Archives par mois : août 2007

AUX ABRIS !

© Cyprien Luraghi 2007

 

 

On ne parle plus que d’elle ;
la rentrée est au bout de la ruelle,
et autour de la table
avec Gaspard, Shanti et Noémie
Annie et mon bibi
on se dit que la pluie qui nous refroidit tout l’été
en éclatant toutes les tomates sur leurs pieds
a fait que cette année
en a pris une de plus
un peu vite à nos goûts.

Alors on reste au chaud
bien à l’abri des murs de la cuisine
et on cause de bahuts
de cartes SNCF
d’internat pour Nono
en écoutant Arctic Monkeys
et rigolant comme des baleines
en évoquant le blog de Robert Cash
pendant que je fais sauter mon poulet

avec de l’ail et du satay.

Publié dans Népal | Mots-clefs : , , , , , , | 4 commentaires

JOURNÉE ROUGE

CC Université du Wisconsin + tritouillage © Cyprien Luraghi 2007

 

 

Rouge à l’envers
c’est vert
et ça revient
fin d’août
quand en juillet descend
au vau de l’eau
dans son auto
et sur la route
du Sud.

Lundi c’est cuit
comme un coup de soleil
sous les aisselles
un piqûre d’aoûtat
dans le creux poplité
celui qu’est tout derrière
l’os du genou.

Chair tendre sous la carapace
rougie au four
de la carrosserie,
tu me tentes les papilles
comme un papou
le fumet d’un explorateur
bien cuit dessous la braise.

Mais je n’échangerais jamais
ton épiderme rosi
de termite aux ultraviolets
contre ma couenne
contre ma flemme
mes coups de speed
et mes orteils en éventail
quand ça me chante,
ni le plaisir d’entendre pépier
le minuscule troglodyte

niché dans le mur de la vieille Edith.

 

Publié dans Tout Venant | Mots-clefs : , , , | Laisser un commentaire

CARPE DIEM !

© Cyprien Luraghi 2007

 

 

Arrachons les câbles !

Regardez comme ils s’insinuent
l’air de rien
se déplaçant sur leurs poteaux.

Je n’en peux plus, des câbles !

 

J’ai fait le grand ménage dans mon petit atelier : sur vingt mètres carrés, on doit au moins en compter cent ; dans le métier on appelle ça des nouilles.

Une équipe de chercheurs vient de mettre au point la transmission du courant électrique par la voie des airs ; je piaffe d’impatience ; je ne veux pas mourir avant d’avoir vu ça partout.

Je hais les câbles : ils sont censés relier, alors qu’ils s’entortillent et nous avec dans leurs anneaux de pythons cuivrés.

***

J’ai une collection de photographies de câbles assez conséquente : je vous l’exposerai petit à petit.
J’ai toute la vie devant moi.

 

 

Arrachons tous les câbles !

Délions-nous !

 

Publié dans Déconnologie, Éditorial, Édits Vespéraux, Népal, Pilotique | Mots-clefs : , , , | 10 commentaires
Aller à la barre d’outils