Archives par mois : avril 2011

VENGEUR MASQUÉ

Caillou magik - cailloux arrangés et photographie de François Deloncle - © 2009« […] (estimation à la louche : ne me demandez pas de sources statistiques :-) 99% des gens qui ont tué un autre être humain l’on fait … en pensant bien faire en en trouvant cela parfaitement normal et justifié !!! […] »

Xavier de Ligonnès alias Ligo, Chevy et au moins deux autres pseudonymes1 sur le forum de Cité Catholique le 18 mai 2010 (vers le milieu de la page) : CLIC

 

Depuis une quatorzaine d’années, je pèle les forums de l’internet : c’est le meilleur roman d’la vie du monde. Quand j’enquille un fil de discussion, c’est pour filer d’un bout à l’autre, et si un blog m’intrigue, c’est tout englouti jusqu’à la lie sinon rien.

Alors je ne répéterai pas les mêmes monceaux de conneries et autres saloperies graveleuses que la plupart des journaux ont raconté sur l’affaire de l’assassin très supposé de sa famille. Que les choses soient claires : le forum de Cité Catholique est peuplé en très grande majorité de braves gens et non pas comme des quarterons de pisse-copie l’ont partout claironné, d’intégristes craignos ou de mystiques exaltés fumeux du genre de la Gloglo. Bien que ce soit un fief intégriste, ça y cause de tas de trucs théologiques en tout bien, tout honneur et très paisiblement : point barre.

Mais ce qui m’a surtout intéressé, c’est le fait que Ligonnès soit un troll multicomptes − le seul de ce forum. Phénomène pénible et très peu étudié parce que réputé salissant par les tenanciers de forums, qui se contentent en général de les virer de manière répétitive, misant de manière irréfléchie sur leur lassitude face à ce rejet exprimé d’un clic sec, définitif et tranchant. Sauf que ça ne marche pas.

Tous les trolls multicomptes que j’ai pu croiser en quatorze ans d’internet se sont prouvés être des créatures particulièrement mauvaises et profondément malades de la cervelle.

Alors évidemment, je ne peux pas comparer un Ligonnès avec un Brogilo, la Bouse de Clichy et quelques autres phénomènes de foire du même acabit, dont nous parlons Ici de temps à autre, vu qu’ils nous collent au cul comme des hémorroïdes : cette engeance merdique ne détestant rien tant que les bons vivants à personnalité unique ; mais c’est exactement la même folle mécanique qui les anime, assassins en puissance ou simples gniasses paranoïdes.

Parce que c’est ça qui nous caractérise Ici, tous autant que nous sommes : il n’existe aucune différence entre les pseudonymes qui y écrivent et la chouette brochette en chair et en os qui se réjouit en grands raouts ou petits conclaves, coudes collés dessus et pieds dessous, une bonne vieille table en bois d’arbre et les yeux dans les yeux à papotipoter jusqu’à pas d’heure.

On n’est pas les seuls heureusement ; mais j’ai de plus en plus de doutes sur le fait que nous soyons encore majorité, sur l’internet. Qui prend des airs de nef des fous à toute allure.

Ces transformistes à personnalités fractionnées et fracturées sont tous en quête de quelque chose : Ligonnès d’une caution morale − qu’il n’a pas trouvée − à ses pulsions morbides ; Brogilo du pur plaisir pervers de meubler sa triste existence en menant un wargame atroce, jouant avec la vie des gens2 ; et la Bouse de jouir de manière malsaine en pratiquant ses sports favoris qui sont ses seules raisons de vivre : la calomnie, la victimisation et le harcèlement à outrance avec ses deux alliées − Jexiste la corbaque de Brest et la coach Gloglo.

Et nous, blogueurs ordinaires et bêtement monoblocs, sommes bien démunis face à ces serial-craignos à faces multiples, qui peuvent porter réellement préjudice à tout un chacun, et que ça peut aller vraiment très loin et jusque dans la vie du dehors.

Parce qu’il n’existe pour l’heure aucun moyen technique valable de les identifier et que nous sommes contraints de naviguer dans leur sphère d’influence néfaste, que ça fout une putain d’ambiance de merde sur les forums… et que ça peut réellement tourner vinaigre et aller jusqu’à nous mettre en danger. Celles et ceux qui ont eu affaire à la gniasse Jexiste − la corbaque de Brest − et à la Bouse savent très bien de quoi je cause.

Les fous rigolos et gentils sur les forums : vous m’en rajouterez une douzaine bien dodue… mais les psychopathes et autres paranoïaques malveillants majeurs, c’est niet.

***

Là, sur le forum de Cité Catholique, tout le monde est correctement secoué en découvrant que le troll multicompte de service a zigouillé toute sa famille : en bons chrétiens ils se culpabilisent alors qu’il n’y a pas de quoi ; qui aurait pu deviner ce qu’il y avait de planqué derrière les avatars de Ligonnès ?

Tout le monde ou presque avait bien senti que le mec craignait de la couenne et le modérateur avait très correctement percuté et pris les mesures idoines ; mais personne ne pouvait prédire que ça se finirait de si affreuse manière. Il aurait fallu lire entre les lignes et prendre un temps considérable… et voir la chose sous un angle différent que celui que leur impose leur credo. Et ce qui est valable pour les cathos, est tout aussi pertinent pour n’importe quel autre forum, de quelque obédience qu’il soit. Faut avoir du recul pour se rendre compte de ce genre de choses, d’abord.

Sur l’internet bien des gens révèlent leurs tripes, dissimulés sous un semblant d’anonymat… jusqu’au jour où ça craque et pète et que les masques tombent. Les mêmes qui au dehors sont si propres sur eux et si polis qu’on leur donnerait le bon dieu sans confession.

Ne cherchez pas : il n’y a pas de signal d’alarme sur internet : c’est le grand shoot’em up et basta !

E la nave va…

 

  1. Je sais lesquels, mais démerdez-vous pour les trouver, non mais. []
  2. J’aurais bientôt l’occasion d’en reparler Ici plus en détail. []
Publié dans Trollogie | Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , , | 645 commentaires

BIDOUILLAGES EN COURS

AVISSE ! AVISSE !

L’Ici-Blog risque fort d’avoir le hoquet aujourd’hui : je vais bricoler des tas de trucmachins dans la salle des machines.

Faut pas que ça vous empêche de papoter peinards, mais faudra pas non plus sauter au plafond si telle ou telle fonction déconne à pleins tubes pendant le temps que ça durera.

Voilà.

Publié dans Fabrication | Commentaires fermés

JOYEUSES CLAQUES

Illustration originale de Pierre Auclerc - © 2011

toute guillerette
l’humanité s’éveille
s’étirant langoureusement sur le futon,
la natte, le matelas, le vieux carton,
le grabat ou le tas de gravats
c’est selon.

puis dans un élan joyeux
s’élance hors de son nid
en zonzonnant essaim,
tel que frelons.
fredonnant dans la brume à matines
au son des clarines et du tromblon.
elle peut pas s’empêcher de partir en missionnaire
l’humanité 

rétiaire et mirmillon
sabre et goupillon.

***

Quoi que plus biologique et naturel que la guerre ? La religion. Car le puissant sentiment qui nous étreint en contemplant la voûte étoilée est tout aussi profondément ancré en nos gènes, que l’envie de foutre sur la gueule du connard qu’a piqué mes cloches et mes œufs en chocolat.

Mais pourtant c’est pas bien, de foutre sur la gueule : tous les dieux sont bien d’accord sur ce point. Mais c’est pas bien non plus de chouraver les cocos chocolatés et les dieux de tous les panthéons s’entendent là-dessus aussi comme larrons en foire.

Alors on fout sur la gueule en invoquant le panthéon, qui nous octroie sa bénédiction en retour : c’est pas bien compliqué, la religion.

Évidemment, faut leur sacrifier des trucs et des machins précieux pour obtenir leurs grâces, alors j’avoue : les cloches et les œufs en chocolat, c’est moi qu’ai fait le coup ; à grands coups de canon.

***

Mais les religions n’offrent d’espoir que post-cadavérique : c’est leur seul point faible. Car les paradis pleins d’anges neuneus et de houris à la con ne suscitent pas mon émoi ni celui d’une foule de gens : nous autres mécréants ne croyons qu’aux cloches en bel et bon aloi1 et au chocolat pur beurre de cacao2 .

Notre seul espoir, c’est la politique. Seule la politique est capable de faire revenir les cloches avant le dimanche de Pâques et de nous gaver de chocolat immédiatement.

Le problème avec la politique, c’est qu’après avoir longuement pratiqué son culte, je ne vois de cloches que sous les ponts, claquant des dents sur des cartons, boulottant des œufs durs pendant que ça se gave à l’Élysée autant qu’au Vatican.

Alors je me suis converti à la pilotique : pas de cloches, pas d’œufs en chocolat, pas de guerre et encore moins de canons. Et pas la moindre trace d’espoir et encore moins de désespoir : la vie est belle telle quelle, point à la ligne.

E la nave va…

 

  1. Avec lesquelles on fond les meilleurs fûts de canons. []
  2. Dont on confectionne les plus fins suppositoires []
Publié dans Binosophie, Déconnologie, Pilotique | Mots-clefs : , , , , , , , , , | 582 commentaires

Dandy Dandin

Vidéos : CC Archives NASA  - Illustration © Pierre Auclerc 2010

clic dans l’image pour lire la vidéo

Apollo 17… pas foule devant les petits écrans, à l’époque. Tout le monde ou presque s’en foutait, de cette dernière mission lunaire. Et moi, le museau collé au hublot de la grosse télévision avec Léon Zitrone dedans, comme un crapaud sous la lune à attendre interminablement le bon moment : celui du gros pataud se dandinant pingouin dans le rutile et engoncé, coiffé d’or et de verre, tout empoté dans l’éther ; l’infini noir vif au dessus et foulant la cendrée gauchement.

Le crapaud a l’air de s’en foutre, ne battant pas paupière : roide et coi les yeux au ciel pendant que dans ce temps les sélénites entament la gigue une seconde lumière plus haut sous les étoiles.

Ce que nul ne voit, c’est que dès lors qu’on a le dos tourné, le crapaud file au grand sabbat des anoures énamourés du bel avril draguer la crapoussine en guibolant dégingandé, esquisser le moonwalk du grand rut printanier et sur son aire de dansement, s’envoyer au firmament tout gambillant.

 

I was strolling on the moon one day…

Vidéo CC NASA

clic dans l’image pour lire la vidéo

 

Sur une idée de Lemmy & Cie dans les commentaires du billet précédent.

E la nave va…  

 

Publié dans Billet Express, Déconnologie | Mots-clefs : , , , , , , , , , | 445 commentaires

Vivre ensemble au plat du jour

Affiche du film "Invasion of the saucer men" tritouillée par Cyp Luraghi - © 2011À la cantoche c’est Cantat ou burqa selon les goûts, les couleurs et la température extérieure, ces derniers temps : l’identique rata à ingurgiter chacun le nez planté dans son assiette ; c’est le vivre ensemble tel que défini par la charte régissant le conglomérat d’individus constituant la civilisation moderne.

La civilisation moderne a inventé le vivre ensemble chacun pour sa gueule : c’est nouveau. Je frétille de vivre pareille époque et j’ai presque honte de participer à cette nouvelle aube qui se lève sur la vieille Humanité. Alors je baisse la tête et repique du nez dans mon assiette… Cantat, burqa… heureusement, la gastronomie japonaise vient parfois rompre la monotonie de ces deux sempiternels plats du jour, quand les éléments se déchaînent au dehors et que ça dépasse force 9.

Sinon, quel l’ennui papillaire on se farcit le plus clair du temps.

Ceci dit, avec un peu d’imagination on peut varier ce fruste menu à l’infini : en conjuguant le Cantat à toutes les sauces, des arômes complexes et délicats finissent par s’en dégager : le Cantat extrapolé évoque le doux suc des gibets et la suave senteur du pavé rougi au pied du rasoir national.

Et de la fade burqa béchamelle, ragougnasse informe et insipide, se dégage soudain une odeur Marine, murine et mutine. Primesautière pour tout dire. Et quand le chef annonce au menu des épinards à la Fukushima et que les nez se lèvent à l’unisson, là on ressent bien le vivre ensemble. Là on est bien. Estomacs calés, hurlant sa joie en canon à trois voix.

Je peux encore pousser le plat du jour plus loin, plus haut, plus fort ; jusqu’à la plus haute marche du podium, au sommet de l’État en ses palais. Il y a tout ça dans mon assiette, pas plus loin que le bout du nez : exotisme, frisson et opulence sont à portée de ma fourchette. C’est là qu’on sait être dans un pays civilisé, policé, bien à l’abri des invasions et des raz de marée bigarrés.

Et quand je songe seul au mitan de la cantoche bondée que des myriades de coreligionnaires sont à divaguer tout pareil et regarder droit ensemble chacun son bout de nez, je me dis que nul autre sentiment n’est plus rassérénant, que celui de vibrer ainsi au diapason d’une si fière nation.

E la nave va…

 

Publié dans Déconnologie, Pilotique | Mots-clefs : , , , , , , , | 529 commentaires
Aller à la barre d’outils