Histoire d’ogre

© Cyprien Luraghi 2007

 

 

Petits enfants qui dormez là,
Je suis le grand Saint Nicolas…

 

 

Justement, nous y sommes.
Six décembre.


Je me souviens, en Alsace quand j’étais petit,
on avait droit à des pains d’épices nappés de sucre
avec un Saint Nicolas imprimé criard collé dessus.

Les gniards sont au saloir depuis sept ans,
ça craint pour eux.
Et moi j’ai peur sous l’édredon au petit jour
le Père Fouettard va passer dans la rue…

La glace dans les flaques dehors…

***

Sur un chantier avec mon père, à Obernai
dans un pavillon
dans le ciment et sur le tas de sable
le cul planté dedans

Il faut tirer la chape et ils s’y mettent à trois
me laissant là
avec du pain
et un morceau de lard gitan
celui au cumin noir
au gras qui fond comme du beurre

Je ne sais plus s’il faut
croquer dedans
car j’ai soudain très peur
de manger un enfant.

***

C’est depuis lors
que j’aime les lardons
au point d’en faire un élevage
de taille familiale.

Quinze et seize ans d’âge, vous pensez !
Bien mieux que le boucher du conte…
D’ailleurs je m’en paye une tranche
posée sur du gros pain
chaque soir à minuit passé
en tapant mon petit billet.

À la radio, ils parlent d’un autre Nicolas
qui fait office de père Fouettard aussi.

Ils ont réduit le personnel… 

Cet article a été publié dans Déconnologie, Humain, Pilotique avec les mots-clefs : , , , , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.
  • Il faut être inscrit et connecté pour accéder au système de commentaires et aux parties privées de l'Icyp.

Aller à la barre d’outils