Archives par mois : octobre 2006

Passer l’éponge

Scan direct tritouillé © Cyprien Luraghi 2006

 

Sèche et rêche elle passe, râclant la craie sur le grand noir.
Trempouille et ruisselante, elle efface et caresse
la vaisselle ou la peau.

C’est l’éponge. Elle respire ou se fige ; elle aspire et se fond.

On la presse, elle jute
on la tord, elle se tait.

Pénétrée de tous pores par des sucs très divers
et dépourvue de derme,
elle les contient tous jusqu’à l’incontinence.

En somme, nous sommes tels qu’elle.
On croit qu’on est, mais non.
Seul le vent nous traverse.

La main n’est pas l’éponge : c’est elle qui tient, c’est elle qui passe,
et l’autre ne fait rien.

C’est comme pour les tapettes :
elles gisent sur la table
et les mouches y suçotent
les restes de leurs sœurs
en attendant leur tour
et le bras de la mort.

*

Publié dans Tout Venant | Mots-clefs : , , , | 34 commentaires

Aplatissons les mouches !

Scan direct © Cyprien Luraghi 2006



Les mouches nous emmerdent, c’est l’automne.
Après avoir abondamment copulé tout l’été pendant qu’on turbinait au blogue, voilà que ces connes sont de rentrée. Constellant le Net de leurs chiures mal torchées, les mouches à lettres de l’octobre tournicotent avant d’aller crever dans le vaste Jamais.

M’en fous, j’ai ma tapette à chieuses.
Et mon scanner Epson cuvée nonante sept.

Là, je fais mes gammes : pan pan t’es mort.

Je vous ponds cet édit parce que j’ai lu ce soir des choses bien hideuses.

Il ne sera pas dit que le Kondukator de ce blogosse ne ferait pas de mal à une mouche !

Publié dans Édits Vespéraux, Trollogie | Mots-clefs : , , , , , , | 9 commentaires

Pays de morts

© Cyprien Luraghi - 2005

 

Dans ses villages, il n’y a nulle
âme qui vive.
Au bord des routes sont ses morts,
debout comme des stèles.

Vivants, voilà : c’est ceci qui advient
quand bornes dépassez
moules brisez
normes dynamitez
cloposses crapotez
et trop aimez.

Coulez vous donc dans le Grand Gris
qui de son carcan-chape
enroidit le pays.

Il fut un temps où non
mais il est révolu ;
telles révolutions le furent,
il y a no future.

Des tout petits oiseaux se disent
en dissertant serrés ainsi que sprats en caque
et rats en cage
qu’ils sont de libres citoyens.

Mais macache :
à l’instar des macaques,
hululant aux métèques
ils s’échauffent le bréchet,
en vain puisqu’ils sont poules.

Frileux gallinacés
se poussant du Caddie
dans les supermarchés.

C’est mon pays, le nôtre,
celui où nous vivons.

Parfois les morts dressés émergent du brouillard.
Parfois encore….

Ce n’est pas drôle.

Ratatinons le borgne
et niquons le Nico.
Virez-nous Ségolène.
Rendez-nous Segalen.

 

 

Publié dans Binosophie, Pilotique | Mots-clefs : , , , , , | 1 commentaire

Le Bouddhisme rend fou

© Cyprien Luraghi - 1983

Un jour je vous conterai l’histoire de Jan, moine bouddhiste hollandais…

 

Il y a des bouddhous fous. J’en connais, j’en ai connu, j’ai même vécu avec. Chez les bouddhous, c’est comme partout. En fin de compte y a pas de différence. C’est kif à un muslim, et idem au catho. Z’ont un idiome un peu yiddish, itou. La bourse calviniste en peau d’oursin… Les bouddhous sont des gens comme les autres. Ils peuvent donc péter leurs plombs en paix, personne ne leur fera reproche de leurs esclandres. Le spécimen sur le cliché venait de s’exploser l’orteil sur une tôle. Et il était vraiment fou. C’était juste avant son expulsion du Népal, dix minutes avant l’avion… Je ne sais pas ce qu’il est devenu. 

 

Publié dans Binosophie, Himal, Humain, Népal | Mots-clefs : , , , | Laisser un commentaire

Y a plus de papier

Collection personnelle

 

 

C’est la fin des haricots : y a plus de papier.

C’est la panne.
D’où, panique.

Plus de papier, plus de bulles
et plus de papier-bulle, du coup.

Ou bien du cul ?
Du papier en tout cas,
avec lequel on fait de tout ;
des bouquins,
-souvent des merdes-
dont il faut se torcher
les tortueux boyaux
de la pensette.

Qu’avec le Net,
t’as pas de blème : rien que le mot dit tout.

Y a rien, tu peux plus lire au lit…

 

Publié dans Déconnologie | Mots-clefs : , , , | 20 commentaires
Aller à la barre d’outils