à mort. Sinon bye bye. Les vengeurs masqués rappliqueront et se chargeront de vous tailler une e-réputation sur mesure. Je sais tout ça : tapez mon nom sur Google et vous pigerez vite que le Luraghi de l’Icyp est au moins aussi vil que Blondeau Georges Jacques Babylas.5

Or donc ça a non seulement fini par me foutre la bonne humeur au beau fixe, mais aussi à m’épater de manière permanente en constatant que mes désignateurs les plus fervents, étaient de toutes sortes : de l’intellectuel bobeauf de gauche enculturé à la bignole sous neuroleptiques abrutie devant sa télé poubelle en passant par les cas psys tamponnés sur l’œuf.

Justement : c’est cet édifiant spectacle de ces désignateurs si unis dans leur cause commune qui me réjouit tant : quel plaisir délicieux que de les voir dans le même sac, en effet. Je tiens là le bon bout de la queue du Mickey au manège : c’est qu’ils se prennent tous au sérieux, eux.

Pas moi, pas nous : Ici on se fend la poire pour un rien, et même qu’on se gausse des malheurs du monde parce qu’ils sont bien assez chiants comme ça et qu’on n’y est pour rien. Et moi au premier rang en bon chef de bande de zazous.

Jusqu’ici sur Terre
Un homme pouvait être
Blanc ou noir ou jaune
Ou rouge et puis c’est tout
Mais une autre race
Est en train d’apparaître
C’est les Zazous, C’est les Zazous…

(Brigitte Fontaine : extrait de « Zazous »)

E la nave va…

 

  1. À gauche sur l’illustration. []
  2. © Kebra []
  3. © Brogilo []
  4. © Jexomil, Pipirella et la Gloglo − voir dans le Lexique []
  5. Le vil Vil dans les œuvres de Marcel Gotlib : CLIC []
Publié dans Déconnologie, Spectacle | Mots-clefs : , , , , , , | 1599 commentaires

PAUVRES CHOUX

 

Ça chiaoule planétaire, ces derniers temps. La globalisation passe par les armes et les larmes dégoulinent en océans où se diluent ce qui faisait le sel de l’humanité. Dont il ne reste plus que fades jérémiades au final, et un petit arrière-goût de sang.

Une fillette en Chine se fait écrabouiller sans une œillade, et sitôt l’écœurant suc des lacrymales s’exprime ; soupape de la foule des flagellants expiant leurs petites lâchetés. Tous ensemble car c’est bien meilleur ainsi d’être gnangnans, globalement.

Ça n’y a pas été avec le dos de la petite cuiller, dans les gazettes et sur les forums : ce petit fait divers de rien du tout a agité quelques térachiées d’octets dans les fibres optiques et les câbles de cuivre, engendrant une surconsommation électrique planétaire préjudiciable au bilan carbone général. Sans parler des malheureuses forêts russes alimentant les rotatives des ramasse-épluchures de la presse imprimée.

En bon mauvais esprit et par Dame Satire titillé, j’épluchai maints articles et billets de blogs relayant ce chien écrasé, attiré d’instinct par les plus crapoteux, larmoyants et baveux de bons sentiments malsains. Inutile d’aller chercher bien loin : la dernière ponte en date du Yéti sur Ubu89, ainsi que le petit fil de discussion adjoint, remplit tous les critères exigés par l’exercice de mon artisanat.

Il est lisible ici : CLIC

Rédigeant dans un bousabia1 solidement rustaud, le Yéti a su y distiller à peu près tous les épanchements récents sur ce sujet, d’une façon binaire par lui revendiquée, dans la réponse qu’il y fait à un de mes commentaires qualifiant son billet de gnangnan au possible ; car pour le Yéti il n’est que deux attitudes à envisager dans ce genre de cas :

– accepter d’être gnangnan ;
– ou ricaner en se la jouant blasé revenu de tout pour montrer qu’on existe.

Pourtant rien qu’en parcourant les quelques commentaires de ce fil de discussion, il est évident qu’il existe bel et bien d’autres manières de réagir à ce chien écrasé. Par exemple celle du commentateur « Sixpatte » qui pense que « les chinois tuent les petites filles sans remords » juste au dessus.

Mais le Yéti pense pour les autres comme il pense lui-même ainsi qu’il l’a fait pour moi, qui n’accepte en aucun cas d’être gnangnan et ne ricane pas et cætera : la mort des gens est un spectacle ne blasant pas le moindre croque-mort, ou tout autre membre d’un métier y étant intimement lié. Nulle infirmière ni soldat ne me démentira : seuls les gardiens de camps de la mort trouvent ça banal, et certains aliénés.

Et si alors je n’en pense pas ce que le Yéti a décidé pour moi et les autres, quel est donc mon point de vue personnel sur cette triste historiette ? Simple : que je trouve ça tout à fait normal dans le monde où on vit, que des malheureux claquent sans que nul ne s’en soucie ; normal que ça chiale obscène un bon coup après coup ; normal que des salauds en profitent pour pointer du doigt tel ou tel chinois, arabe, juif, bouc ou tout autre émissaire passant à leur portée ; normal de prendre le parti d’en rire à gorge déployée parce que la vie est terriblement bidonnante et dramatique.

E la nave va…

  1. Charabia bousique, voir dans le Lexique : CLIC []
Publié dans Spectacle | Mots-clefs : , , , , , | 1342 commentaires

EMPULLONS LES FRIMAS !

 

J’ai du poil aux pattes

Et tout plein au cu-u-u-le

Pour tricoter des pulls

Et garder la patate

Loin des canicu-u-u-les

C’est super au poil-eu

La laine de tubercule

Et l’hiver je l’enpu-u-ulle

Ohé ! ohé !

 

En partant d’un com de Liger ici : CLIC  (les musicos de l’Icyp sauront certainement inventer une mélodie à ce chant guerrier ;-)

E la nave va…

 

Publié dans Déconnologie, Tout court | Mots-clefs : , | 1607 commentaires

Au jour joui

 

 

*

Ça ne tourne pas bien rond.

Pas
Bien
Rond

Rond finalement : tout ronron.

Rien à battre
Des clous !

E la nave va…

*

Publié dans Tout court | Mots-clefs : , | 1412 commentaires

MOULIGNIASSE

 

C’est la fin d’une minuscule époque et comme toujours dans ces cas-là, ça grince. Fin de facto du sarkozysme déjà, alors qu’il reste encore six longs mois avant de voir tous ces fumistofascistes1 qui ont si mal gouverné ce pays, être éjectés violemment y compris par une bonne partie des gens de leur propre camp.

Rarement une telle brochette de salauds et d’histrions aura exercé une telle nuisance sur une telle durée, depuis le temps de la guerre contre Hitler, en France.

Alors évidemment comme toujours, le vent mauvais a soufflé sur une majorité d’esprits perméables et les a empoisonnés. Et maintenant qu’il ne souffle plus, les moutons se sentent tout cons2 et ils s’apprêtent à aller à confesse en votant socialaud,3 jurant déjà leurs grands dieux, n’avoir jamais mangé de ce pain brun.

Ce pain brun ? Le goût et l’odeur de l’andouille faite de boyaux mal lavés, et pas fraîche. Le plat du jour des chiens à face humaine auxquels le maître a retiré la muselière après des quinquennats de jeûne. La vile tripaille de la pensée. Le remugle du dedans, qui reflue.

Ce pain dont l’ingestion rend le plus mouton, hyène.

À tous les étages : confession générale et autocritique collective en vue dans les mois à venir. Ça a déjà commencé ici et là… et sur le forum que la plupart des lecteurs de l’Icyp connaissent bien4 c’est la grande lessive. Ce magazine en ligne a changé de navire il y a peu, passant de la version 1 − la V1 comme on dit − à la V2.

Ce canard est né en même temps que ce quinquennat de chien. Il a donc lui aussi reflété cette misérable époque en train de s’achever, tant dans nombre de ses articles, que sur son forum. Comme tous les autres canards en ligne, sauf que celui-ci je le connais comme ma poche.

Sur Ubu89 comme partout ailleurs dans le royaume, le méphitisme sarkozyque a imprégné l’atmosphère, aidé en ça par un système de commentaires des plus infantilisants comportant notation positive ou négative et signalements d’abus anonymes  : tout à fait à l’image de la France depuis mai 2007.

Idéal donc pour un qui comme moi, aime à tâter la température viscérale de son temps. C’était pas bien jojo je dis : hormis pour quelques irréductibles bien vivants, j’ai passé quatre ans au bal masqué chez les zombies, là-bas. À bien me fendre la poire en observant et chatouillant au besoin, les bruns de toutes variétés : bleus-bruns de la droite réac,5 les rouges-bruns conspirationnistes,6 et enfin les plus massivement présents : les roses-bruns socialauds7 .

C’est chez ces derniers que j’ai trouvé les plus fervents contaminés partisans du brunisme. Une chouette bande de fumiers en vérité. Oh : pas tous bien sûr, mais force m’a été de constater que bien souvent sous l’épiderme rose, la bête brune sommeille et que sous couvert d’anonymat, elle révèle vite sa nature.

Parce que c’est ça, l’internet : on y chie en public avec un masque sur la tronche et je peux vous dire que ça ne se prive pas. On s’y branle aussi en public. Ainsi je me suis payé une des plus belles tranches de rigolade l’autre jour, en découvrant que dans la V2 d’Ubu89 il était désormais possible de voir qui s’était autogratifié d’une note sous forme de petite boule rouge. Et qui avait massivement aplati Machin avec un commando de comptes bidons.

Quelle bande de guignols et de pignoleurs…

Nono le Simplet, qui était venu Ici hier me faire caca sur le paillasson, suivant les excellents conseils et bruits de chiottes d’une personne innommée, a publié un petit billet chez Ubu89, qui vaut vraiment la peine d’être lu… et bien plus encore, le fil de discussion juste en dessous : c’est à pleurer de rire, vraiment.

C’est ici : CLIC

C’est ça aussi, la fin d’une époquette : les masques tombent. On voit soudain les branches sèches et le tronc mort, une fois la déco et les boules rangées dans leurs boîtes. Il ne reste que l’odeur : ça sent le sapin.

Et ça, c’est ce qui se passe sur un seul forum : c’est ce qui se passera d’ici peu à l’échelle du pays.

E la nave va…

  1. Voir dans le Lexique : CLIC []
  2. Ce qu’ils sont : le mouton étant doté d’un QI inférieur à celui d’une poule. []
  3. Lire le billet précédent, de Liger. []
  4. Les catacombes d’Ubu89 []
  5. Sur Ubu ils sont une espèce rare et protégée : le bleu-brun foisonne ailleurs. []
  6. Branchés Alain Soral, Dieudonné et autres illuminés toxiques. []
  7. Des droitistes tendances Valls aux rougeoyants poujadistes de Mélenchon en passant par les technocrates socdems de DSK et les ségolâtres fanatiques. []
Publié dans Pilotique, Trouducologie | Mots-clefs : , , , | 1085 commentaires
Aller à la barre d’outils