Roses-bruns & Bleus-bubons

L'ex-roi du Népal Gyanendra, Bobonne et le petit prince Paras, cet enculé - © Nepalnews.com 2006 - cliquer pour agrandir

Sarkolas et clique clinquante vont mordre la poussière demain soir, il y a de fortes chances. Dans le camp d’en face ça jubile. Mais quel camp ?

Pas le mien en tout cas : je n’en ai aucun ; nomade perpétuel immobile planté comme un poteau dans l’égout avec le flot qui se brise au pied, j’observe impavidement les toxicomanes de la peur et de la haine éructer de concert les sempiternelles rengaines du malheur. 

Entre un fumier fumiste de droite et un fumeux fulminant de gauche, je ne fais pas la différence. Éric Zemmour, Philippe Val : notre temps nous offre le choix de deux Philippe Henriot pour le prix d’un.

Elle est pas belle, la confusion générale ?

 

CHANGEMENT DE SUJET


C’est le printemps. D’abord. Et pour le coup je piétine joyeusement le cadavre de cet interminable hiver en remisant au placard les débats politocs à la con qui vont avec.

Ouais : y a la vie qui va bien et les buissons bourgeonnants où les zoizos s’envoient au septième ciel[1] . Hier soir, deux mouches en train de s’enfiler sont tombées sur mon clavier en zonzonnant et Shanti en jetant un œil à l’ordino de son kondukator de père  en train de taper ce billet à l’instant, s’est exclamée en voyant l’illustration : c’est plein de couleurs chamarrées et chatoyantes ; les bubons sont de sortie ; c’est l’printemps !

Le ciel est bleu horizon ; dedans les nuages gris morositeux y moutonnent comme de bons citoyens Français et au sol les roses socialoches blêmes s’épanouissent dans la glèbe brune, réjouissant la fibre maréchaliste .

L’or du Président Soleil illumine nos vies comme un baume émollient ; nous nageons enfin dans une béatitude concon en songeant aux économies de mazout. On pourra s’acheter des tonnes de babioles inutiles au lieu de se serrer la ceinture à cause du maudit poêle[2] qui nous siphonne le porte-monnaie sept mois sur douze pour nous échauffer la couenne ; c’est chic.

Or donc : ma bise printanière à toute la Déconnologie© assemblée, et que dalle pour les autres. Non mais© ! 

Rose-brun = © Numerosix

 

  1. Comme je disais à Banana tout  à l’heure. []
  2. Un Deville des années 70 []
Cet article a été publié dans Billet Express, Déconnologie, Pilotique avec les mots-clefs : , , , , , , , , , , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.
  • Il faut être inscrit et connecté pour accéder au système de commentaires et aux parties privées de l'Icyp.

Aller à la barre d’outils