Vers la castine

Illustration originale de Pierre Auclerc - © 2011

En juillet ça me fera dix ans d’écriture en ligne, mais j’emmerde les dates fixes : c’est aujourd’hui que ça se passe.

Depuis un vieux bail, ça me taraude : écrire un roman sur bel et bon papier, qui cause des catacombes de l’internet. J’ai toute la doc en stock alors c’est décidé : j’appuie une fois de plus sur l’interrupteur à bascule de la vie et hop, c’est parti pour des mois et des mois de clavier chaud bouillant et jusqu’au point final.

J’arrête de réparer des ordinateurs, d’abord : dès les derniers clients servis cette semaine, je bouclerai le petit l’atelier sans intention de le rouvrir jamais. Je peux plus les voir en peinture, ces machines imbéciles en carafe.

Dès que ça sent l’autoroute, je prends les sentiers de traverse : c’est jamais gagné d’avance de s’aventurer sur la castine[1] sans voir le bout de la route ; c’est ça qui me plait.

***

Ce billet-pivot est dédié aux amies et amis de cœur de l’équipage du submersible Tique Toc… et à ma p’ tite Annie.

E la nave va…

  1. Calcaire dur concassé dont sont enduits les chemins vicinaux carrossables dans le Sud-Ouest. []
Cet article a été publié dans Billet Express, Humain, Konsortium avec les mots-clefs : , , , , , , , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.
  • Il faut être inscrit et connecté pour accéder au système de commentaires et aux parties privées de l'Icyp.

Aller à la barre d’outils